Le matériel en plongée de nuit




S’équiper pour la plongée de nuit

nocturne2

Le choix de l’éclairage

En plongée de nuit il est absolument nécessaire d’assurer le confort visuel grâce à un matériel d’éclairage adapté. Les phares et les torches à ouverture de faisceau étroite ne procurent pas un champ lumineux suffisant, l’essentiel restera dans l’ombre, impossible d’y remarquer quoi que ce soit, la plongée devient vite ennuyeuse et la déception garantie.

Pour l’exploration de nuit il convient donc d’investir dans un phare de plus de 1000 à 2000 lumens (lm) dont le faisceau ouvre au minimum d’un angle de 50°. Les faisceaux de 90° et plus sont particulièrement adaptés en particulier pour la photo et à la vidéo la nuit si la température de couleur est suffisante pour produire une belle lumière blanche. Par contre malgré la puissance, l’éclairage risque d’être insuffisant, on en reparlera dans la page destinée plus particulièrement au matériel photo.

Attention donc, il faut garder à l’esprit que plus l’angle d’ouverture est important, plus l’intensité lumineuse efficace diminue, ce qui impose de grimper dans les lumens et donc dans les coûts. On remédie facilement au manque de puissance en associant deux phares ou plus, donc quoiqu’on en dise plonger la nuit coûte cher. Mais bon, quand on aime….

Les instruments de navigation

En plongée de nuit on doit pouvoir consulter en permanence et avec facilité boussole, profondimètre ou ordinateur de plongée. Toute perte de temps pour les chercher et les consulter peut se traduire par la perte de repères.

La première astuce très efficace que j’ai pu mettre en œuvre consiste à monter sur la bretelle du gilet stabilisateur une petite lampe pas forcément très puissante mais de grande autonomie, par exemple une petite lampe de 200 lm qui ouvre à 50°. Son faisceau éclaire pendant toute la plongée mon bras et ce que je tiens à la main.

La deuxième astuce associée consiste à monter sur le phare lui même une petite platine facilement bricolable sur laquelle on montera boussole et ordinateur. Attention cependant, la boussole ne doit pas être perturbée par des masses métalliques cela fausserait son indication. On trouve dans les grandes surface de bricolage des visseries en nylon qui font très bien l’affaire, celles en inox de qualité vont très bien aussi car elles ne sont pas aimantables.

Le couteau

En plongée de nuit il n’est pas rare d’accrocher sans les avoir vu des fils de pêche très résistants. Il se peut que le plongeur n’ait pas d’autre solution pour se dégager que de couper le fil. Espérer casser un fil de pèche à la main reste une illusion. Avoir son couteau à portée de main est donc vital. Un tout petit couteau bien tranchant suffira parfaitement. Il pourra être facilement monté au bras ou encore mieux sur le phare.

Porter le couteau sur la jambe n’est franchement pas une bonne solution, il sera difficile de l’attraper en cas de besoin et impossible de se rendre compte à temps s’il tombe de sa gaine.

Les lampes flash

Personnellement je n’en vois pas l’utilité mais si ça peut rassurer le plongeur, pourquoi pas. Elles présentent l’avantage d’être multidirectionnelles contrairement au petite lampes torche qui ont aussi cette fonction flash.


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *