Category Archives: Uncategorized

Hommage à Olivier.

Un accident si imprévisible.

Mon ami Claude CLIN me faisait part un peu plus tôt dans la soirée du décès d’un plongeur que j’ai connu lors d’un stage en entreprise puis quelques années plus tard lorsque notre passion commune pour la plongée nous avait à nouveau réunis.

C’est donc avec tristesse que je rends ici hommage à Olivier PUTCRABEY, un plongeur très sympathique qui a succombé à un malaise cardiaque semble-t-il le weekend dernier alors qu’il participait à une épreuve de surface pour l’obtention de son niveau 4 au centre de plongée d’Hendaye.

Je ne dispose que de peu d’informations pour en dire davantage et de toutes façon ce n’est sans doute pas nécessaire.

J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches et m’associe à la douleur de cette séparation brutale.

La plongée est une activité génératrice de bien être, c’est douloureux de voir qu’elle peut aussi être cruelle. Face à l’incompréhension, on ne peut que rester humble tout en étant conscient de la nécessité de rester aussi prudent que possible lorsqu’on pratique ce sport si particulier.

Les épaves facilement accessibles de St-Yves.

Un retour de vacances s’accompagne toujours d’une reprise de travail, je vous ai donc concocté un article sur les épaves à explorer près du bord devant la ville d’Arcachon.

Les épaves des perrés d’Arcachon et du trou St Yves.

Après avoir expliqué récemment ce qu’est le trou St-Yves je peux maintenant aborder le sujet des épaves visitables depuis le bord devant la ville d’Arcachon. Évidemment il existe de nombreuses épaves dans et en dehors du bassin plus difficiles d’accès, pour les visiter, il faut s’adresser aux clubs de plongée locaux ou disposer soi-même d’un bateau, mais ce n’est pas mon propos ici.

Rappel sur ce que sont les perrés d’Arcachon.


Un perré bien visible et la mise à l’eau d’où débuter les explorations.

J’ai déjà parlé des perrés et de leur origines à travers différents articles ces derniers mois. Je vous invite donc à découvrir ces textes et même pourquoi pas à les relire car il serait trop long de redévelopper leur contenu maintenant. Un petit résumé est tout de même nécessaire.

Les perrés sont des empierrements que les anciens avaient érigé pour protéger la cote intérieure du bassin d’Arcachon des assauts des vagues et donc de l’érosion. Certains sont pourtant perpendiculaires au trait de cote. On peut en voir quelques-uns sur la plage du Moulleau au sud de la ville.

Leur utilité était de freiner ou de casser l’élan des courants marins le long de la cote. En effet, avant l’installation des ports tout autour du bassin, de nombreux bateaux déchargeaient ou au contraire embarquaient leurs marchandises directement sur les plages de sable, ce qui les exposait aux marées dont la puissance déplace à l’extérieur mais aussi dans le bassin des quantités extraordinaires de sable. Petit à petit les empierrements se sont progressivement enfoncés au fur et à mesure de la disparition de leur support pour se retrouver maintenant entre 9 et 23 m sous les eaux.

Les épaves visitables depuis le bord.


Un plan approximatif des épaves évoquées dans cet article.

Il n’est guère facile de trouver des archives précises sur toutes les épaves du coin, mais la plus célèbre et sans doute la mieux documentée, est celle du chalutier en bois le Côtre Bleu. Bien que très abimée elle attire encore nombre de plongeurs.


Le chalutier le Côtre Bleu.

Pour y accéder, il faut suivre un Cap au 330 en partant de la mise à l’eau en face de la rue St François d’Assise. Le mieux est de la visiter sur basse mer et impérativement par bonne visibilité. En effet il n y a pas moins de 90 a 100 m de palmage par 14 à 15 m de fond pour l’atteindre.


Le volant de la vedette, une belle épave en bon état. Taille environ 2 m sur 7.

En partant de la même mise à l’eau, on peut aller chercher l’épave d’une vedette encore équipée de son moteur. Pour la trouver, il faut prendre un cap au nord en longeant dans cette direction le sommet du perré sans trop descendre tout de suite sur le flanc est. L’épave est en effet située à environ 80 m du bord par 17 m de fond à droite du perré. L’étrave est orientée au nord et c’est donc par le moteur ou l’entrée de la cabine qu’on tombera dessus. Petite info utile, deux gros poteaux en ciment se trouve environ 2m plus bas plus à l’est. Si vous les trouvez c’est donc que la vedette se trouve quelque part juste au-dessus plus à l’ouest. La ballade pour cette épave se fait de préférence sur pleine mer.

Toujours en partant de la même mise à l’eau, on peut trouver sur la droite à environ 50 ou 60 m en prenant un cap à l’est et en descendant dans la zone des 10 a 12 m l’épave d’une barge dont l’origine m’échappe. Quasiment ensevelie sous le sable il n y a plus grand chose à y voir si ce n’est des raies torpilles en train de se reposer (faire attention où on pose les mains). La seule partie intéressante se situe quelques mètres plus au nord par 15 m de fond. Orienté sud- nord, un mur d’environ 4 m de large sur presque autant de haut semble sortir soudain du sable. En y prêtant attention on peut y découvrir quantités de concrétions, d’éponges, d’ascidies et même parfois quelques nudibranches. La ballade pour cette explo se fait sur pleine mer sur un banc de sable sans aucun repère, maitrise de la boussole obligatoire. Petit indice, juste à coté on trouve une protubérance légèrement inclinée, de quelques 50 cm de diamètre et sortant du sable sur près d’ 1,5 m. Le mur se trouve moins de 2m plus au nord-ouest.

la sécurité avant tout.

Le spot de St-Yves est un endroit dangereux du fait des courants et contre-courants puissants, de la faible visibilité (parfois moins de 30 cm en hiver), du manque de repères sous-marins, des distances et des profondeurs importantes ou encore des nombreux bateaux à moteur qui croisent à proximité. J’ai failli oublier les bas de lignes des pécheurs, ouf !.

On ne s’aventure pas ici sans l’aide d’un habitué. Il serait dommage de prendre des risques inutilement. La consommation d’air doit être particulièrement surveillée, en cas de problème ou de doute, il vaut mieux savoir renoncer. S’il s’agit juste d’un problème d’orientation, prendre cap au sud jusqu’à trouver un fond de 3m ou moins, seul signe valable de la proximité du bord de plage.

Conclusion.

Au final, malgré la satisfaction de les trouver, les épaves visitables depuis le bord à St-Yves présentent peu d intérêts de mon point de vue. Autant profiter de la sortie pour être plus attentif aux richesses biologiques parfois surprenantes de ce site de plongée de moins en moins fréquenté au bénéfice des spots de plongée de la pointe du Cap Ferret plus au nord.

Et quoi d’autre ?

Et bien parmi les nouveautés à courte échéance il y a ma participation avec Claude Clin à un concours vidéos sur la vie marine à Arcachon. Vous vous en doutez, il y aura de belles images à la clé. Résultat attendu le 2 septembre ce sera vite là. Pour que tout le monde en profite je mettrai ici un lien pour voir la vidéo.

Dans la foulée, je vous prépare un article sur le matériel photo. Ces derniers temps on m’a posé plusieurs fois des questions sur le choix d’une lentille macro. Je reviendrai donc en détail sur le fonctionnement de ce matériel et la signification de ce qu’on appelle les dioptries.

L’article suivant devrait rester dans la domaine de la photo mais cette fois sur l’utilisation d’un outil d’aide à une bonne exposition qu’on appelle l’histogramme. J’avais proposé de revenir de ce sujet lors de mon dernier article sur la retouche des photos de plongée. Bon d’accord le temps passe vite et je bouscule parfois mon planning.

Il y aura aussi en page VOYAGES, deux articles photos sur la plongée en Martinique et en Corse du sud.

Pour ne rien louper.

Pour ne rien louper de ces belles annonces, n’hésitez pas à vous abonnez, une adresse mail valide suffit. Pas de pub ici, pas de harcèlement, c’est vous qui décidez de venir lire mes articles ou pas. Alors j’espère vous compter bientôt parmi les abonnés qui me font l’honneur de venir voir mes pages de plus en plus souvent.

Salon de la plongée à Paris

Facelines Productions est au salon de la plongée le 13 et le 14 janvier.

Pas moyen d’aller plonger en ce moment au bassin entre petite toux et visibilité réduite à presque néant.

Du coup c’est sans regret que je monte au salon de la plongée à Paris pour le weekend rejoindre Claude CLIN pour présenter le travail de l’équipe Facelines Productions, son DVD et les prochains projets qui vont très vite se faire jour.

Bien évidemment il y aura tout au long des 2 journées des séances de dédicaces pour ceux et celles qui le souhaiteraient et un prix spécial salon pour le DVD. Mais ce sera surtout l’occasion de rencontres sympas et d’échanges tout aussi intéressants à propos des nudibranches bien sûr mais aussi sur l’équipe et ses projets.

Semaine prochaine je ne manquerai pas de faire un petit compte-rendu de mes rencontres et de mes découvertes.

La suite arrive vite.

Dans la foulée, et bien il va bientôt y avoir la suite comme promis de mon dernier article sur les perrés de St Yves à Arcachon. Devrait suivre un petit retour sur la partie VIE MARINE avec un article sur la motelle pour compléter le dossier des poissons du bassin. Il sera temps après ça de compléter mon catalogue inventaire de photos de nudibranches.

Si vous recevez le Mag du journal Sud-Ouest le samedi matin, vous pourrez y trouver sur le numéro du 20 janvier une page de présentation de Facelines Productions et de notre premier DVD En Quête des Nudibranches.

Le livre d’or ouvert sur le site internet www.facelinesproductions.com commence à se remplir et c’est vraiment génial d’y lire autant de compliments sur la qualité du DVD. Ca fait vraiment chaud au cœur, une belle récompense pour l’investissement qu’on a mis Claude et moi dans le projet. Un grand merci à leurs auteurs.

Je vous dis donc à très bientôt…

Bonne Année 2018

Lorsque la dernière s’achève, une autre commence et avec elle tous les espoirs qu’il nous reste encore.

Meilleurs vœux pour 2018.

Avec Plongée-de-nuit-découverte, je vous présente mes meilleurs vœux et vous souhaite une année 2018 pleine de bonheurs et de réussites.

Le blog a attaqué début novembre sa 3° année d’existence et c’est une grande joie pour moi que de partager grâce à lui une passion presque dévorante pour l’immersion nocturne.

J’avoue que je me suis posé un temps la question de cesser cette activité assez chronophage. Mais avec 41 000 pages vues la preuve est là que le blog apporte quelque chose de spécial même si ça reste confidentiel.

La plupart des pages les plus visitées sont celles qui ont un contenu pédagogique comme par exemple « Poussée d’Archimède et plongée » ou encore « Pourquoi l’eau est bleue…. » etc… Il y a ainsi une dizaine d’autres pages dans ce style qui font le top du hit parade de la consultation.

A ma grande satisfaction le blog affiche de plus en plus de lecteurs de diverses parties du monde francophone, mais pas seulement puisque des pages sont consultées depuis les États-Unis , La Russie ou encore l’Australie. Je salus d’ailleurs ici les lecteurs et les lectrices qui me font l’honneur de lire mes pages, d’où qu’ils soient.

Des prévisions pour 2018 ?

En général, le début d’année est l’occasion de consulter les horoscopes. Évidemment je n’ai rien d’un devin, aussi je m’en tiendrai à ce que crois pour sûr.

Plongée de nuit découverte est intimement lié à Facelines Productions, la structure créée avec Claude CLIN au printemps 2017. Nous venons en effet de produire notre premier moyen métrage dédié aux nudibranches du Bassin d’Arcachon. Au passage nous remercions Claude et Moi, toutes les personnes qui nous ont fait l’honneur d’acheter notre DVD. Nous serons d’ailleurs au salon de la plongée début janvier à Paris pour le présenter de vive voix sur les stands D’OCTOPUS et de PLONGEZ. Une occasion aussi pour ceux qui ont apprécié l’ouvrage de le faire dédicacer, de discuter avec nous sur le sujet et bien entendu sur la suite à venir.

J’ai en tête d’autres articles tant de biologie marine expérimentale (je rappelle au passage que je ne suis ni biologiste, ni représentant en matériel photo ou vidéo), que d’articles plus techniques sur la prise de vue sous-marine nocturne.

La page « Journal de plongée » devrait disparaître au profit d’une nouvelle publication qu’il faut que je travaille encore. A mon plus grand étonnement c’est l’une des pages les moins visitées et pourtant, celle qui me prend le plus de temps. Je vous invite d’ailleurs à donner votre avis sur telle ou telle chose à travers la possibilité qui vous est offerte de laisser des messages, une opportunité assez peu utilisée en fait.

Le blog a besoin de vous.

Hé oui, ça parait surprenant mais c’est pourtant vrai, le blog a besoin de vous. Mais pourquoi donc ?

En fait, plus vous serez nombreux à visiter mes pages et plus le blog aura une chance d’être correctement référencé auprès des services de GOOGLE. En effet, les robots de GOOGLE qui analysent en permanence le web mettent en avant les sites qui attirent le plus de pages vues. Être affiché dans les 2 premières pages des résultats de recherche sur la toile permet de ne pas sombrer dans les dizaines de milliers de résultats qui suivent et que personne ne va jamais lire.

Donc n’hésitez pas à parler de moi ou du blog autour de vous, c’est la meilleure assurance que celui-ci dure encore quelques années et que dans un an au moins j’ai encore la chance de vous souhaitez une belle et excellente nouvelle année. alors à très bientôt pour de prochains partages.

Comment les poissons voient-ils les couleurs. Partie 2.




Comment l’homme et les poissons voient-ils les couleurs

La vision des couleurs chez l’homme et chez les poissons. Partie 2.

Comme promis lors de ma dernière publication, voici la deuxième partie du texte sur la vision des couleurs chez nos amis les poissons.

Vu que je ne suis pas biologiste (voir mon à propos), ce qui va suivre est donc simplement une petite synthèse de mes recherches ici où là concernant la vision animale. Mon objectif est seulement de vous faire partager des informations parfois assez surprenantes, en tous cas, peu courantes. En effet, la vision animale, en particulier celle des poissons, est assez peu étudiée scientifiquement.

Généralités sur la vision des poissons.

La vision chez les poissons, un domaine peu étudié.

Vouloir comprendre la vision chez les poissons c’est s’engager dans une recherche assez longue pour trouver quelques publications sérieuses ou bien documentées. Dans ce domaine d’étude, les analyses scientifiques en France mais aussi à l’étranger ne courent pas vraiment les rues (en tous cas, pas en français).

Par contre il est facile de trouver et de lire quelques articles intéressants sur les blogs de passionnés de pêche à la ligne. Manifestement, beaucoup de spécialistes de cette discipline se sont assez longuement intéressés à l’influence de la couleur des leurres sur le taux de réussite de leurs prises. Que ce soit d’ailleurs pour la pêche en rivière ou pour la pêche en pleine mer.

Des différences physiologiques assez frappantes avec l’œil humain.

grondin 1 œil de grondin du bassin d'Arcachon

L’œil des poissons a un certain charme en plongée. Il brille parfois de belles couleurs et permet de faire quelquefois des photos très sympas car il est vraiment différent du notre d’un point de vue physiologique.

Tout d’abord, les poissons n’ont pas de paupières, ils ne peuvent donc pas fermer les yeux comme nous. Ensuite on constate facilement que leur pupille est énorme comparée à la notre. On peut facilement imaginer que cela leur permet de laisser entrer dans leurs yeux plus de lumière et donc de mieux voir en très faible lumière.

On peut le voir sur les deux photos ci-dessus, lorsqu’on éclaire un œil de poisson il prend des colorations très belles qui trahissent une paroi intérieure assez spéciale et très réfléchissante. La lumière d’une lampe ne fait pas se fermer l’iris du poisson alors que le notre se contracte plus ou moins rapidement pour diminuer le diamètre de notre pupille, nous évitant ainsi d’être éblouis. Chez le poisson, les bâtonnets de la rétine seraient capables de se rétracter en partie pour se retrouver protégés des fortes lumières.

Vous aurez aussi noté que contrairement à nous, les yeux du poisson ne sont pas placés frontalement, mais sur le côté de la tête. De plus, ils ne sont pas enfoncés dans des orbites, mais sont proéminents. De plus, chacun des deux yeux de l’animal peut bouger indépendamment. Cela lui offre la possibilité d’étendre le champ visuel très largement au-delà du notre, presque jusqu’à 300° (180 pour nous). Autre curiosité, comme chaque œil est indépendant, il peut « rouler » de telle sorte à pouvoir observer des détails au-dessus et en-dessous du poisson.

Un mécanisme physiologique malgré tout assez proche de celui de l’homme.

Du fait de la grande diversité des espèces de poissons, des différences notables de la configuration des yeux existent d’une espèce à l’autre. Il n’est pas question dans ce chapitre d’en faire un inventaire précis mais plutôt de dégager les caractéristiques essentielles qui nous permettront de nous faire une idée des perceptions visuelles qu’ont ces animaux.

oeil de poisson 2 Vision bino chez les poissons

Comme chez l’homme, la chaine sensorielle de la vision commence par l’organe récepteur de la lumière qu’est l’œil. L’influx nerveux transmet les informations rétiniennes au cerveau du poisson par l’intermédiaire du nerf optique. Jusque là point de différence avec nous. Par contre, la rétine des poissons possède beaucoup plus de bâtonnets que notre propre rétine. Ils sont donc mieux armés que nous pour voir par faible luminosité et surtout la nuit.

Les poissons ont un cristallin presque sphérique. Il traverse assez fortement l’iris pour venir presque effleurer la cornée. Contrairement au notre, leur cristallin ne peut changer de forme pour accommoder le trajet de rayons lumineux. Il peut juste être légèrement déplacé en arrière grâce à un muscle placé au dessous de lui. Du coup, en vision de loin, les rayons lumineux sont assez vite réfractés et sont focalisés en avant de la rétine ce qui rend l’image floue. En vision de loin le poisson souffre donc de myopie. Rien de bien grave, sous l’eau de toute façon on ne voit jamais très loin. En vision de près par contre, les rayons de lumière subissent moins de réfraction en arrière du cristallin et surtout sans aucune aberration chromatique du fait que le cristallin n’est pas déformé. Ils focalisent alors un peu plus loin sur la rétine. Les poissons voient donc très bien de près.

Les poissons ne voient pas tous les mêmes couleurs.

Tous les poissons ne sont pas logés à la même enseigne, leurs capacités à voir les couleurs dépendent de leur mode de vie ( en particulier en phase de reproduction), du milieu environnant (récif de corail, sable…), et de la profondeur à laquelle ils vivent (en dessous d’une centaine de mètres il n’y a aucun intérêt à voir les couleurs, il n’y en a pas). Ce n’est pas tout, des différences notables existent selon que le poisson est plutôt une proie (la vision est orientée vers la surveillance) ou bien un prédateur (les chasseurs possèdent une vision plus frontale).

La plupart des poissons qui vivent en eaux claires près de la surface ont comme nous une vision trichromique très performante. Ils voient donc en couleurs et cela soulève bien évidemment de gros débats entre pêcheurs quant à savoir quelle et la meilleure couleur à adopter pour une mouche, une turlute ou une cuillère. On trouve d’ailleurs sur le net des articles assez bien fournis sur ces débats concernant la truite, le blass, le brochet, la carpe et bien d’autres.

Mais ce n’est pas tout, certains poissons seraient capables de voir dans un domaine de spectre qui nous est totalement inconnu, ils verraient dans l’ultraviolet. Cette capacité semble jouer un rôle très important dans les modes de communication au sein des espèces car les proies et les prédateurs ne voient pas la même gamme de couleurs ultraviolettes. D’autres enfin ne voient qu’en bichromie, c’est en général le rouge qu’il ne voient pas.

Le rouge est d’ailleurs une couleur répandue chez les proies, n’oublions pas que c’est la couleur la plus vite absorbée dans l’eau. En profondeur ce qui est rouge apparait donc noir pour les prédateurs. Avantage certain pour les proies si ce n’était que les prédateurs bénéficient d’un sens de l’odorat particulièrement développé avec lequel ils chassent beaucoup plus qu’avec la vue, surtout les prédateurs nocturnes qui voient très mal malgré des yeux énormes (le congre par exemple). Dans les grandes profondeurs les poissons peuvent développer des capacités étonnante à capter la moindre lumière. Ainsi la sensibilité aux faibles lumières pourrait être près de 100 fois meilleure que la notre.

Conclusions

J’espère que vous aurez trouvé cet article intéressant. J’ai essayé de faire le plus concis possible sans être trop approximatif.

N’hésitez pas à commenter, à préciser pourquoi pas certaines informations de ce texte. Si vous le partagez, faites m’en part, ça me fera plaisir.

Je vous dis à bientôt pour d’autres articles. Bonnes plongées à tous et toutes.


Vive la nouvelle année


Vive la nouvelle année 2015,

carte de voeux de la nouvelle année

L’heure du premier bilan,

Cela fera 1 mois dans 1 semaine que j’ai ouvert ce blog. Il aura fallut beaucoup de travail pour comprendre comment wordpress fonctionne avec ses plugins et encore plus pour le compléter en articles aussi intéressant que possible.

Avec près de 1200 pages visitées et déjà plusieurs abonnés, cela me semble être un bon départ.

2015, un autre challenge

Avec la poursuite de la construction de ce blog que je souhaite aussi riche que varié, 2015 sera l’occasion d’un nouveau challenge avec la publication cet été d’un film documentaire sur la plongée de nuit au bassin d’Arcachon. De temps en temps je publierai quelques extraits vidéos pour ne pas vous laisser trop longtemps dans l’attente. Mon plus grand questionnement sur ce travail reste pour l’instant le choix des parties musicales qui accompagneront les commentaires, le choix n’est pas facile.

Remerciements

Je voudrais remercier ici tous ceux et celles qui sont venus visiter ce blog, ou qui s’y sont abonnés. C’est une réelle motivation pour moi pour leur proposer cette année encore plus de nouveautes.

A new year

First result,

This will make one month in one week I opened this blog. It has had a lot of work to understand how wordpress is running with his plugins and more to make articles as interesting as possible.

With nearly 1,200 sheet views and severals subscribers already, it seems like a good start.

2015, another bet

With the continued construction of this blog that I would like rich and varied, 2015 will be an opportunity for a new challenge this next summer with the release of a documentary movie about night diving in Arcachon Bassin. From time to time I will publish some small videos to not leave you waiting too long. My greatest questioning of this work remains for the moment is the choice of musical parts accompanying comments, the choice is not easy.

Thanks

Then, I would like to thank all those who have visited my blog or have registered.It is a real motivation for me to offer them even more news.

Bonne Année à tout le monde, happy new year everybody


Ajout d’une vidéo en vie Marine chez le calmar



Voila une petite vidéo bien amusante

Au bassin d’Arcachon on fait parfois quelques rencontres surprenantes. En voici une qui ne manque pas de charme.

Le jeune calmar s’était placé en observateur et regardait avec étonnement semble-t-il ce que faisait une belle raie bouclée que le copain prenait en photo

Ha !!, ces jeunes !!


Première preview du film en cours de réalisation

 

Preview du film sur la plongée de nuit au bassin d’arcachon

Je viens d’ajouter à la page PROJET un petit extrait de 2,5 minutes pour vous donner une petite idée du travail sur lequel je me suis lancé.

Bon visionnage et bonne lecture.

 

Les raies torpilles, pastenagues et bouclées


Les raies au bassin d’Arcachon

Raie Bouclée  à Arcachon 2009

Vous trouverez 1 nouvelle galerie photos chez les poissons, il s’agit d’une collection de plusieurs photos de diverses raies photographiées sur les fonds sableux d’Arcachon.

Vous trouverez également un texte en VIE MARINE sur ce poisson de taille impressionnante et toujours magnifique à observer

Bon visionnage et bonne lecture.


1 2