La photo macro en plongée.




La macro en plongée de nuit.

Publication du 4 juillet 2015.

La macro, une technique parfaitement adaptée à la photo de nuit en plongée.

Hippocampe nudibranche 21

Pourquoi un article sur la macro ? C’est me semble-t-il une suite logique à mes précédents articles sur la température de couleurs, sur la turbidité des eaux du bassin ou encore la retouche photo. Plusieurs visiteurs de ce blog m’ont laissé des commentaires très flatteurs sur la qualité de mes photos, je les en remercie ici, ça fait vraiment plaisir.

Ils se posent de nombreuses questions sur mes méthodes de prise de vues en macro en photo de nuit, alors je leur dois bien quelques petites explications. Je vais donc vous présenter mon matériel ( il n’a rien de secret). Attention, je ne prétends pas être un pro, loin de là.

Mon élément de base, le compact numérique RX100.

Avant RX100 Caisson RX100 avant

Ceux qui ont déjà eu l’occasion de parcourir les pages de ce blog savent que j’utilise actuellement un compact numérique expert vraiment très étonnant. Il s’agit du Sony RX100, le mien est du modèle de la première génération ( on en est bientôt à la quatrième, hé oui, déjà..). Ayant déjà traité des capacités de cet appareil je vous invite à cliquer sur ce lien qui vous amènera sur l’article qui lui est dédié.

Sans trop entrer dans les détails, rappelons simplement quelques éléments essentiels. Ce compact est doté d’un capteur de 1 pouce très performant de 20 mégapixels. Il est aussi doué en film HD en mode 50p qu’en photos. Il offre de plus la capacité de shooter en mode RAW, mais personnellement, je n’utilise pas cette option.

La petite taille du RX100 permet de le loger facilement dans un caisson étanche. Celui que j’utilise est un caisson Ikelite très robuste d’un bon rapport qualité / prix dont j’ai déjà fait une description détaillée. Ce caisson remplit parfaitement sa fonction. Le seul reproche que je pourrais lui faire est sur le choix technologique du constructeur concernant le bouton moleté du réglage manuel de la mise au point. Ce réglage extrêmement utile en mode macro est particulièrement délicat à manœuvrer, j’y reviendrai dans un prochain article sur une leçon photo macro.

Les lentilles macros.

La I-DAS UCL-02 +8d

UCL-02

Les lentilles macro comme la UCL-02 ou d’autres sont des éléments indispensables en photo de nuit. Le peu de visibilité la plus grande partie de l’année oblige à prendre des clichés au plus près de la cible. Malheureusement, le RX100 n’est pas doté d’un zoom puissant, en fait je devrais dire plutôt « heureusement ». Pour tirer de belles photos il va donc falloir réduire au maximum la distance entre le modèle et l’objectif. Cela permet d’éliminer presque complètement les traces de particules. En jouant avec l’orientation des lampes on peut par ailleurs donner l’illusion presque parfaite que l’eau est transparente même si c’est très loin d’être le cas en réalité.

J’ai commencé à travailler, et je travaille toujours, avec cette lentille assez basique de chez I-DAS. Elle avait un rapport qualité /prix intéresant à l’époque, et moi j’étais moins exigeant. Le filetage en 67 mm de la UCL-02 permet de la visser rapidement sur le hublot du caisson Ikelite. Les grossissements qu’elle autorise grâce à ses +8 dioptries conviennent très bien pour des portraits de poissons mais restent insuffisants pour mettre en valeur des détails ou des animaux plus petits comme les bernards-l’hermites ou bien encore la plupart des nudibranches.

La Dyron ATOM +19d.

ATOM

A vrai dire, j’ai longtemps hésité à investir dans la ATOM de Dyron, 500 € c’est quand même pas donné. Mais quand je vois l’extraordinaire capacité en plongée de nuit de cette lentille, impossible de regretter l’achat, elle est tout simplement fantastique.

Si son encombrement peut surprendre, on l’oublie très vite sous l’eau. Avec la Dyron associée au RX100, le rendu des couleurs et la précision dans les détails sont incroyablement magnifiques.

Beaucoup de plongeurs se posent la question de la compatibilité de cette lentille avec un caisson pour RX100. Sur les forums on peut en effet lire un peu tout et n’importe quoi à ce sujet, en particulier en ce qui concerne son association avec un RX100 M-III. Je peux vous assurer qu’elle convient parfaitement et que les craintes de vignetages évoqués par certains sont très vite réglées en jouant légèrement avec le zoom du compact.

La lentille de la firme française Dyron est vraiment une petite merveille. Petite n’est pas vraiment le bon qualificatif, elle mesure tout de même 56 mm de long et pèse près de 320 grs. Ceci dit, l’ATOM est réellement une lentille humide achromatique de très grande qualité optique.

Malgré son important rapport de +19 dioptries elle permet une mise au point à environ 7 cm. Le montage sur le caisson étanche se fait grâce à un pas de vis mâle en 67 mm. La face avant peut elle aussi accueillir un autre équipement monté avec ce même filetage en 67 mm.

Pas de soucis, si vous voulez faire de la macro, c’est la lentille qu’il vous faut absolument. Attention toutefois, ce que j’avance ici ne vaut que pour ce que je connais, il se peut que l’usage de la ATOM puisse être plus compliqué avec par exemple des caissons pour reflex.

Montage pratique.

Lentilles macros jp porte lentille amovible

Vous l’avez peut être deviné, une fois montée sur l’objectif du caisson étanche, la lentille grossissante peut devenir un réel handicap. Le photographe animalier a souvent besoin de réactivité. Hors dans ce cas de figure précis, impossible de basculer sur un mode de vue normal pour prendre par exemple un poisson qui passe à proximité. Le temps de dévisser la lentille et de la ranger proprement pour ne pas l’abîmer, le poisson sera certainement déjà parti. Comme il est rare de ne faire que de la macro sur une sortie, on ne peut pas faire que monter et démonter la lentille.

Heureusement, I-DAS a mis sur le marché des accessoires une bague adaptatrice vraiment géniale. Il s’agit d’une bague munie d’un filetage en 67 mm qui se visse sur le caisson. Une deuxième bague est fixée par un petit pivot sur la première. Sur cette deuxième bague très légère, on peut venir visser la lentille grossissante.

lentille fermée bague ouverte

En position normale, la deuxième bague est rabattue sur une butée qui positionne la lentille dans l’axe optique du caisson. En cas de besoin il suffit de faire basculer autour du pivot l’ensemble deuxième bague et lentille. L’axe optique de l’appareil photo se trouve alors dégagé et prêt à prendre en photo n’importe quel sujet. Pour revenir en mode macro il suffira de repositionner la lentille devant l’objectif. La manipulation est extrêmement facile et ne dure qu’une à deux secondes. C’est trop génial ce montage.

Evidemment il y a des limites, on ne peut pas par exemple utiliser ce système pour passer d’une lentille à une autre (encore que..). En position relevée, la lentille va se trouver déportée sur le côté droit de l’appareil photo. Si l’éclairage se trouve en arrière de la lentille, la lumière qu’elle reçoit alors peut se retrouver focalisée en avant ou sur un poisson par exemple et former une tache brillante et puissante sur la photo. Il suffit évidemment d’avoir un éclairage facilement orientable grâce à un bras mobile pour s’affranchir de cette difficulté.

Conclusion.

Les lentilles macros apportent un confort et un réel plaisir en exploration photographique. Même si les prix restent relativement élevés, cela vaut vraiment la peine d’investir.

Je vous souhaite de pouvoir essayer la photographie en macro très vite.

Important.

Ce blog a besoin de vous pour se faire connaître et pouvoir perdurer le plus longtemps possible. N’hésitez pas à parler de lui. Conseiller-le à vos amis et connaissances. Vos avis sont bien sûr les bienvenus sur le contenu de mes articles. Vous pouvez participer à votre façon en déposant des commentaires ou en participant à des échanges sur le forum.

Bonne plongée à tous et toutes, à bientôt.


Print Friendly, PDF & Email

5 commentaires

  • bonjour
    je suis débutant en photo macro et j’ai une question a te poser.
    Quel usage faire du zoom lors de photo macro ? est il utile pour se rapprocher du sujet ? est il complémentaire ou non utile dans le cas d’utilisation d’une lentille macro ?
    merci de ton éclairage

    • Bonjour Jean Luc,
      Merci tout d’abord pour ta visite sur le blog.
      Même si le nombre de photos que j’y dépose parait impressionnant, en fait je suis plus un amateur de vidéos que de photos. Par passion mais aussi par contrainte du matériel car il est impossible de faire de la vidéo nocturne sans lampe.
      Ceci dit pour répondre à ta question, tout dépend du matériel dans lequel tu veux investir. Perso, je travaille avec un RX100 M3 puis M4 depuis quelques jours, deux compacts de Sony montés en caisson étanche Fantasea. De fait je suis assez mal placé pour donner des conseils sur des réflex par exemple puisque je n’en utilise pas moi-même.
      Concernant l’usage du zoom avec le RX100: il est obligatoire pour faire de la macro à cause du vignetage qu’impose la géométrie du caisson étanche. La focale équivalente en reflex serait du 24 70, insuffisante pour des cibles de 10 à 20 mm. J’utilise donc 2 optiques humides spécialisées, une Inon Ucl 100 d’une puissance de +10 dioptries et une Atom de chez Dyron de + 19 dioptries.
      Quelle que soit la lentille montée, avec mon matériel je suis obligé d’utiliser le zoom optique quasi à fond et même d’ajouter un peu de zoom numérique pour les cibles de l’ordre de 1 à 10 mm.
      L’inconvénient de la chose réside dans la perte de la profondeur de champ qu’il faut absolument compenser en fermant le diaphragme le plus possible. Évidemment ça oblige à avoir beaucoup de lumière sauf à augmenter énormément les ISO, ce qui n’est pas bon pour la qualité une fois passé le cap des 600 ISO.
      Donc oui le zomm d’un compact est nécessaire pour travailler en macro. Par conséquent il faut disposer d’un flash puissant montés avec un diffracteur, voire même d’un deuxième pour équilibrer les ombres.
      J’espère avoir répondu assez précisément. Je te souhaite de belles photos sous-marines.

      • Merci pour tes conseils
        Si je comprends bien : il faut utiliser le zoom avec une bonette. Que devient la distance focale ? Cela permet il de s éloigner de la cible ou faut il rester proche ?
        Mon équipement actuel est également un compact de marque canon (gx7ii) avec un caisson Recsea. Que le conseilleras tu comment éclairage ? Tu sembles utiliser des lampes et non des flash.
        Merci encore

  • Bonjour Jean-Luc,

    Je suis auto-didacte en photo soumarine en apnee et je me suis achetéee la Dyron atom que je monte sur un boitier isotta avec un Canon G16 (compact). Je n’utilise ni le flash (il ne marche pas bien avec le boitier), ni d’autres sources de lumière mais mes essais se sont fait dans 1-5m d’eau. Jusqu’à présent je n’ai jamais pu prendre d’images avec l’Atom: pour l’utiliser je suis obligee de zoomer au maximum, les images ne deviennent net que a 2cm de l’objet (et non 7 ou plus), donc autant dire qu’il est impossible de prendre un poisson ou un être qui bouge. Meme sur un objet immobile, la distance est si courte qu’en apnee on prend le risque de se choquer contre l’objet du fait du mouvement des vagues. A plus de 2cm l’image quels que soient les réglages est floue ou noire. Je ne sais pas si prendre un flash résoudrait le problème, si c’est un problème de réglages ou autres. Je n’ai pas pu trouver l’info et plongimage qui m’a vendu l’Atom ne répond pas aux questions une fois l’argent dans leur poche…Merci pour ton aide!

    • Bonjour Nadia,
      Il me semble que sur le site internet de Dyron il y avait une page qui donnait les incompatibilités avec certains caissons étanches mais je n’ai pas vérifié.
      Pour ma part je n’utilise que le caisson Fantasea destiné au RX100 de Sony. Le caisson Ikélite ne me pas posait de soucis non plus.
      Tu n’es pas la première à relever un manque flagrant de communication avec Plongimage, avec qui je n’ai aucun lien évidemment.
      En ce qui concerne ma propre utilisation de l’Atom, il faut effectivement zoomer beaucoup pour obtenir une image plein cadre. En plongée bouteille cela ne pose pas de difficulté, on est lesté pour rester bien stable pendant longtemps et même à faible profondeur. En apnée évidemment je comprends bien que ce soit beaucoup plus compliqué.
      Pour avoir une image nette il faut pouvoir fermer le diaphragme à fond ou presque, donc au-delà de f8 sur un compact. Cela impose de disposer de beaucoup de lumière que ce soit de jour ou encore plus la nuit. Un flash peut faire l’affaire mais il faudra utiliser un diffuseur. Un seul peut être problématique pour la gestion des ombres donc en fait il en faut 2, idem pour des lampes à faisceau large. C’est pour cela que la plupart des photographes animaliers sous-marins transportent le matériel sur une platine.
      Je ne connais pas le G16, donc je ne suis pas de bons conseils sur ce matériel et je me garderai bien d’en donner sans avoir pratiqué moi-même.
      L’atom permet de faire des zooms importants sur de petites cibles inférieures à une 15° de mm, regardes si tu as validé le zoom numérique sur ton boitié, ça devrait t’aider à tirer quelques photos. Pour les cibles plus grosses la UCL 100 de chez Inon (+10dp au lieu de +19), ou équivalente, me semble plus adaptée à ton besoin.
      Si les photos que tu fais sont toutes noires c’est que tu n’as pas assez de lumière qui pénètre dans l’objectif, il te faut vérifier quelle position tu utilises pour la capture d’image, pour débuter choisis de préférence la position automatique. Sinon la position A (priorité à la fermeture). Mais avant, regarde le réglage de ta sensibilité ISO et sélectionnes au moins 600 ISO pour commencer, tu pourras baisser ce nombre si tu arrives à sortir des choses intéressantes. Sinon reste en position tout automatique et au lieu de faire de la photo, prends plutôt des séquences filmées d’où tu tireras facilement des photos des parties nettes en les lisant avec VLC par exemple.
      J’espère que tout ça t’aidera à trouver le moyen de faire de beaux clichés. A bientôt.
      Jean Pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *