Nouveauté dans l’onglet INVENTAIRE

Nouveauté en page « Les Opistobranches ».

Cela fait quelques temps déjà que je n’ai pas ajouté un nouveau nudibranche dans la pages des Opistobranches sous l’onglet INVENTAIRE à droite du menu du blog.

C’est maintenant chose faite avec un minuscule éolidien d’environ 5 à 6 mm rencontré en plongée de nuit au Cap Ferret le 16 septembre dernier. Son nom peu enthousiasmant est Fovorinus à bulbes, je suis d’accord, pas terrible.

Heureusement la bestiole est assez jolie, bien que photographiée de loin car les rochers gênait mon approche.

La page des Opistobranches.

En page les Opistobranches vous pourrez découvrir si ce n’est pas déjà fait un catalogue photo de toutes les limaces de mer que j’ai pu filmer ou photographier au bassin d’Arcachon et dans 95% des cas environ, chez Hortense au Cap Ferret.

Chaque espèce est représentée par 2 photos assez explicites. La quantité est assez époustouflante vu la zone très limitée accessible aux plongeurs. La preuve s’il en est que ça vaut le coup d’être attentif au monde lilliputien.

Hommage à Olivier.

Un accident si imprévisible.

Mon ami Claude CLIN me faisait part un peu plus tôt dans la soirée du décès d’un plongeur que j’ai connu lors d’un stage en entreprise puis quelques années plus tard lorsque notre passion commune pour la plongée nous avait à nouveau réunis.

C’est donc avec tristesse que je rends ici hommage à Olivier PUTCRABEY, un plongeur très sympathique qui a succombé à un malaise cardiaque semble-t-il le weekend dernier alors qu’il participait à une épreuve de surface pour l’obtention de son niveau 4 au centre de plongée d’Hendaye.

Je ne dispose que de peu d’informations pour en dire davantage et de toutes façon ce n’est sans doute pas nécessaire.

J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches et m’associe à la douleur de cette séparation brutale.

La plongée est une activité génératrice de bien être, c’est douloureux de voir qu’elle peut aussi être cruelle. Face à l’incompréhension, on ne peut que rester humble tout en étant conscient de la nécessité de rester aussi prudent que possible lorsqu’on pratique ce sport si particulier.

Les anémones de mer passent à la télé !!

Les anémones de mer sur NoA !!

NoA c’est quoi ?

Inspirée des modèles FR3 Corse et Outremer, Noa se veut la première chaine en France 100% régionale. Diffusée sur les Box des fournisseurs internet mais aussi sur son site internet cette nouvelle chaine culturelle se veut le vecteur de la découverte des richesses de la nouvelle Aquitaine.

Dans ce cadre, NoA diffusera mercredi 26 septembre à partir de 20h00 un petit journal d’info sur les rencontres sous-marines d’Arcachon qui ont eu lieu sous l’égide de la FFESSM le 1 et 2 septembre dernier.

Le clip « Les anémones des mer ».

Mon clip sur les anémones de mer du bassin d’Arcachon qui a eu l’honneur de la première place du challenge vidéo amateur y sera en parti repris pour inciter les téléspectateurs à s’intéresser de plus près à la vie sous-marine si cruellement ignorée, en particulier au bassin d’Arcachon.

Pour ceux et celles qui ne pourraient pas voir cet épisode culturel, il devrait être rediffusé en podcast, je vous en dirai plus évidemment dès que j’aurais des informations plus précises.

Lentille macro, grossissement etc… 2° partie.

Je vous ai proposé il y a quelques temps un article sur les lentilles macro. Après y avoir expliqué les principes optiques et les choix à adopter pour s’équiper en fonction de ses ambitions photographiques, voici un nouvel article qui complètera le précédent sur des notions essentielles à comprendre, sinon à maîtriser.

Agrandissement et grossissement en photo.

Le grandissement c’est quoi ?

Dans mes précédents articles sur la technique photographique je vous ai déjà parlé des capteurs de nos appareils photographiques numériques (APN). Lorsque l’image de l’objet que l’on désire prendre en photo vient se positionner sur le capteur, elle occupe une certaine dimension que l’on pourrait mesurer en mm. Le grandissement est simplement le rapport qui existe entre cette dimension et la dimension réelle de l’objet. Si l’objet fait 10 mm en taille réelle et qu’il fait aussi 10 mm sur le capteur, le rapport est de 10/10= 1. C’est le rapport minimum de la macrophotographie. En macro on cherchera à avoir des rapports d’agrandissement plus grands. Vous l’aurez compris pour un rapport macro de 2, l’image de l’objet sur le capteur de l’APN sera deux fois plus grande que la taille réelle.

Et le grossissement alors ?

Le grossissement est une notion qui est appliquée par erreur au domaine photographique. En effet, en optique, le grossissement est le rapport entre la focale de l’objectif et celle de l’oculaire d’un instrument d’observation, par exemple: microscope, lunette astronomique ou jumelles. Cette définition très succincte explique déjà pourquoi on ne doit pas l’utiliser en photographie.

Puissance d’une lentille macro.

La puissance d’une lentille macro représente la capacité d’une lentille à faire converger les rayons de lumière, on appelle ça la vergence. En pratique cela se traduit par la capacité d’une lentille à permettre la mise au point sur un objet très proche de l’objectif de l’appareil photo. Plus la lentille sera puissante et plus vous pourrez vous approcher de l’objet à photographier. Plus vous pourrez vous approcher et plus l’image sera grande sur le capteur de l’APN. Attention, j’en avais déjà parlé dans mon article sur la profondeur de champ, plus on grossit et plus la profondeur de champ se réduit.

Les dioptries.

Lorsqu’on veut acheter une lentille macro, il nous est proposé une caractéristique parfois mal comprise: la dioptrie. Sous ce nom barbare se cache simplement la puissance de la lentille. La puissance d’une lentille est sa capacité à permettre un fort grandissement c’est à dire une distance de mise au point très faible.

Une bonnette d’une dioptrie (1D) permet de photographier une cible située à 1 m avec l’objectif de l’APN réglé sur l’infini, à 25 cm avec une lentille de 4 dioptries (4 D ou 4 dp). Dans mon expérience, la lentille humide de 10D est un excellent compromis pour un compact en caisson étanche permettant de faire de belles photos bien nettes avec une profondeur de champ suffisante.

Bien sûr il existe des lentilles macro plus puissantes, 18D, 20D, 25D. Les lentilles d’une puissance proche de 20 dioptries permettent des grandissements importants pour des cibles mesurant entre 1 et 10 mm. Cependant la profondeur de champ est tellement réduite que la zone nette sur la photo est extrêmement faible, de l’ordre de 2 à 3 mm, à peine plus. On n’utilisera ce type de lentille que pour des besoins très spéciaux comme par exemple le grandissement d’un œil de poisson, de la tête d’un minuscule nudibranche ou encore d’une minuscule serpule bien ouverte à plat.

Les lentilles humides et la puissance réelle.

On trouve sur le net des formules de calcul permettant de connaitre plus ou moins précisément la puissance totale d’un montage associant lentille macro et objectif d’une focale donnée. En fait ces formules sont faites pour les utilisations dans l’air ambiant, pas sous l’eau. Du fait de l’indice de réfraction de l’eau, les calculs proposés, parfois assez indigestes d’ailleurs, ne fonctionnent pas correctement. Il est donc difficile de calculer à l’avance quel va être l’effet de telle ou telle lentille macro associée à tel ou tel APN muni ou non d’un objectif particulier.

Et si on veut associer deux lentilles macro ?

Si on veut associer deux lentilles macro cela reste possible. En théorie, les dioptries s’additionnent. Avec 2 lentilles de 10D on pourrait obtenir une lentille équivalente de 20D. Oui, en théorie ça marche, en pratique, je suis désolé de vous décevoir, vous n’obtiendrez que des images de très faibles qualités. Comment faire alors ? Malheureusement il vaut mieux être équipé de plusieurs lentilles et monter sur le caisson celle qui répond au mieux au besoin de la photo. Facile à dire, peu pratique à faire sous l’eau. Il existe des montages de supports de lentilles basculants, intéressants mais peu adaptés car ils ne disposent que d’un seul support alors qu’il n’est pas rare d’avoir besoin au cours d’une plongée macro de deux types de lentilles. Les rois du bricolage peuvent inventer quelques supports ingénieux, mais ce n’est pas donné à tout le monde de savoir faire cela.

Conclusion.

J’espère à travers les deux articles sur les lentilles macro en plongée avoir répondu aux différentes questions que se posent les plongeurs amateurs photographes débutants.

Si mes articles vous plaisent, n’hésitez pas à les liker, vous disposez d’un petit bouton à cliquer en haut de l’article que vous lisez. Ça n’a l’air de rien, mais ce travail de rédaction pour partager mon expérience est vraiment chronophage, un petit encouragement de temps en temps me ferait le plus grand plaisir. Vous pouvez aussi partager mes pages sur Facebook toujours grâce à un bouton à cliquer en haut de l’article. En tous cas, merci à tous ceux et celles qui viennent consulter mes articles, vos visites contribuent à faire progresser le référencement du blog sur les moteurs de recherche internet et ça c’est vraiment très utile pour moi. Bonne lecture et à bientôt.

Facelines Productions au CODEP33

Des nouvelles de Facelines Productions.

Ceux et celles qui me suivent depuis longtemps se rappellent sans doute que le film « En Quête des Nudibranches du bassin d’Arcachon » est sorti en DVD le 13 décembre 2017. Une coïncidence intéressante puisque c’était aussi le jour de la sortie de Star Wars sur les écrans bordelais.

Même si le DVD n’a pas eu autant de succès (et c’est bien normal), à Facelines Productions, Claude Clin (mon ami coréalisateur) et moi n’avons pas chaumé. Après une présentation au salon de la plongée de Paris en janvier 2018, nous avons participé au festival de l’image sous-marine de Hyères en avril.

Depuis, nous avons travaillé à faire connaitre notre travail à travers différentes présentations dans la presse écrite et radiophonique ainsi que dans quelques magasins de plongée. Je veux d’ailleurs chaleureusement remercier ici tous ceux qui de près ou de loin nous ont apporté un soutien dans la réussite de notre projet.

Mais ce n’est pas fini !!

Nous avons le plaisir d’être accueillis le 11 octobre prochain au CODEP33. Claude nous a concocter une affiche bien sympa pour l’occasion.

Le CODEP33 est Le Comité Départemental de la Gironde de la FFESSM (Fédération Française d’Études et de Sports Sous-Marins). Il accueille une section Biologie Environnement qui assure notamment les formations de plongeurs de niveaux Bio 1 et 2 et d’initiateurs Bio. Cette commission organise des journées découvertes et des présentations de vulgarisation sur la faune et la flore du monde sous-marin.

Dans cette optique, Facelines Productions a été invité à venir présenter le film « Les Nudibranches du Bassin d’Arcachon » lors de la réunion prévue le 11 octobre 2018. C’est avec plaisir que Claude et moi seront donc présents. A l’issue de la projection publique, nous expliquerons les étapes qui nous ont permis de conduire ce projet jusqu’au bout. Nous sommes heureux de pouvoir à nouveau faire connaitre ces formidables mollusques trop longtemps ignorés des plongeurs eux-mêmes.

Un grand merci au CODEP33 et en particulier à sa présidente Anne FAYOUX pour nous avoir réservé cette soirée qui promet d’être très riche en discussions. Un grand merci également pour le pot de clôture que le CODEP organisera à cette occasion.

Si vous le pouvez, venez assister à cette soirée qui commencera vers 20h, l’entrée sera ouverte au public gratuitement. Ce serait dommage de rater ça !! Le DVD sera également en vente avec une séance de dédicaces si les personnes sont intéressées.

Un prix au Challenge Vidéo d’Arcachon.

A mon retour de vacances en Corse, j’ai pu travailler sur un clip vidéo de 2 min 45 destiné à participer aux 3° rencontres d’Arcachon. Des animations plongée organisées par la Fédération Française d’Etude des Sports Sous-Marins (FFESSM) à Arcachon le weekend des 1 et 2 septembre dernier. Après le script et la sélection des séquences les plus adaptées, j’ai transmis mon film à mon complice Claude Clin qui a accepté de m’aider pour l’enregistrement de la bande son. Ce n’est pas que ma voix fasse peur mais bon, je reconnais que la sienne est plus passe partout.

Deux challenges en vérité, un sur la photographie sous-marine avec des immersions encadrées par les règles du concours à Hortense. Un deuxième sur la vidéo sous-marine. Un concours fermé aux professionnels de l’image, ça tombait bien, je ne suis qu’un amateur vidéaste, expérimenté certes, mais amateur quand même.

Quel plaisir d’apprendre dimanche en début d’après-midi que mon clip avait été élu premier prix vidéo , whouaa, trop heureux !!.

Je vous invite donc à visionner ces quelques images que j’ai dédiées à la découverte des anémones de mer du bassin d’Arcachon.

Avec la reprise des plongées au bassin, mon journal recommence à se remplir des compte-rendus de mes expéditions nocturnes. Ne loupez pas les infos que j’y mentionne et les photos qui servent d’exemple, elle n’y sont pas toutes, certaines ne sont publiées que sur ma page FaceBook en HD.

Les lentilles macros — première partie.

Dans ma publication précédente sur les épaves de St Yves je vous avais annoncé un prochain article sur les lentilles humides macro. En effet on m’a posé assez souvent des questions sur le choix de ces optiques dont le fonctionnement reste bien mal connu, même parmi les passionnés de photos ou de vidéos. Pas de pub pour des constructeurs ou des revendeurs ici. Je ne présente sur mes pages que le matériel que j’utilise. Il est possible et même certain que ce ne soit pas le meilleur. Personnellement je cherche avant tout à me faire plaisir avec un budget raisonnable plutôt que de courir les dernières nouveautés et les concours.

Quelques notions d’optique.

La lumière.

La lumière présente la caractéristique surprenante d’être à la fois ondes et particules. Pour ce qui nous concerne en plongée, on va plutôt parler de fréquences ou de températures de couleur.

La lumière se propage dans un milieu à une vitesse différente selon l’élément traversé. Dans le vide cette vitesse vaut environ 300 000 km/s, dans l’air c’est presque pareil, mais elle n’est plus que de 231 000 km/s dans l’eau et 200 000 dans le verre par exemple. Il se passe un phénomène intéressant lorsque la lumière passe d’un milieu à un autre, au point de passage elle subit une déviation plus ou moins importante. J’avais d’ailleurs fait un petit article pour expliquer l’illusion d’optique qui nous fait voir avec un masque un poisson plus gros et plus près, un phénomène lié à l’indice de réfraction de l’eau.

La lumière que nous percevons du soleil (lumière blanche) est en fait composée de plusieurs couleurs différentes que l’on retrouve dans l’arc en ciel. Il se trouve que chacune de ses couleurs à une vitesse légèrement différente des autres, ce qui produit une déviation elle aussi légèrement différente. Les irisations que cela induit sur les photos ou des films peuvent être très gênantes. Pour les diminuer on dispose de quelques techniques simple que je vais expliquer plus loin.

Les lentilles c’est quoi ?

Les lentilles macro sont un dispositif optique qui se visse sur un objectif ou sur un caisson étanche à la manière d’un filtre. D’ailleurs on les désigne parfois par filtres close-up ou bien bonnettes.

Selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia, une lentille optique, est un dispositif en verre ou en matière synthétique transparente, qui concentre ou disperse les rayons lumineux comme le montrent les dessins suivants extraits de Wikipédia.

Une lentille macro joue le rôle d’une loupe, elle permet en déviant la lumière de faire une mise au point sur un objet positionné très près de l’appareil photo. C’est un outil assez bon marché mais qui présente le défaut lorsqu’elle n’est constituée que d’une seule lentille convergente de créer des défauts d’irisation qu’on appelle des aberrations chromatiques. Pour combattre ce phénomène on associe en général une deuxième lentille divergente, parfois même une troisième lentille. Il est possible également de fabriquer des optiques avec un traitement spécialisé qui évite les irisations.


Les aberrations chromatiques se voient surtout sur les forts contrastes comme ici en haut à droite les traces bleutées dans la zone sombre. Une lentille additionnelle corrige assez bien ce défaut optique.

Quelle lentille utiliser ?

Il existe dans les catalogues constructeurs 3 types de lentilles macro.

La plus simple et la plus économique ne possède qu’une seule lentille convergente. , Légère et peu encombrante, elle est Idéale pour débuter à peu de frais. Elle a le gros inconvénient de produire les aberrations dont nous venons de parler. Les photos sont assez difficiles à retoucher en post production. Au final ce n’est pas vraiment un bon investissement.

La lentille la plus courante est une optique achromatique. Constituée de 2 lentilles associées, elle produit des images de bonne qualité propres à satisfaire le photographe un peu plus exigent que le débutant. Principal inconvénient, le prix est bien plus élevé qu’une lentille simple, mais finalement très bon marché si on compare aux objectifs classiques des appareils photo réflex par exemple.

Une version plus performante pour satisfaire les experts est la lentille apochromatique. C’est une lentille constituée de 3 éléments associés qui permettent d’assurer une focalisation parfaite d’au moins 3 longueurs d’onde de la lumière. Cette association réduit aussi les aberrations sphériques d’une façon bien plus efficace que la version achromatique. C’est donc l’outil parfait qui possède évidemment , vous vous en doutez, le gros inconvénient d’être onéreux.

Quelle version choisir ? Tout dépend de votre budget. Cependant il faut garder à l’esprit que plus ce système optique très pratique sera performant et plus vos productions photographiques seront belles. Évidemment ce système n’améliorera aucunement les qualités de votre appareil photo, on ne fait pas une Ferrari avec une Clio dont on a changé les pneus.

La suite bientôt.

Très bientôt je vous proposerai la deuxième partie de cet article dans lequel je parlerai de grossissement, d’agrandissement, de puissance optique et de quelques autres détails intéressants à connaitre.

Restez donc attentifs aux mises à jour du blog si vous souhaitez en savoir davantage sur les lentilles macro. La meilleure façon pour ne rien louper est de vous abonner. A chaque nouvel article vous recevrez alors un mail d’annonce de la parution. Encore une fois, pas de pub ici qui encombrerait votre messagerie, seul l’essentiel vous sera proposé. Pour vous abonner une simple adresse mail valide suffit, alors n’hésitez pas à franchir le pas, c’est gratuit, et comme le dit la pub, ce serait dommage de louper ça !!

Si le blog vous plait, n’hésitez pas à en parler autour de vous, et pourquoi pas le partager sur les réseaux sociaux que vous aimez. Plus vous serez nombreux et nombreuses à visiter le blog et mieux il sera pris en compte par les moteurs de recherche du Web, je vous en remercie d’avance et vous souhaite bonne lecture, à très bientôt.

Les épaves facilement accessibles de St-Yves.

Un retour de vacances s’accompagne toujours d’une reprise de travail, je vous ai donc concocté un article sur les épaves à explorer près du bord devant la ville d’Arcachon.

Les épaves des perrés d’Arcachon et du trou St Yves.

Après avoir expliqué récemment ce qu’est le trou St-Yves je peux maintenant aborder le sujet des épaves visitables depuis le bord devant la ville d’Arcachon. Évidemment il existe de nombreuses épaves dans et en dehors du bassin plus difficiles d’accès, pour les visiter, il faut s’adresser aux clubs de plongée locaux ou disposer soi-même d’un bateau, mais ce n’est pas mon propos ici.

Rappel sur ce que sont les perrés d’Arcachon.


Un perré bien visible et la mise à l’eau d’où débuter les explorations.

J’ai déjà parlé des perrés et de leur origines à travers différents articles ces derniers mois. Je vous invite donc à découvrir ces textes et même pourquoi pas à les relire car il serait trop long de redévelopper leur contenu maintenant. Un petit résumé est tout de même nécessaire.

Les perrés sont des empierrements que les anciens avaient érigé pour protéger la cote intérieure du bassin d’Arcachon des assauts des vagues et donc de l’érosion. Certains sont pourtant perpendiculaires au trait de cote. On peut en voir quelques-uns sur la plage du Moulleau au sud de la ville.

Leur utilité était de freiner ou de casser l’élan des courants marins le long de la cote. En effet, avant l’installation des ports tout autour du bassin, de nombreux bateaux déchargeaient ou au contraire embarquaient leurs marchandises directement sur les plages de sable, ce qui les exposait aux marées dont la puissance déplace à l’extérieur mais aussi dans le bassin des quantités extraordinaires de sable. Petit à petit les empierrements se sont progressivement enfoncés au fur et à mesure de la disparition de leur support pour se retrouver maintenant entre 9 et 23 m sous les eaux.

Les épaves visitables depuis le bord.


Un plan approximatif des épaves évoquées dans cet article.

Il n’est guère facile de trouver des archives précises sur toutes les épaves du coin, mais la plus célèbre et sans doute la mieux documentée, est celle du chalutier en bois le Côtre Bleu. Bien que très abimée elle attire encore nombre de plongeurs.


Le chalutier le Côtre Bleu.

Pour y accéder, il faut suivre un Cap au 330 en partant de la mise à l’eau en face de la rue St François d’Assise. Le mieux est de la visiter sur basse mer et impérativement par bonne visibilité. En effet il n y a pas moins de 90 a 100 m de palmage par 14 à 15 m de fond pour l’atteindre.


Le volant de la vedette, une belle épave en bon état. Taille environ 2 m sur 7.

En partant de la même mise à l’eau, on peut aller chercher l’épave d’une vedette encore équipée de son moteur. Pour la trouver, il faut prendre un cap au nord en longeant dans cette direction le sommet du perré sans trop descendre tout de suite sur le flanc est. L’épave est en effet située à environ 80 m du bord par 17 m de fond à droite du perré. L’étrave est orientée au nord et c’est donc par le moteur ou l’entrée de la cabine qu’on tombera dessus. Petite info utile, deux gros poteaux en ciment se trouve environ 2m plus bas plus à l’est. Si vous les trouvez c’est donc que la vedette se trouve quelque part juste au-dessus plus à l’ouest. La ballade pour cette épave se fait de préférence sur pleine mer.

Toujours en partant de la même mise à l’eau, on peut trouver sur la droite à environ 50 ou 60 m en prenant un cap à l’est et en descendant dans la zone des 10 a 12 m l’épave d’une barge dont l’origine m’échappe. Quasiment ensevelie sous le sable il n y a plus grand chose à y voir si ce n’est des raies torpilles en train de se reposer (faire attention où on pose les mains). La seule partie intéressante se situe quelques mètres plus au nord par 15 m de fond. Orienté sud- nord, un mur d’environ 4 m de large sur presque autant de haut semble sortir soudain du sable. En y prêtant attention on peut y découvrir quantités de concrétions, d’éponges, d’ascidies et même parfois quelques nudibranches. La ballade pour cette explo se fait sur pleine mer sur un banc de sable sans aucun repère, maitrise de la boussole obligatoire. Petit indice, juste à coté on trouve une protubérance légèrement inclinée, de quelques 50 cm de diamètre et sortant du sable sur près d’ 1,5 m. Le mur se trouve moins de 2m plus au nord-ouest.

la sécurité avant tout.

Le spot de St-Yves est un endroit dangereux du fait des courants et contre-courants puissants, de la faible visibilité (parfois moins de 30 cm en hiver), du manque de repères sous-marins, des distances et des profondeurs importantes ou encore des nombreux bateaux à moteur qui croisent à proximité. J’ai failli oublier les bas de lignes des pécheurs, ouf !.

On ne s’aventure pas ici sans l’aide d’un habitué. Il serait dommage de prendre des risques inutilement. La consommation d’air doit être particulièrement surveillée, en cas de problème ou de doute, il vaut mieux savoir renoncer. S’il s’agit juste d’un problème d’orientation, prendre cap au sud jusqu’à trouver un fond de 3m ou moins, seul signe valable de la proximité du bord de plage.

Conclusion.

Au final, malgré la satisfaction de les trouver, les épaves visitables depuis le bord à St-Yves présentent peu d intérêts de mon point de vue. Autant profiter de la sortie pour être plus attentif aux richesses biologiques parfois surprenantes de ce site de plongée de moins en moins fréquenté au bénéfice des spots de plongée de la pointe du Cap Ferret plus au nord.

Et quoi d’autre ?

Et bien parmi les nouveautés à courte échéance il y a ma participation avec Claude Clin à un concours vidéos sur la vie marine à Arcachon. Vous vous en doutez, il y aura de belles images à la clé. Résultat attendu le 2 septembre ce sera vite là. Pour que tout le monde en profite je mettrai ici un lien pour voir la vidéo.

Dans la foulée, je vous prépare un article sur le matériel photo. Ces derniers temps on m’a posé plusieurs fois des questions sur le choix d’une lentille macro. Je reviendrai donc en détail sur le fonctionnement de ce matériel et la signification de ce qu’on appelle les dioptries.

L’article suivant devrait rester dans la domaine de la photo mais cette fois sur l’utilisation d’un outil d’aide à une bonne exposition qu’on appelle l’histogramme. J’avais proposé de revenir de ce sujet lors de mon dernier article sur la retouche des photos de plongée. Bon d’accord le temps passe vite et je bouscule parfois mon planning.

Il y aura aussi en page VOYAGES, deux articles photos sur la plongée en Martinique et en Corse du sud.

Pour ne rien louper.

Pour ne rien louper de ces belles annonces, n’hésitez pas à vous abonnez, une adresse mail valide suffit. Pas de pub ici, pas de harcèlement, c’est vous qui décidez de venir lire mes articles ou pas. Alors j’espère vous compter bientôt parmi les abonnés qui me font l’honneur de venir voir mes pages de plus en plus souvent.

La Dromie

La Dromie, un crustacé original

La Dromie est un crustacé que l’on rencontre fréquemment la nuit au Bassin d’Arcachon, en général à faible profondeur, sur les sites d’Hortense ou de La Vigne.

Ce crabe rondelet a la particularité de se camoufler autant qu’il peut en se recouvrant le dos d’une grosse éponge et même parfois d’un morceau de plastique. Le camouflage est maintenu en place par les deux dernières pattes mais il faut être très attentif pour s’en apercevoir.

Caractéristiques.

Le corps de la Dromie est plutôt trapu, ovalisé, de couleur sable foncé à presque orangée. Corps et pattes Cliquez ici pour lire l’article en entier en page VIE MARINE.

Pourquoi entend-on mal sous l’eau ?

Comme beaucoup de plongeurs certainement, un jour j’ai eu à me poser la question « Pourquoi est-ce qu’on entend mal sous l’eau ? ». Comme beaucoup j’avais remis l’explication à plus tard. Mon travail de formateur en techniques industrielles m’a fait revenir en mémoire il y a peu mes anciens questionnements. J’ai finalement trouvé intéressant de faire une proposition d’explication à travers ce nouvel article que je vais essayer de rendre aussi clair que possible.

Le son c’est quoi ?

Un son est une vibration qui se propage de proche en proche dans un milieu « élastique », solide ou non. Les sons peuvent donc se propager aussi bien dans l’air, dans l’eau ou dans un corps plus solide comme l’acier par exemple. Cette onde a besoin d’un support pour se propager, ce qui explique qu’il n’y a aucun son dans l’espace puisque le vide ne peut pas le transmettre par « manque de matière support ».

Comment définit-on un son ?

On caractérise un son à partir de 3 critères techniques qui sont, sa fréquence, son intensité, son timbre.

La Fréquence.


La fréquence de l’onde sonore se définit par le nombre de cycles alternatifs par seconde.

Le son étant une onde, il possède donc une fréquence. Plus cette fréquence est rapide, plus le son est aïgu, vous aurez compris que plus la fréquence est faible, plus le son est grave. Nos oreilles ne sont pas capables d’entendre tous les sons. En général on admet que nous sommes capables d’entendre seulement des sons de fréquences comprises entre 15 et 20000 Hertz (20 kilohertz).

Certains animaux ont une oreille plus fine que la notre, ils peuvent entendre des sons beaucoup plus aïgus jusqu’à environ 40000 Hertz (les chats ou les chiens par exemple).

L’intensité d’un son, notion de bruits.

On peut facilement quantifier un son par son intensité. Cette mesure s’effectue en décibel (dB). Elle nous permet de donner une échelle de tolérance à la douleur. En effet, un son de plus de 80 dB devient un bruit fort, il est dangereux pour l’acuité auditive de nos oreilles, à 130 dB le son devient tellement fort qu’il en est très douloureux voire insupportable. Une exposition prolongée nous rendra probablement sujet à un traumatisme de l’oreille jusqu’à éventuellement devenir sourds.

Le timbre d’un son.

Dans le milieu musical on préfère quand on parle d’un son, évoquer plutôt son timbre.

En fait, les sons qui nous parviennent sont des assemblages de multiples fréquences. Les musiciens parlent d’harmoniques. Le timbre est une association d’harmoniques que le musicien tente de rendre parfaite en combinant différentes notes.

Le son sous l’eau.

Une vitesse de propagation différente que dans l’air.

Dans l’air un son circule avec une vitesse de propagation voisine de 340 m/s. Cette vitesse peut très légèrement varier en fonction de la densité de l’air et de sa température. Dans l’eau la vitesse de propagation est beaucoup plus rapide. Elle est proche de 1500 m/s. Dans d’autres milieux tels que les métaux, le son peut se propager à des vitesses bien supérieures jusqu’à plus de 5000 m/s.

Comment le cerveau localise-t-il un son dans l’air ?

Prenons un son provenant de la droite. Il est comme une vague qui passe devant un bateau. L’onde sonore va venir frapper le tympan de l’oreille droite. puis une fraction de seconde plus tard c’est le tympan de l’oreille gauche qui sera bousculé par l’onde. En fonction du temps entre les deux contacts le cerveau est capable de dire avec une précision de l’ordre de 10° d’où provenait le son. Mais les oreilles ne sont pas les seuls capteurs dont dispose le cerveau, l’ensemble du corps et les os en particulier lui servent à la géolocalisation.

Quelle différence avec le milieu aquatique ?

Dans l’eau, le son se propage donc 4 fois plus vite. Le cerveau se trouve perturbé par cette anomalie. Mais ce n’est pas le problème majeur qu’il rencontre. En effet dans l’eau l’oreille voit son impédance modifiée. Aie aie aie, dire que j’avais dit que j’allais faire simple !!!

L’impédance traduit le rapport entre la pression qui s’exerce et la vitesse de propagation du son dans le milieu donné. Nos tympans et les osselets de notre oreille jouent le rôle d’adaptateur et de transmetteurs avec le moins de pertes possibles jusqu’à la cochlée (le milieu aqueux dans lequel se trouvent les capteurs audios de nos oreilles.


L’oreille est un outils de transmission des ondes assez complexe.

Lorsque notre oreille est sous l’eau le son arrive donc dans un milieu aquatique. Pour atteindre les capteurs de l’audition, après le tympan, le son va devoir traverser une phase gazeuse (en lien avec les sinus) puis à nouveau une phase liquide dans la région de la cochlée. Cela se traduit par un affaiblissement notoire du son.

Cependant, notre corps étant essentiellement composé d’eau et se trouvant immergé il va transmettre très bien les ondes sonores qui vont trouver une raisonnance particulière dans les os du crane. Au final, on ressent assez bien le son plutôt qu’on l’entend. Cependant, on a la désagréable impression qu’il arrive de partout à la fois. On va donc « entendre » les sons et les bruits mais sans réelle possibilité de les localiser, c’est flagrant avec le bruit des bulles, sauf évidemment si la source se trouve à proximité immédiate.

Conclusion.

Cet article est sans doute un peu trop long mais la chose n’était pas si facile que ça a expliquer à moins de faire tellement vague qu’il n’aurait servi à rien. J’espère qu’il vous aura apporté quelques éléments de réflexion. Il y aurait tellement plus à dire: par exemple comment les lobes des oreilles amène le son jusqu’au tympans, ou encore comment on peut écouter de la musique sous l’eau. Mais tout cela serait bien trop compliqué.

N’oubliez pas de vous abonner, c’est gratuit et sans publicité.

Bonnes bulles estivales à tout le monde.

1 2 3 18