Boire, plongée et envie d’uriner.

Boire, plongée et envie d’uriner

Comme beaucoup de plongeurs, j’ai souvent eu l’envie d’uriner en plongée, parfois jusqu’à presque en souffrir parce que j’ai toujours voulu épargner à ma combinaison un outrage finalement pas si grave que ça.

Pourquoi a-t-on normalement envie d’uriner ?

palier-trop-long-p2n

L’envie d’uriner apparait normalement 6 à 8 fois par jour et en général au moins une fois la nuit pour permettre à la vessie de se vider au moins partiellement. Notre corps a en effet besoin d’éliminer environ 1 à 1,5 litre d’urine par jour. Cette urine est le résultat de l’activité de filtrage du sang au niveau des reins pour le débarrasser de tous les produits toxiques issus de l’activité biologique du corps ou des aliments et boissons ingérés.

Avoir un besoin supérieur à cette moyenne peut être une raison de consulter un médecin car beaucoup de causes peuvent provoquer cette envie d’uriner intempestive. Evidemment d’une façon plus normale, plus on boit et plus il faut s’attendre à uriner souvent, surtout si on consomme des boissons par exemple qui sont connues pour augmenter notre besoin, la bière en est un exemple.

En plongée la chose est un peu différente, l’envie d’uriner est favorisé par différentes causes dont la pression qui s’exerce sur le corps en immersion et par la baisse de la température corporelle.

L’influence de la pression.

C’est bien connu des plongeurs, plus on descend profond et plus la pression environnante augmente (environ 1 bar tous les 10m). Cette pression provoque une contrainte sur le corps (dont les membres en particulier) qui tend à refouler le sang vers les parties moins exposées. Le sang refoulé augmente alors le volume sanguin dans le reste du corps. Celui-ci cherche naturellement à retrouver un certain équilibre en éliminant une partie de cette surcharge de volume, ce qui se traduit par une suractivité des reins et un remplissage plus rapide de la vessie.

Il est évident que si la vessie n’a pas été vidée avant la plongée, elle va vite saturer et déclencher l’envie urgente de se satisfaire. Deux solutions se présentent alors, soit se laisser aller (solution facile à assouvir mais difficile à prendre psychologiquement), soit de se retenir si la fin de la plongée est proche.

Et si on veut se retenir absolument, que risque-t-on ? Et bien comme tous les signaux envoyés par le corps une alerte n’est pas à prendre à la légère. Se retenir d’uriner peut entrainer une inflammation de la vessie bien sûr, mais toucher également les reins. là ça devient inquiétant.

Par précaution, il parait donc peu judicieux de se retenir.

L’influence de la température.

Nous l’avons vu dans un de mes précédents articles, notre corps réagit à la température et au froid en particulier en limitant dans ce cas la circulation sanguine dans les zones les plus susceptibles de perdre de la chaleur. Cette limitation a donc à quelque chose près le même effet que celui de la pression, c’est à dire augmenter le volume de sang dans les autres zones du corps et donc de provoquer une suractivité de la vessie.

Evidemment, cette action conjuguée à celle de la pression accélère un peu plus le remplissage de la vessie. Malheureusement celle-ci n’est pas extensible à volonté, elle contient normalement l’équivalent d’une tasse soit environ 250 ml de liquide.

L’influence de la nourriture et de la boisson.

le-verre-deau-p2n

Certaines boissons augmentent le filtrage des reins. C’est évidemment le cas si on boit beaucoup d’eau avant la plongée, mais aussi si on s’abreuve avec trop de café ou de thé, j’ai aussi cité plus haut l’effet de la bière. Certaines nourritures aux vertus amaigrissantes peuvent avoir le même effet, éventuellement quelques médicaments.

Faut-il alors éviter de boire avant d’aller plonger ? Pas du tout. Si on se prive de boisson avant une plongée on se met en situation de déshydratation. Un phénomène accentué par tout ce qu’on a vu plus haut puisque le corps cherche à se débarrasser d’un surplus artificiel d’eau.

Lors de la sortie de l’eau, on peut facilement imaginer que la pression ayant disparu et que le corps se réchauffant, on vient dans une certaine mesure à manquer d’eau. Cela provoque un épaississement du sang et donc une plus grande difficulté pour lui de circuler. Il ne faut pas oublier non plus que c’est le moment où les microbulles dans le sang peuvent avoir l’effet le plus dévastateur. Si la crise est grave on tombe en accident de décompression. Un comble si on est un adepte scrupuleux des règles de sécurité.

Que faire ?

Tout dépend de chaque personne. Certaines ont une grosse vessie, d’autre une petite. Certaines ont un besoin très fréquent, d’autre non. Il n’y a pas de règle facile à uniformiser.

Ce qu’il faut retenir c’est:

* Ne pas descendre profond pour limiter la pression en immersion.

* Utiliser des vêtements de plongée chauds et confortables.

* Eviter de trop serrer la ceinture de plomb, l’usage d’un baudrier peut être une solution pratique.

* Prendre le temps de vider à fond sa vessie juste avant la plongée. Plus facile à dire qu’à faire, je sais.

* Boire raisonnablement de l’eau avant de plonger en évitant alcool, café ou thé.

* Boire de l’eau immédiatement après la plongée. La bière, tout agréable qu’elle soit, n’est pas conseillée ni avant, ni après la plongée.

* Bien s’hydrater en cas de plongées successives pour ne pas cumuler les risques.

* Ne pas faire d’efforts lors de la remontée, ni même après la sortie de l’eau.

* Ne pas faire d’activité sportive après une plongée.

* En cas de problématique sérieuse, consulter un médecin et pourquoi pas un conseil en diététique.

Conclusion.

Ce petit travail de synthèse est sûrement quelque chose de connu et diffusé dans les clubs, mais tout le monde ne plonge pas dans une structure, alors il me semblait assez opportun de faire ce petit rappel.

J’espère en tous cas qu’il pourra vous être utile. Je vous souhaite donc de belles plongées sans trop de contraintes de vessies.

Si cet article vous a plu, il y en a sûrement d’autres qui pourraient vous intéresser aussi, n’hésitez pas à fouiller l’historique du blog.

Ce blog a besoin de vous pour se développer, n’hésitez donc pas à en faire la promotion. Un petit commentaire sympa me fera également le plus grand plaisir.

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *