La coryphelle, joyau du bassin d’Arcachon

La Coryphelle, joyau du bassin d’Arcachon.

Flaveline Hortense le 18 12 2015 Flabelines en groupe p2n

La coryphelle mauve est maintenant appelée flabellina pedata. C’est un nudibranche de taille assez grande, entre 20 et 30 mm adulte, pour être facilement repéré sur les rochers du Cap Ferret où cette flabelline abonde.

La coryphelle fait partie de la grande famille des éolidiens, c’est à dire d’une catégorie de nudibranches qui contrairement aux doridiens ne possèdent pas de branchies à l’arrière du corps.

En fait c’est les nombreux tentacules appelés cérates qu’elle porte sur le dos qui lui servent d’organes de la respiration par un processus d’échange direct à travers la peau.

Ces tentacules, plus exactement des papilles dorsales, sont longs, de couleur rouge orangée tirant sur le mauve. Leur extrémité blanche contient une poche où se trouve stocké un produit urticant qui lui sert de défense contre les prédateurs éventuels.

Ce produit est issu de la consommation d’hydraires dont la flabelline mauve fait une grande consommation et sur lesquels on va facilement la trouver en train de brouter ou de déposer ses oeufs.

A l’avant du corps la coryphelle possède deux longs tentacules mauves aux extrémités blanches qui lui servent de guides tactiles. En effet, comme la plupart des éolidiens le sytème occulaire de l’animal est tres peu développé et ne peut probablement lui servir qu’à différencier le jour de la nuit.

Deux autres tentacules se dressent sur la tête, ce sont les rhinophores, deux organes lisses qui ont une fonction essentiellement olfactive pour trouver soit la nourriture, soit un partenaire.

Un ami me rappelait qu’on peut confondre la coryphelle avec une autre flabelline qui lui ressemble beaucoup, La flabelline affinis, appelée aussi flabelline mauve. Celle-ci n’a pas les rhinophores lisses mais annelés. Les cérates sont beaucoup plus roses qu’orange et leur extrémité pourpre plutôt que blanche. Personnellement je n’en ai jamais filmé au Cap Ferret bien qu’il semble que ce nudibranche de même dimension que la coryphelle soit présent.

Coryphelles 4 P2N Flabeline fond noir faceb

La coryphelle est hermaphrodite, à la fois mâle et femelle. Après fécondation, chaque individu du couple va pondre rapidement ses propres oeufs.

Comme beaucoup de nudibranches, la coryphelle a une durée de vie relativement courte d’environ 8 à 12 mois. C’est pourquoi à la fin de l’automne elle a presque disparu.

La reproduction commence tôt dans l’année à faible profondeur entre 5 et 10 m. En fin d’année, dés le début décembre il faudra descendre dans la zone des 18 à 20 m pour trouver les alevins qui mesurent alors entre 3 et 5 mm.

C’est lorsque les hydraires tubulaires recouvrent le substrat rocheux sur de grandes surfaces qu’on les observe les plus nombreuses. A ce moment là, elles semblent ne plus avoir qu’une seule envie, c’est de se reproduire. On va pouvoir alors très facilement les observer en train de déposer leurs oeufs de couleur blanche ou à peine rosée sur des branches d’hydraires. La ponte ressemble à un long filamment enroulé autour d’une branche verticale d’un hydraire dont les juvéniles pourront sans doute se nourrir à la naissance.

La coryphelle est un petit nudibranche très agréable à prendre en photo ou en film bien que La plupart du temps ce soit assez difficile car les courants du flux et du reflux les bousculent fortement.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *