Priorité à la vitesse

La priorité à la vitesse en photo.

En technique photographique, certains mots barbares effraient encore quelques débutants. A défaut de comprendre toutes les astuces des photographes professionnels et leur langage obscur, ils se tournent alors vers des solutions de facilité dont la première est de n’utiliser que les réglages préprogrammés des modes automatiques ou des modes scènes.

Pourtant le réglage de la priorité à la vitesse peut très facilement se comprendre. De plus, cette technique est facile à mettre en oeuvre. Elle permet par exemple d’obtenir des expositions correctes sur des sujets en mouvement. Voyons donc de quoi il s’agit.

Technique d’un appareil photo.

Le principe de base.

Nous l’avons vu dans mon précédent article sur la profondeur de champ, le principe de base d’un appareil photo est relativement simple. Il consiste à faire parvenir à un capteur photosensible (pellicule ou capteur numérique) une certaine quantité de lumière à travers un ensemble de lentilles optiques et d’un diaphragme.

Le temps pendant lequel la lumière éclaire le capteur permet d’obtenir une exposition correcte de façon à ce que l’image finale ne soit ni trop claire, ni trop sombre. La maîtrise du temps d’exposition contribue à obtenir certains effets comme par exemple un flouté qui mettra en valeur un objet en déplacement.

L’obturateur.

L’obturateur est d’une façon générale l’artifice de construction mécanique qui va permettre ou non le passage de la lumière vers le capteur. Il en existe plusieurs types, soit sous la forme d’un rideau noir, soit sous la forme d’un volet à lamelles qui se déplacent au plus près devant le capteur. Ces systèmes peuvent finalement être assez encombrants et tout au moins relativement lents. Hors c’est justement un temps de latence trop long qui peut faire rater une belle photo.

On trouve donc un autre système, électronique cette fois, qui va par des signaux électriques bloquer ou valider l’enregistrement de la lumière. Cette technologie présente l’énorme avantage d’être tout à la fois silencieuse, précise, très rapide et peu encombrante. C’est pourquoi on la retrouve en particulier sur des compacts numériques ou sur des appareils réflex destinés à la prise de vue animalière.

Comme il est rare de n’avoir que des avantages dans un système, le pendant de l’obturateur électronique est sa relative lenteur du fait du temps nécessaire à l’analyse de la lumière avant une prise de vue faite au flash. Pour ce type de photo, les obturateurs mécaniques offrent de meilleurs résultats.

La vitesse d’obturation.

Définition.

Par définition, la vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur laisse la lumière atteindre le capteur photosensible. C’est donc le temps d’exposition.

Réglage de la vitesse d’obturation.

Pour régler la vitesse d’obturation il est nécessaire de placer l’appareil photographique en mode « priorité à la vitesse« . Bien souvent ce mode est repéré par les symboles A, Av ou encore S sur les molettes de sélection. Une fois cette sélection effectuée, il est possible de régler par une molette le temps pendant lequel l’obturateur restera ouvert. Dans ce mode l’appareil mesure la luminosité d’une scène et en fonction du choix initial de la sensibilité ISO, il va calculer et positionner le diaphragme dans la position qui donnera la meilleure exposition possible.

Les appareils modernes permettent d’atteindre des vitesses d’obturation très élevées. Ces vitesses s’expriment en général par une fraction de temps: par exemple 1/125° de seconde. Le temps d’exposition dans ce cas correspond à 1 seconde divisée par le nombre 125. Entre chaque choix successifs (par exemple 1/2000, 1/1000, 1/500, la progression de la vitesse d’obturation est évolutive d’un facteur 2 tout comme les réglages de la profondeur de champ d’ailleurs.

Il est possible sur certains appareils de disposer d’un mode totalement débraillable appelé « Mode Manuel ». En général ce mode est repérer par le symbole M. Dans ce mode très technique à déconseiller aux débutants, le photographe doit lui-même choisir la sensibilité ISO, l’ouverture du diaphragme et la vitesse d’obturation.

Pourquoi choisir le mode « Priorité à la vitesse » ?

Bien souvent ce choix est dicté par la nécessité de photographier un objet en mouvement rapide (oiseau en vol, véhicule de course, poisson etc…). Mais le choix d’une vitesse d’obturation élevée sera aussi motivé par la recherche d’une extrême netteté dans la photographie, par exemple pour en faire un agrandissement. Dans ce dernier cas il faudra certainement disposer d’une source de lumière puissante pour s’assurer d’une exposition correcte si on ne veut pas monter trop dans les ISO.

Si cet article vous a intéressé.

Si cet article vous a intéressé, parlez-en autour de vous. La meilleure publicité de ce blog, c’est vous.

Pour rester informé au plus tôt de mes prochaines publications le mieux est de vous y abonner. C’est très rapide et sans publicité, vous n’avez juste qu’à renseigner votre adresse mail.

Vous pouvez aussi me suivre sur ma page facebook pour retrouver quelques-unes de mes plus belles photos ou quelqus-uns de mes meilleurs clips vidéos en haute résolution, ça vaut le détour.

N’hésitez pas à commenter mes articles ou à laisser un like, ça fait toujours plaisir à l’auteur ( oulà!!!, avec les bulles je me mets à parler de moi à la troisième personne maintenant!!).

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *