Les épaves facilement accessibles de St-Yves.

Un retour de vacances s’accompagne toujours d’une reprise de travail, je vous ai donc concocté un article sur les épaves à explorer près du bord devant la ville d’Arcachon.

Les épaves des perrés d’Arcachon et du trou St Yves.

Après avoir expliqué récemment ce qu’est le trou St-Yves je peux maintenant aborder le sujet des épaves visitables depuis le bord devant la ville d’Arcachon. Évidemment il existe de nombreuses épaves dans et en dehors du bassin plus difficiles d’accès, pour les visiter, il faut s’adresser aux clubs de plongée locaux ou disposer soi-même d’un bateau, mais ce n’est pas mon propos ici.

Rappel sur ce que sont les perrés d’Arcachon.


Un perré bien visible et la mise à l’eau d’où débuter les explorations.

J’ai déjà parlé des perrés et de leur origines à travers différents articles ces derniers mois. Je vous invite donc à découvrir ces textes et même pourquoi pas à les relire car il serait trop long de redévelopper leur contenu maintenant. Un petit résumé est tout de même nécessaire.

Les perrés sont des empierrements que les anciens avaient érigé pour protéger la cote intérieure du bassin d’Arcachon des assauts des vagues et donc de l’érosion. Certains sont pourtant perpendiculaires au trait de cote. On peut en voir quelques-uns sur la plage du Moulleau au sud de la ville.

Leur utilité était de freiner ou de casser l’élan des courants marins le long de la cote. En effet, avant l’installation des ports tout autour du bassin, de nombreux bateaux déchargeaient ou au contraire embarquaient leurs marchandises directement sur les plages de sable, ce qui les exposait aux marées dont la puissance déplace à l’extérieur mais aussi dans le bassin des quantités extraordinaires de sable. Petit à petit les empierrements se sont progressivement enfoncés au fur et à mesure de la disparition de leur support pour se retrouver maintenant entre 9 et 23 m sous les eaux.

Les épaves visitables depuis le bord.


Un plan approximatif des épaves évoquées dans cet article.

Il n’est guère facile de trouver des archives précises sur toutes les épaves du coin, mais la plus célèbre et sans doute la mieux documentée, est celle du chalutier en bois le Côtre Bleu. Bien que très abimée elle attire encore nombre de plongeurs.


Le chalutier le Côtre Bleu.

Pour y accéder, il faut suivre un Cap au 330 en partant de la mise à l’eau en face de la rue St François d’Assise. Le mieux est de la visiter sur basse mer et impérativement par bonne visibilité. En effet il n y a pas moins de 90 a 100 m de palmage par 14 à 15 m de fond pour l’atteindre.


Le volant de la vedette, une belle épave en bon état. Taille environ 2 m sur 7.

En partant de la même mise à l’eau, on peut aller chercher l’épave d’une vedette encore équipée de son moteur. Pour la trouver, il faut prendre un cap au nord en longeant dans cette direction le sommet du perré sans trop descendre tout de suite sur le flanc est. L’épave est en effet située à environ 80 m du bord par 17 m de fond à droite du perré. L’étrave est orientée au nord et c’est donc par le moteur ou l’entrée de la cabine qu’on tombera dessus. Petite info utile, deux gros poteaux en ciment se trouve environ 2m plus bas plus à l’est. Si vous les trouvez c’est donc que la vedette se trouve quelque part juste au-dessus plus à l’ouest. La ballade pour cette épave se fait de préférence sur pleine mer.

Toujours en partant de la même mise à l’eau, on peut trouver sur la droite à environ 50 ou 60 m en prenant un cap à l’est et en descendant dans la zone des 10 a 12 m l’épave d’une barge dont l’origine m’échappe. Quasiment ensevelie sous le sable il n y a plus grand chose à y voir si ce n’est des raies torpilles en train de se reposer (faire attention où on pose les mains). La seule partie intéressante se situe quelques mètres plus au nord par 15 m de fond. Orienté sud- nord, un mur d’environ 4 m de large sur presque autant de haut semble sortir soudain du sable. En y prêtant attention on peut y découvrir quantités de concrétions, d’éponges, d’ascidies et même parfois quelques nudibranches. La ballade pour cette explo se fait sur pleine mer sur un banc de sable sans aucun repère, maitrise de la boussole obligatoire. Petit indice, juste à coté on trouve une protubérance légèrement inclinée, de quelques 50 cm de diamètre et sortant du sable sur près d’ 1,5 m. Le mur se trouve moins de 2m plus au nord-ouest.

la sécurité avant tout.

Le spot de St-Yves est un endroit dangereux du fait des courants et contre-courants puissants, de la faible visibilité (parfois moins de 30 cm en hiver), du manque de repères sous-marins, des distances et des profondeurs importantes ou encore des nombreux bateaux à moteur qui croisent à proximité. J’ai failli oublier les bas de lignes des pécheurs, ouf !.

On ne s’aventure pas ici sans l’aide d’un habitué. Il serait dommage de prendre des risques inutilement. La consommation d’air doit être particulièrement surveillée, en cas de problème ou de doute, il vaut mieux savoir renoncer. S’il s’agit juste d’un problème d’orientation, prendre cap au sud jusqu’à trouver un fond de 3m ou moins, seul signe valable de la proximité du bord de plage.

Conclusion.

Au final, malgré la satisfaction de les trouver, les épaves visitables depuis le bord à St-Yves présentent peu d intérêts de mon point de vue. Autant profiter de la sortie pour être plus attentif aux richesses biologiques parfois surprenantes de ce site de plongée de moins en moins fréquenté au bénéfice des spots de plongée de la pointe du Cap Ferret plus au nord.

La Dromie

La Dromie, un crustacé original

La Dromie est un crustacé que l’on rencontre fréquemment la nuit au Bassin d’Arcachon, en général à faible profondeur, sur les sites d’Hortense ou de La Vigne.

Ce crabe rondelet a la particularité de se camoufler autant qu’il peut en se recouvrant le dos d’une grosse éponge et même parfois d’un morceau de plastique. Le camouflage est maintenu en place par les deux dernières pattes mais il faut être très attentif pour s’en apercevoir.

Caractéristiques.

Le corps de la Dromie est plutôt trapu, ovalisé, de couleur sable foncé à presque orangée. Corps et pattes Cliquez ici pour lire l’article en entier en page VIE MARINE.

Pourquoi entend-on mal sous l’eau ?

Comme beaucoup de plongeurs certainement, un jour j’ai eu à me poser la question « Pourquoi est-ce qu’on entend mal sous l’eau ? ». Comme beaucoup j’avais remis l’explication à plus tard. Mon travail de formateur en techniques industrielles m’a fait revenir en mémoire il y a peu mes anciens questionnements. J’ai finalement trouvé intéressant de faire une proposition d’explication à travers ce nouvel article que je vais essayer de rendre aussi clair que possible.

Le son c’est quoi ?

Un son est une vibration qui se propage de proche en proche dans un milieu « élastique », solide ou non. Les sons peuvent donc se propager aussi bien dans l’air, dans l’eau ou dans un corps plus solide comme l’acier par exemple. Cette onde a besoin d’un support pour se propager, ce qui explique qu’il n’y a aucun son dans l’espace puisque le vide ne peut pas le transmettre par « manque de matière support ».

Comment définit-on un son ?

On caractérise un son à partir de 3 critères techniques qui sont, sa fréquence, son intensité, son timbre.

La Fréquence.


La fréquence de l’onde sonore se définit par le nombre de cycles alternatifs par seconde.

Le son étant une onde, il possède donc une fréquence. Plus cette fréquence est rapide, plus le son est aïgu, vous aurez compris que plus la fréquence est faible, plus le son est grave. Nos oreilles ne sont pas capables d’entendre tous les sons. En général on admet que nous sommes capables d’entendre seulement des sons de fréquences comprises entre 15 et 20000 Hertz (20 kilohertz).

Certains animaux ont une oreille plus fine que la notre, ils peuvent entendre des sons beaucoup plus aïgus jusqu’à environ 40000 Hertz (les chats ou les chiens par exemple).

L’intensité d’un son, notion de bruits.

On peut facilement quantifier un son par son intensité. Cette mesure s’effectue en décibel (dB). Elle nous permet de donner une échelle de tolérance à la douleur. En effet, un son de plus de 80 dB devient un bruit fort, il est dangereux pour l’acuité auditive de nos oreilles, à 130 dB le son devient tellement fort qu’il en est très douloureux voire insupportable. Une exposition prolongée nous rendra probablement sujet à un traumatisme de l’oreille jusqu’à éventuellement devenir sourds.

Le timbre d’un son.

Dans le milieu musical on préfère quand on parle d’un son, évoquer plutôt son timbre.

En fait, les sons qui nous parviennent sont des assemblages de multiples fréquences. Les musiciens parlent d’harmoniques. Le timbre est une association d’harmoniques que le musicien tente de rendre parfaite en combinant différentes notes.

Le son sous l’eau.

Une vitesse de propagation différente que dans l’air.

Dans l’air un son circule avec une vitesse de propagation voisine de 340 m/s. Cette vitesse peut très légèrement varier en fonction de la densité de l’air et de sa température. Dans l’eau la vitesse de propagation est beaucoup plus rapide. Elle est proche de 1500 m/s. Dans d’autres milieux tels que les métaux, le son peut se propager à des vitesses bien supérieures jusqu’à plus de 5000 m/s.

Comment le cerveau localise-t-il un son dans l’air ?

Prenons un son provenant de la droite. Il est comme une vague qui passe devant un bateau. L’onde sonore va venir frapper le tympan de l’oreille droite. puis une fraction de seconde plus tard c’est le tympan de l’oreille gauche qui sera bousculé par l’onde. En fonction du temps entre les deux contacts le cerveau est capable de dire avec une précision de l’ordre de 10° d’où provenait le son. Mais les oreilles ne sont pas les seuls capteurs dont dispose le cerveau, l’ensemble du corps et les os en particulier lui servent à la géolocalisation.

Quelle différence avec le milieu aquatique ?

Dans l’eau, le son se propage donc 4 fois plus vite. Le cerveau se trouve perturbé par cette anomalie. Mais ce n’est pas le problème majeur qu’il rencontre. En effet dans l’eau l’oreille voit son impédance modifiée. Aie aie aie, dire que j’avais dit que j’allais faire simple !!!

L’impédance traduit le rapport entre la pression qui s’exerce et la vitesse de propagation du son dans le milieu donné. Nos tympans et les osselets de notre oreille jouent le rôle d’adaptateur et de transmetteurs avec le moins de pertes possibles jusqu’à la cochlée (le milieu aqueux dans lequel se trouvent les capteurs audios de nos oreilles.


L’oreille est un outils de transmission des ondes assez complexe.

Lorsque notre oreille est sous l’eau le son arrive donc dans un milieu aquatique. Pour atteindre les capteurs de l’audition, après le tympan, le son va devoir traverser une phase gazeuse (en lien avec les sinus) puis à nouveau une phase liquide dans la région de la cochlée. Cela se traduit par un affaiblissement notoire du son.

Cependant, notre corps étant essentiellement composé d’eau et se trouvant immergé il va transmettre très bien les ondes sonores qui vont trouver une raisonnance particulière dans les os du crane. Au final, on ressent assez bien le son plutôt qu’on l’entend. Cependant, on a la désagréable impression qu’il arrive de partout à la fois. On va donc « entendre » les sons et les bruits mais sans réelle possibilité de les localiser, c’est flagrant avec le bruit des bulles, sauf évidemment si la source se trouve à proximité immédiate.

Conclusion.

Cet article est sans doute un peu trop long mais la chose n’était pas si facile que ça a expliquer à moins de faire tellement vague qu’il n’aurait servi à rien. J’espère qu’il vous aura apporté quelques éléments de réflexion. Il y aurait tellement plus à dire: par exemple comment les lobes des oreilles amène le son jusqu’au tympans, ou encore comment on peut écouter de la musique sous l’eau. Mais tout cela serait bien trop compliqué.

N’oubliez pas de vous abonner, c’est gratuit et sans publicité.

Bonnes bulles estivales à tout le monde.

Boussole ou compas sous l’eau.

Boussole ou compas, quel matériel utiliser sous l’eau ?

J’ai déjà eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises dans les pages de ce blog, être capable de bien s’orienter sous l’eau peut être vital, surtout au bassin d’Arcachon où la visibilité est connue pour être très limitée tout au long de l’année et où les courants peuvent être tourmentés et très puissants.

Une boussole c’est quoi ?

Selon la définition retenue par l’encyclopédie en ligne Wikipedia, « une boussole est un instrument de navigation constitué d’une aiguille magnétisée qui s’aligne sur le champ magnétique de la Terre. Elle indique ainsi le Nord et le Sud magnétiques. A retenir tant qu’on y est, que le pôle géographique est fixe sur l’axe de rotation de la Terre alors que le pôle nord magnétique se déplace dans le temps d’une façon désordonnée, ce qui nécessite des calculs de compensation si on doit se déplacer sur de grandes distances.

Pour s’orienter on va mesurer les angles en degrés. Un tour complet du cadran d’une boussole fera 360°. Les 4 points cardinaux seront parcourus dans le sens des aiguilles d’une montre. L’Est sera donc à 90°, et on parlera d’un cap au 90. Le Sud sera si vous avez tout bien suivi au 180, le sud-est au 135….. Bien ,j’espère que personne n’est encore perdu sans boussole !!

On pourra donc dire qu’une boussole est une aiguille mobile s’orientant dans une rose des vents fixe. Et c’est là que ça se complique un peu puisque malheureusement quand on porte la boussole à la main, au poignet ou ailleurs, elle est tout sauf immobile. Restons donc pragmatiques.

Un compas c’est quoi alors ?

Si on en reste à la dernière définition d’une boussole, à contrario, un compas serait donc une rose des vents mobile s’orientant dans un cadre fixe. L’usage veut qu’on utilise le nom de boussole pour les instruments de navigation terrestre à aiguille aimantée. En plongée on parlera de compas, l’aiguille est remplacée par un disque pivotant. Bon j’en connais qui commencent à se dirent: « On est pas sorti de l’auberge !!! ». Rassurez-vous, voyons tout de suite comment s’y retrouver en pratique.

Relever un cap à suivre.


Sur les deux cadrans de compas ci-dessus, on distingue les traits noir ou rouge qui servent à relever ou a prendre un cap.

Sur un compas de plongée classique, le cadran est traversé de part en part par un trait fin de couleur noire ou rouge, peut importe. Lorsqu’on veut connaitre l’orientation d’un objet que l’on observe face à soi (pour peu qu’il y ait une très bonne visibilité), il suffit d’aligner ce trait dans la direction de l’objet observé, on dit que l’on fait un relèvement de cap. Vous remarquerez alors que la rose des vents a pivoté dans son bain d’huile stabilisatrice et s’est arrêtée en indiquant la direction du nord magnétique. Il suffit alors de tourner le cadran pour aligner le repère 0 degré en face de la flèche indiquant le nord (la lettre N majuscule). La lecture sur le cadran de l’angle en vis à vis du trait noir ou rouge du côté de l’objet observé donne son cap.

Suivre un cap.

La plupart du temps en plongée la visibilité est très réduite, du coup pour trouver un objet si on connait son cap, il suffit de régler son compas à partir de ce paramètre, voyons comment procéder.

Supposons que nous cherchions à aller voir le Côtre Bleu au cap 330 en partant de la mise à l’eau de la ruelle St François à Arcachon.Tout d’abord il va falloir faire tourner le cadran mobile du compas de façon à aligner le repère 330° (ou 33 selon le modèle) sur le trait rouge ou noir. Le cap 330° est un cap presque au nord. Attention !! il faut aligner l’angle sur le trait dans le sens où on va se déplacer.

Il ne reste plus qu’à tenir le compas devant soi et qu’à pivoter sur soi-même. Au fur et à mesure de notre rotation, la rose des vents pivote elle aussi. Il nous reste finalement à aligner la flèche noire qui indique le nord de la rose des vents avec la graduation 0° du cadre. Il suffit maintenant de palmer en prenant garde de maintenir le nord de la rose des vents bien aligné avec le 0° du cadran et normalement tout doit bien se passer.

Pourquoi ça ne marche pas ?

Si la distance à franchir est grande, disons quelques dizaines de mètres, il y a de fortes chances qu’on ne trouve pas la cible malgré toute l’attention portée à rester bien aligné. Que s’est-il donc passé ?, Pourquoi est-ce que ça ne marche pas notre réglage de cap.

Le courant de marée.

Il est fort probable que le courant de marée nous ait déportés au fur et à mesure de notre trajet. Si nous étions sur une marée montante, en fait nous sommes arrivés trop à l’Est, il aurait fallut compenser la force du courant en déviant notre cap légèrement sur la gauche. Sur marée descendante il aurait fallut compenser à droite. Une opération particulièrement difficile puisque la distance à franchir est d’environ 100 m. L’erreur en bout de course peut vite atteindre une dizaine de mètres, du coup on passera à côté de l’épave sans la voir.

La position du compas

J’ai rarement vu les plongeurs au bassin d’Arcachon s’appliquer à ne jamais perdre de vue leur compas. Faire cela et veiller en même temps à ne perdre personne de la palanquée sur une distance aussi grande, c’est mission impossible. D’autant que l’on trouve différentes façons de porter le compas. Certains le porte au poignet, d’autres attaché par un lien rétractable à un anneau de la stab, d’autres enfin intègrent le compas dans une platine qui donne également la pression d’air et éventuellement la profondeur atteinte. Bref, autant de situations qui ne permettent pas d’avoir à tout instant le cap sous les yeux. Mais alors comment faire ?

Personnellement j’ai depuis longtemps adopté une technique plus efficace de mon point de vue. Je monte mon compas sur la platine de mon appareillage photo, ce qui me permet de toujours le surveiller en l’ayant en permanence face à moi dans une position la moins gênante possible. La platine est en aluminium et la visserie en inox A4, l’ensemble est amagnétique et ne produit aucun décalage mesurable avec la direction du Nord.

Et en plongée de nuit alors ?

En plongée de nuit c’est simple, j’ai équipé mon gilet stabilisateur d’une petite lampe LED que je porte en épaulière. En fait j’en ai même une sur chaque épaule, histoire de sécuriser la plongée. Mon compas tout comme mon appareillage photo se trouve éclairé en permanence, c’est donc extrêmement facile pour suivre un cap dans l’obscurité et atteindre une cible sans trop prendre de risque de s’égarer.

Conclusion.

Plonger la nuit sans boussole au bassin d’Arcachon serait suicidaire. Je déconseille vivement aux plongeurs de se risquer à cette grosse erreur tactique. Le compas tout comme le couteau est un outil de sécurité incontournable.

Pour ceux qui ne savent pas encore prendre un cap, entrainez-vous, c’est facile et ça peut vous sauver la mise, ce serait franchement idiot de s’en priver.

Si cet article vous a plu.

Si cet article vous a plu, un petit commentaire sympa ne vous prendra pas longtemps et me fera vraiment plaisir, n’hésitez pas.

N’hésitez pas non plus à vous abonner, seule une adresse mail est nécessaire.

Vous pourriez aussi parler de ce blog et le faire connaitre, ce sera ma meilleure récompense.

Bonnes bulles tout le monde et à bientôt pour d’autres sujets passionnants sur le bassin.

St Yves, c’est quoi ?

St Yves, un des sites de plongée les plus connus du bassin d’Arcachon.

St Yves évoque pour beaucoup de plongeurs locaux un site ensablé moyennement profond sur lequel les clubs font découvrir aux néophytes l’épave déglinguée d’un vieux chalutier en bois, le Côtre Bleu.

Mais pour les plus aguerris c’est certainement le lieu de plongée le plus profond à l’intérieur de bassin. En effet, assez loin du bord, sur un plateau dans la zone des 15 à 17 m, une dépression sur le fond sableux s’enfonce assez brutalement jusqu’à plus de 30 m. C’est le Trou St Yves. Très bien, mais bon, St Yves c’est qui ? levons le voile sur cette question.

La villa St Yves.


St Yves c’est avant tout le nom d’une célèbre villa repérable sur le front de mer à sa petite tour. Quelques dizaines de mètres plus au nord se trouve le ponton de la Chapelle.

La villa St Yves à été construite au début de 19° siècle puis réaménagée depuis à plusieurs reprises selon les goûts des différents propriétaires successifs. Située entre la jetée Thiers et le ponton de la Chapelle, c’est une bâtisse très facilement reconnaissable à sa tour belvédère de plan carré qui domine la toiture. A quelques mètres plus au Nord une extension de la rue St François d’Assise permet aux plongeurs qui fréquentent ce site d’accéder à la mise à l’eau sans importuner les pêcheurs du ponton.

Le ponton fait face à la basilique Notre Dame. C’est maintenant le seul ponton autorisé pour la pêche à la ligne. A la période estivale mais également tout au long de l’année, le nombre impressionnant de bas de lignes à cet endroit rend les plongées délicates car le site est connu pour la mauvaise visibilité de l’eau.

Le trou St Yves.

Au nord, dans le prolongement du ponton de la Chapelle se trouve une zone sableuse qui sert depuis des décennies de cimetière à bateaux et autres aéroplanes. Cette zone s’appelle le trou St Yves. Certains disent qu’il s’agirait des restes d’une ancienne résurgence d’une veine d’eau douce. Plus certainement il s’agit d’un simple décaissement dans les dunes de sables sous-marines. Sa forme globalement circulaire lui a donné son surnom de trou. Le trou St Yves se situe sur la rive concave du chenal du Teychan, c’est une zone d’affaissement du sable qui s’enfonce d’un quinzaine de mètres par rapport au plateau environnant.

Dans cette zone assez vaste de plusieurs milliers de m² ont été déposées plusieurs épaves de bateaux dont le plus visité est sans doute le Côtre Bleu, le seul qui soit facilement accessible depuis le bord.

Malheureusement, cette épave de bois s’est effondrée et disloquée sous les coups violents des marées. A cet endroit la visibilité est rarement bonne mais on peut, avec un peu de chance, en partant de la mise à l’eau et en suivant un Cap au 330 pendant une centaine de mètres, trouver l’épave de ce chalutier coulé par 14 m de fond le 22 juin 1976.

Plus au nord, mais accessibles seulement en bateau, on trouve d’autres épaves dont « La Poupe » et « La Mado ». Puis plus loin et plus profonds d’autres navires dont « Le Sentez Anna » ou encore « La Petite Fleur de Lisieux ». Il y aurait même un avion de chasse de type Mystère IV, mais je ne me rappelle pas avoir jamais entendu un plongeur dire qu’il l’avait vu.

Les perrés de St Yves

Les perrés sont des empierrements dont j’ai décrit précédemment à travers plusieurs articles la raison et les caractéristiques. Je vous renvoie à ces 5 articles car il serait trop long ici de revenir dessus.


Facilement visible par -17m une petite épave d’une vedette dont le moteur est toujours en place, l’occasion de faire une photo sympa du volant.

Facilement accessibles depuis le bord toujours par la même mise à l’eau, Les perrés permettent de rencontrer ou découvrir une faune particulière dans le bassin mais aussi d’autres épaves dont une vedette par -17m à quelques 80 mètres du bord vers le nord. Plus à l’Est et moins profonde une épave de barge très ensablée accueille crabes et autres crustacés de jeunes sars et oblades et même parfois un joli congre.

Bref, un site à découvrir, même s’il est vrai que les richesses du Cap Ferret le surclassent de très loin. Attention c’est un site qui peut s’avérer très dangereux du fait des forts courants et du manque de repères. Un guide local et une bonne maîtrise du maniement d’une boussole sont nécessaire pour une sortie en sécurité.

Améliorer le contraste d’une photo

La retouche photo.

Pourquoi faut-il oser la retouche d’une photo ?

J’ai déjà expliqué dans un article précédent pourquoi il faut oser la retouche de nos photos de plongées. Je ne vais pas redétailler ici tout mon argumentaire. Pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus ils peuvent cliquer ici pour retrouver cet article.

En fait, la vision humaine ne fonctionne bien que si ce que l’on observe est contrasté, c’est à dire s’il y a dans notre champ visuel des zones sombres et des zones claires mêlées et en grand nombres.


Une photo sous-marine peut paraître complètement loupée, pourtant avec quelques retouches très simples elle retrouvera comme nous allons le voir plus loin de la couleur et un certain intérêt.

Trop de zones claires et nous sommes aveuglés, trop de zones sombres et nous ne percevons plus les détails. En photo nous sommes confrontés à la même problématique. La plupart des photos que l’on prend sous l’eau semblent fades, sans couleurs et souvent mal éclairées. C’est normal. Le spectre lumineux est très vite absorbé sous l’eau soit du fait de la profondeur, soit à cause de la présence de particules d’une eau turbide.

Une solution, le contraste

Le contraste c’est quoi ?

Le contraste est une notion assez compliquée, il est le résultat d’un calcul dans lequel on fait le rapport de fortes et de faibles luminances. Bref peu d’intérêts pour nous. Plus pratiquement, on va chercher à obtenir une image dans laquelle on va avoir beaucoup d’ombres et de lumières.


Sur l’image ci-dessus, on voit bien qu’en réglant le contraste on a fait ressortir les détails et donner un certain charme à la photo.

Régler un contraste grâce à l’outil « histogramme ».

On trouve sur le marché de l’imagerie de nombreux logiciels permettant de retoucher une photo. Certains sont payants, parfois même très chers, d’autres gratuits et pourtant très efficaces dans leurs fonctions de base. En cherchant un peu sur Google vous en trouverez en téléchargement. Parmi tous les logiciels les adeptes de la retouche opèrent souvent avec Photoshop, ou Lightroom, deux logiciel de la société Adobe. Très biens, mais très chers. Si votre budget reste limité pourquoi ne pas commencer par GIMP, un logiciel gratuit vraiment très performant, une excellente alternative.


Sur les deux photos ci-dessus on a dans le coin en bas à droite de chacune un graphique, l’histogramme. Grâce à ce graphique on va pouvoir vérifier la présence de pixels sur l’étendue complète du graphique.

L’histogramme représente le mode de répartition des pixels dans une image. L’histogramme permet d’indiquer le niveau de détails dans les tons foncés (partie gauche de l’histogramme), dans les tons moyens (partie centrale) et dans les tons clairs (partie droite). Un histogramme permet de s’assurer que le niveau de détail d’une image est suffisamment élevé.

Si on regarde l’histogramme de la photo de droite, on se rend compte que le graphique occupe toute la largeur du diagramme, l’image est contrastée. A contrario, sur celle de gauche on voit que l’histogramme montre un graphique dans lequel il manque des détails à gauche et à droite. En fait plus l’histogramme va être étroit et moins on pourra récupérer en post production une photo mal équilibrée dès le départ.

Les histogrammes des deux photos montrent des courbes colorées, je reviendrai sur ce point particulier dans un article uniquement consacré à l’histogramme, car il y a beaucoup de choses à dire.

Conclusion.

J’espère que cette petite présentation vous aura convaincus que bien souvent, une photo que l’on mettrait facilement dans la corbeille aura la possibilité de retrouver une seconde vie après quelques manipulations assez simples dans un logiciel spécialisé. Alors n’hésitez pas, d’abord vous allez vous surprendre, mais de plus, vous tirerez un énorme plaisir à jouer avec les fonctions et les réglages des logiciels.

Un petit conseil toutefois, une fois votre logiciel choisi, apprenez à le connaître en profondeur pour en tirer le maximum. Vous trouverez sur internet de nombreux tutos qui expliquent tout très bien. Cependant rien ne sert de vouloir un logiciel pour ci, un logiciel pour ça et plein d’autres pour le reste. Non, soyez efficace avec celui que vous choisirez plutôt qu’un mauvais amateur dans les autres.

——————————————————————

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonnez pour ne rien louper des prochains articles. Et si vous le pouvez, faites un peu de publicité à mon travail en l’évoquant avec vos amis photographes sous-marins, ce sera ma plus belle récompense.

Je vous souhaite de très belles photos bien contrastées.

Nouveauté en VIE MARINE, le Baliste

Cela fait un bon moment que je n’avais plus ajouté de nouveautés dans ma page VIE MARINE. En voici donc une: le Baliste. J’espère que ce petit article vous apportera quelques informations intéressantes qui vous reviendront sans doute en tête si vous avez la chance de croiser ce poisson aussi étonnant que rare.

Le Baliste.

Le Baliste est un poisson qui semble avoir disparu du bassin d’Arcachon, en tous cas de l’intérieur du bassin. Pourquoi donc en parler ici ? Sans doute parce que malgré tout il est encore possible d’en croiser quelques spécimens à la saison estivale et aussi parce lorsque je pense à lui cela éveille toujours en moi des souvenirs très forts.

Description

Le Baliste est un poisson…..Cliquez ici pour lire l’article en entier en page VIE MARINE.

Humour et plongée.

Humour et plongée, peut-on rire de tout ?

Voilà déjà 2 ans que j’ai eu envie de mêler le rire au plaisir de la plongée.

A l’époque, faire des photos humoristiques était seulement une démarche pour moi-même et je n’avais pas l’intention de montrer mes idées en public. Et puis en les regardant de temps en temps je me suis dit finalement que si j’arrivais à me faire rire tout seul en créant ces diapos, elles feraient sans doute rire d’autres personnes.

Du coup, j’en ai publié quelques-unes sur ma page Facebook et j’ai eu le plaisir de voir qu’effectivement les réactions étaient très positives. J’en ai créé une petite quinzaine et je me suis arrêté là plus par manque de temps que par envie ou par manque d’inspiration.

Dernièrement j’en proposé une nouvelle diapo sur mon journal Facebook et encore une fois, au vu des commentaires, cela a globalement fait rire. Je me suis alors convaincu qu’il était peut-être temps de faire une petite sélection et de présenter mes photos style roman photo des années 70/80.

Je vous propose donc les images ci-dessous. Elles sont sans prétention, je n’ai sans doute rien d’un humoriste de talent mais j’adore m’amuser de petits riens. J’espère seulement que quelques-unes vous arracheront sinon un sourire, plutôt un franc éclat de rire. N’hésitez pas à me dire ce que vous en aurez pensé. Bon amusement.








Voila, je ne vais pas vous torturer plus que ça, j’espère que vous aurez passé un moment agréable. A très bientôt pour des articles certainement plus sérieux.

Les perrés d’Arcachon, la faune locale

Cela fait maintenant plusieurs semaines que j’ai commencé à parler des perrés immergés devant la ville d’Arcachon. Pour ceux et celles qui n’ont pas encore lu ces articles, je vous invite à les découvrir en cliquant sur les liens suivants: les perrés partie 1, partie 2, partie 3, partie 4, partie 5.

Dans cet article je vais vous présenter la faune très particulière que l’on rencontre non pas sur les perrés, mais plutôt tout autour.

Autour des perrés, une faune particulière.

Autour des perrés ont rencontre de grandes étendues sableuses, parfois en plateaux, parfois sous forme de mini-dunes, parfois recouvertes de coquilles vides d’huitres et de moules sauvages, parfois encombrées de débris divers comme des tuiles et autres gravats de petites tailles et parfois malheureusement recouvertes de un à plusieurs centimètres d’une vase fine qui obscurcit la visibilité au moindre coup de palme.

La difficulté principale pour le plongeur y est certainement l’absence totale de repères visuels. Le propre du sable est de se déplacer assez vite au gré des courants ce qui peut entrainer des variations rapides et importantes dans le paysage sous-marin. Conclusion évidente, hors de question de s’y aventurer si on ne sait pas parfaitement manier sa boussole, et encore moins si on n’en a pas, ce qui serait presque suicidaire sur ce site de plongée.

Croire que sur ces étendues désertes il n’y a rien à voir est une erreur, au contraire, certes plus diffuse, la vie ici aussi est bien installée.

Les poissons.

Les poissons plats

Chercher les poissons plats sur les plateaux sableux n’est pas très évident. Pourtant si on est attentif aux traces discrètes laissées dans le sable, on peut en déduire la présence des soles par exemple. Les soles se cachent la journée sous une couche de sable fin dont elles se recouvrent adroitement en faisant osciller violemment leur corps, seuls leurs deux yeux émergent pour surveiller ce qui se passe ou pour localiser une proie qui passerait à proximité. La nuit on les trouve plus facilement découvertes alors qu’elles sont en chasse pour se nourrir.

Plusieurs autres espèces de poissons plats les imitent à merveille. Parmi eux ont compte les plies, les flex, les barbues, les limandes, les turbos. Bien que beaucoup moins nombreux que les soles, il n’est pas rare de croiser ces poissons sur le banc de sable à l’est du ponton de la Chapelle.

Tous ces poissons plats préfèrent les eaux peu profondes, du premier mètre jusqu’à 8 ou 10 mètres de fond, mais guère plus, sauf sans doute pour les spécimens âgés qu’on peut croiser rarement par plus de 15m.

Les poissons rampants

Toujours dans les zones peu profondes des 8 premiers mètres on rencontre rougets et grondins perlons. Ces derniers sont tout à fait étonnants. En effet, leurs nageoires pectorales bleutées sont absolument gigantesques et magnifiquement ornées de motifs sombres propres à chaque individu. Elles offrent un superbe spectacle. Ce poisson étrange ne cesse d’étonner, il répugne à nager mais préfère marcher ou courir sur le sable grâce aux 3 premiers rayons de ses nageoires pectorales qui sont indépendants et mobiles. Près de la surface on peut découvrir de temps en temps une vive recouverte de sable.

Les autres poissons.

En plongée dans le banc de sable, surtout la nuit, on peut à certaines époques se faire accompagner de bancs importants de jeunes lieus jaunes, parfois plusieurs centaines. Ces poissons d’une dizaine à une quinzaine de cm sont taillés pour la vitesse et sont impressionnants de vivacité. Leur curiosité les pousse à venir au plus près des plongeurs, parfois à moins d’un mètre mais jamais plus d’une à deux secondes. Moins rapides, on peut croiser quelques rares bars ou quelques mulets sur les contreforts des perrés. Les juvéniles peu nombreux en général de divers sars et d’oblades préfèrent souvent aux perrés les restes disloqués de quelques épaves de barges coulées près du bord de plage dans la zone des 10 m.

Les mollusques

La période de la reproduction attire dans le bassin certaines espèces habituellement plus communes de la pleine mer. Au printemps et au début d’été les seiches de mer viennent déposer leurs grappes d’œufs sur les tiges de zostères et sur les enrochements plus solides éparpillés dans le sable comme par exemple les corps-morts de bateaux. C’est un vrai régal de les rencontrer en plongée de nuit seules ou par petits groupes de 2 à 3 individus, en général un gros mâle et deux femelles.

Plus tard en été, c’est au tour des calmars de venir hanter la nuit les zones sableuses à la recherche de nourriture. Souvent il s’agit de très jeunes rarement seuls et qui sont particulièrement curieux de voir des plongeurs de près. Les adultes arborent une fière couleur rouge magnifique. Extrêmement rapides, ils n’hésitent pas à venir très près regarder les plongeurs, puis leur curiosité satisfaite ils disparaissent dans la nuit.

Le sable s’anime parfois de choses étranges qui rampent assez rapidement en pointant vers le haut une espèce de trompe d’éléphant. Ce sont des nasses. Ces minuscules mollusques dont la coquille rappelle celle d’un escargot, sont les nettoyeurs locaux. Ils arpentent parfois en très grand nombre les bancs de sable à la recherche du moindre cadavre de poisson à dévorer.

Les crustacés

Les zones sableuses près de la surface accueillent elles quantités de crabes verts et de crabes poilus. La plupart du temps ils restent ensevelis et donc invisibles, sauf lors de la période d’accouplement où les grands mâles viennent entraver les petites femelles en attendant leur mue, seule période où ils pourront les féconder. Dans les zones vaseuses ou sur les épaves des barges, les araignées se regroupent au printemps, parfois par centaines pour se reproduire. C’est toujours un spectacle surprenant.

Les anémones et cérianthes

Jusqu’à 10 12 m on peut avec de la chance tomber nez à nez avec une magnifique anémone des sables. Ses tentacules presque transparents les rend assez difficiles à identifier. Bien plus gros et donc plus facile à voir on trouve les cérianthes. Eux aussi solitaire dans les vastes étendues, ils impressionnent par leur grande taille et les magnifiques couleurs de leurs tentacules.

Les vers des sables

Certains comme les sabelles limicoles sont particulièrement rares, elles ressemblent à une espèce d’entonnoir de couleur pourpre ou mauve foncé. C’est en particulier dans le sol sablo-vaseux contre un corps mort de bateau qu’on aura le plus de chance de les trouver. Mais c’est la sabelle paon qui donnera une touche splendide de beauté et de délicatesse avec son panache plumeux qui ondule avec grâce dans le courant.

Les raies.

Sur le plateau sableux on rencontre deux principaux types de raies. La plus belle est sans conteste la raie brunette, la seconde la raie torpille. La raie brunette adulte mesure jusqu’à 1 m, il m’est arrivé d’en croiser dans la zone des 15 m. Elles sont fabuleusement belles et très faciles à photographier ou à filmer. Plus près de la surface c’est généralement des jeunes de l’année de 10 à 20 cm que l’on rencontre posés tranquillement sur le sable. Près des épaves où à l’abris des courant derrière un perré, les raies torpilles sont souvent quasi recouvertes de sable un peu comme les soles et autres poissons plats cités plus haut. Attention aux têtes en l’air, il n’est pas judicieux de poser une main maladroite sur le sable sans s’assurer qu’on n’est pas au-dessus d’une raie torpille. En effet, ces poissons sont capables de déclencher une décharge électrique douloureuse de plusieurs dizaines de volts.

Les nomades

Évidemment ce n’est pas une nouvelle espèce, je mets volontairement dans cette catégorie les poulpes et les congres qui arpentent assez souvent la nuit les bancs de sables à la recherche de crustacés pour se nourrir. Cependant ils ne constituent pas une faune spécifique des fonds sableux. c’est pourquoi je les ai gardé pour la fin.

Bilan

Vola, j’espère que ce petit bilan vous aura convaincu que même les étendues semi-désertiques des bancs de sables autour des perrés d’Arcachon méritent qu’on leur prête une attention particulière car ils abritent une faune très variée bien que peu nombreuse. En tous cas une faune parfois spécifique qu’on ne peut pas rencontrer dans les rochers du Cap Ferret.

Évidemment, ce petit inventaire est loin d’avoir fait le tour de la question car il y a bien d’autres espèces à découvrir sur le site de St Yves. J’espère que cet article vous convaincra que la mauvaise réputation de ce spot de plongée n’est pas du tout justifiée.

Et si on parlait mégapixels ?

Je me rends compte en refaisant un petit tour sur mes précédents posts qu’il y a longtemps que je n’ai plus parlé technique photo.

Encore une fois, loin de moi l’idée de vous faire croire que j’en suis un grand spécialiste, pas du tout, mais vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre sur Facebook et beaucoup me posent des questions assez pertinentes tant sur la photo que sur la vidéo. Avant de revenir bientôt et une dernière fois sur les perrés d’Arcachon, je vais essayer de lever un voile sur un des éléments parfois mal compris en matière de numériques.


Le SONY RX100, un excellent compromis entre capteur et résolution en faible lumière.

C’est quoi un mégapixels ?

Mégapixels vous avez dit ? hummm, voyons d’abord ce qu’est un pixel. Le pixel est l’unité de base permettant de mesurer la définition d’une image numérique matricielle. C’est en fait une contraction du vocable anglais signifiant « élément d’image ». Méga est le coefficient multiplicateur et signifie million. 10 mégapixels veut donc dire 10 millions de pixels. Les pixels permettent de quantifier la définition de l’image.

Définition d’une image.

Pour se représenter facilement ce qu’est la définition d’une image on va imaginer une image en forme de rectangle. on trace sur ce rectangle une grande quantité des colonnes et de lignes. Chaque case obtenue va représenter un pixel. Si on multiplie le nombre de colonnes par le nombre de lignes on obtiendra le nombre de pixels total de l’image, c’est sa définition.

Cool, facile, mais petite question: c’est quoi alors la différence entre définition et résolution ? Bien vu !!, voilà qui demande plus de précision.

Résolution d’une image.

Avant tout, il faut se rappeler que beaucoup de termes de technologie s’expriment dans la langue de Shakespeare. La résolution se définit donc en DPI (dot per inch), c’est à dire en nombre de colonnes et de lignes contenues dans une image de surface d’un pouce carré, un pouce mesurant 2,54 mm. Par exemple 360 DPI, signifie qu’on a une image qui contient 360 colonnes et 360 lignes par pouce carré. En pratique cela signifie que plus on voudra avoir une image grande et de qualité, plus il faudra avoir de pixels pour remplir l’espace de chaque case.

Bien bien, donc si tout le monde a suivi jusque là, on pourrait penser que plus un appareil photo à de pixels, mieux c’est. Et bien pas vraiment, voyons pourquoi.

La pièce maîtresse, le capteur.

Plus que le nombre de pixels, c’est avant tout la dimension du capteur qui fait la différence. Ok, mais c’est quoi le capteur ?

Le capteur est l’élément de base de l’appareil photo ou de la caméra numérique, c’est l’équivalent de l’antique pellicule. Plus il est grand et plus il est capable de traiter correctement les rayonnements lumineux qui viennent le frapper lors de la prise de vue.

La technologie évolue très vite dans ce domaine de l’électronique. Beaucoup d’appareils actuels utilisent des capteurs de types CMOS mais d’autres technologies sont aussi présentes sur le marché. Ces capteurs sont constitués de photodiodes ultrarapides et de faible coût de fabrication. Rentrer plus en détail ici nécessiterait un article complet rien que pour les capteurs, je ne m’étendrai pas sur ce sujet.

Plus le capteur est grand, plus on se situe dans du matériel haut de gamme, comme avec la catégorie des reflex à base de haute technologie APS-H développée par CANON par exemple. Dans un domaine toujours de précision mais à l’usage d’un public non professionnel, c’est le capteur 1″ (lire 1 pouce) qui fait parler de lui. S’il est quasiment deux fois plus petit que le capteur APS-H, ce capteur équipe maintenant pas mal de compacts et d’hybrides dit experts, comme mon RX100 par exemple.


Sous l’eau, et c’est encore plus vrai la nuit, c’est votre source de lumière qui fera la réussite de votre film ou de vos photos.

Capteurs et mégapixels.

J’espère que vous l’aurez compris, plus le nombre de pixels est grand sur la surface d’un capteur, meilleure est sa définition. Pour autant cela ne veut pas dire que l’appareil sera très performant, en effet sur un capteur de petite dimension mais avec beaucoup de mégapixels, chaque photosite (élément sensible des photodiodes) reçoit peu de lumière du fait de sa petite taille. Cela génère ce qu’on appelle du bruit qui fait baisser la qualité de l’image, surtout dans le cas de faibles luminosités. On dit que le capteur a alors une faible dynamique, ce que l’électronique devra essayer de compenser avec plus ou moins de bonheur. Par contre on pourra tirer un grand tirage papier sans trop de soucis.

Pour avoir une belle image, surtout en faible luminosité il vaudra mieux avoir des photosites bien éclairés. Ce qui sous-entend un nombre de mégapixels raisonnable par rapport à la dimension du capteur.

Mégapixels et plongée de nuit.

Le plongeur photographe et le plongeur cinéaste doivent se poser la question du choix de l’appareil numérique.

En gros pour simplifier, vous savez maintenant je pense que l’eau absorbe énormément la lumière. Cette contrainte entraine une choix particulièrement délicat. En effet, pour faire du film il faut beaucoup de lumière, il faudra donc avoir un capteur le plus grand possible, même sans énormément de mégapixels, à partir de 8 c’est déjà pas mal. Malheureusement, pour faire de la photo, le capteur manquera de lumière, l’image sera donc de moins bonne qualité, moins précise et moins dynamique que ce que le photographe ferait dans les mêmes conditions.

Le photographe dispose d’un énorme avantage, il sait (en tout cas il devrait savoir) gérer la lumière très puissante de ses flashs. Pas de problème d’exposition, et donc pas de bruit sur la photo. Le capteur peut donc envoyer un signal analogique de grande qualité. Un nombre élevé de mégapixels est alors plus que souhaitable.

Bref, voilà pourquoi mon RX100 mark 4 utilisé avec des lampes ne donnera jamais la qualité photographique que ce qu’il pourrait donner avec des flashs. Ce n’est pas tant une histoire de capteur et de pixels, mais beaucoup plus celle de la qualité et de la quantité de la lumière au moment de la prise de vue.

Voila voila, j’espère que cet article vous aura permis d’y voir un peu plus clair.

Si cet article vous a plu.

Si cet article vous a plu, il y en a sûrement d’autres qui vous plairont aussi, alors n’hésitez pas à revenir souvent sur le blog pour y fouiller à la recherche des perles rares de la technique ou de la bio en plongée.

N’hésitez pas aussi à faire connaitre le blog autour de vous, parlez en et conseillez le à vos amis, ce sera ma plus belle récompense pour le travail que j’accorde à faire vivre ses pages. Et croyez moi, du travail il y en a. A très vite pour parler encore longtemps de nos passions sous l’eau, je compte sur vous, et si vous ne l’avez déjà fait, profitez-en pour vous abonner, c’est gratuit.

1 2 3 17