Vidéo sous-marine de nuit.




Vidéo sous-marine de nuit.

La vidéo sous-marine, où comment garder un souvenir vivant d’une plongée.

Pas de miracle sans puissance.

Les vidéos sous-marines ont quelque chose de plus que les photos d’une sortie en mer n’auront jamais, elles sont « vivantes ».

Pour la vidéo de nuit au bassin d’Arcachon, la technique est finalement assez simple à mettre en oeuvre. Malheureusement l’amateur cinéaste est souvent confronté à deux difficultés incontournables, la turbidité de l’eau et la puissance électrique à emporter.

Pour filmer en macro, il faut évidemment avoir une caméra qui admette ce type de prise de vue. Même si les appareils sont essentiellement destinés à de la prise de vue en journée, ils supportent assez bien les faibles luminosités, ce qui est le cas la nuit. Sous l’eau la puissance des lampes est très vite absorbée, il faut donc anticiper ce besoin en énergie en investissant dans de l’éclairage de bonne qualité et de puissance suffisante, j’y reviendrai dans un prochain article.

Quel matériel ?

Je dirais que le mieux est de chercher un matériel peu encombrant qui permettra se s’approcher à quelques centimètres seulement. C’est ce qui a guidé mon choix vers un compact RX100 monté en caisson étanche Ikelite. Pas moyen de filmer au flash, il faut absolument des lampes. J’embarque pour mes films près de 9000 à 10000 lumens grâce à 3 à 6 lampes de types différents de façon à pouvoir jouer sur les mixages des longueurs d’ondes. Cela permet d’obtenir au final les couleurs les plus fidèles en calibrant au plus juste la puissance nécessaire en fonction du besoin.

Quelques exemples de vidéos de nuit.

Je vous invite donc à découvrir trois clips que j’ai tournés ces derniers jours à Hortense..

Pour cette vidéo en macro, j’ai utilisé des lentilles grossissantes de 8 et 19 dioptries et 3 lampes LED, 1 de chaque côté à environ 70° et une de plus faible puissance au-dessus des nudibranches. Soit environ 4000 lumens. La distance de mise au point était d’environ 7 cm et les lampes assez rapprochées

Pour cette séquence les poulpes étaient en moyenne à 40, 50 cm de l’objectif. Pas de lentilles pour cette prise de vue mais un besoin de plus de puissance, à peu près 2000 lumens de plus mais avec les lampes très écartées à environ 45° de façon à limiter au maximum les particules.

Pour cette vidéo il a fallu faire vite, la petite raie a surgi à l’improviste, j’étais en train de travailler au zoom et il me fallait tout en suivant la pastenague réduire le zoom, écarter les lampes, et cadrer au mieux, tout en palmant assez fort pour la suivre contre le courant. Pas le temps dans ce cas là de chercher la meilleure orientation des lampes pour masquer les particules, il faut faire avec.

Bref la vidéo ce n’est pas toujours de tout repos. Attention, la plongée de nuit est toujours une activité à risque, il faut rester raisonnable et savoir renoncer à un clip si les conditions de sécurité ne sont pas remplies, par exemple perdre son binôme de vue en s’éloignant trop ou encore descendre trop profond en suivant une raie ou une seiche en fuite.

Voila pour ce petit moment de détente. Bonne chasse vidéo à tous et toutes…


Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *