Tag Archives: Arcachon

On en finira donc jamais !!

Dragage et réensablage du SIBA, la pouasse.

On pensait en avoir finit avec les dragages et les reensablages des plages, et bien pas du tout. En effet amis plongeurs et plongeuses je glisse ces quelques lignes pour vous informer que c’est repartit pour un tour au sud d’Arcachon.

Une dragueuse du SIBA, le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon a été installée à la jetée du Moulleau. Comme l’année dernière, du sable va être aspiré sur le banc de sable immergé pour être redéposé sur la plage sud du Moulleau puis lorsque cela sera terminé ce sera le tour de la plage nord.

A ce qui est annoncé par le SIBA, les travaux dureront jusqu’au 15 juin, non il ne s’agit pas d’une erreur, vous lisez bien jusqu’au 15 juin !!. Autant dire que si vous voulez plonger devant la ville d’Arcachon munissez-vous d’un sonar ou d’un radar car vous naviguerez à l’aveugle c’est certain.

Etat actuel de la chose à St Yves

Je sors d’une plongée Kamikaze à St Yves avec mon binôme Frédéric. La visibilité variait de 30 à 50 cm au mieux. L’ensemble de la zone est complètement recouverte d’une couche de limon grisâtre de plusieurs millimètres d’épaisseur.

D’autre part, beaucoup de sable s’est déplacé et recouvre le perey de la ruelle en bonne partie. Pas moyen d’y voir grand chose car dès que l’on palme, des nuages de boues fines obscurcissent la visibilité. C’est bien dommage parce que le peu que l’on a pu voir avec Frédéric montrait que beaucoup d’anémones très jolies ornent le massif des hermelles.

Frédéric a même pu observer plusieurs petits doris rouges. Personnellement je n’en avais jamais vu sur le perey de la petite ruelle de la mise à l’eau.

Il ne reste plus qu’à espérer que la zone d’Hortense puisse rester à l’écart de cette pollution catastrophique. Elle tombe malheureusement au moment ou les seiches de mer viennent se reproduire dans le bassin. D’autres espèces pourraient en pâtir comme les dorades par exemple ou une bonne partie de la faune dont la nourriture à base d’hydraires et de bryozoaires va se retrouvée ensevelie et probablement mourrir en partie.

Je ne pense pas qu’aucune étude d’impact sur l’environnement sous-marin ait jamais été faite pour mesurer les effets nocifs de cette pratique sur la faune et la flore sous-marine, quel gâchit.

Nouvel ajout en VIE MARINE

Cela fait quelques temps déjà que je ne me suis pas préoccupé de compléter ma page VIE MARINE. Je comble aujourd’hui ce retard avec un petit sujet sur Le Prêtre, dans la catégorie poissons.

Je viens également de compléter les albums photos des poissons avec une nouvelle galerie photo de ce petit animal.

J’espère que ce petit texte très pragmatique vous donnera envie d’aller découvrir ce petit poisson étonnant et très intéressant si on veut bien lui accorder un peu de temps.

Le Prêtre.

Le Prêtre est un petit poisson d’une dizaine de cm qui vit en groupe plus ou moins dense près de la côte rocheuse du Cap Ferret. Il affectionne les zones peu profondes de la surface à quelques mètres.

Généralités

La journée on le trouve près de la surface mais la nuit il se met à l’abri plus profond entre les rochers ou au dessus du sable. C’est un poisson assez craintif mais la nuit il se laisse attirer par la lumière des phares des plongeurs.

Les jeunes spécimens vivent en bancs de plusieurs dizaines voire centaines d’individus. En plongée de nuit leur présence peut même ……..

Cliquez ici pour poursuivre la lecture de cet article en entier.

Si vous ne voulez rien rater des prochains articles à sortir sur ce blog, une seule solution: abonnez-vous !! Vous n’avez juste que l’adresse mail à renseigner sur laquelle vous souhaiterez recevoir gratuitement les informations de mise à jour du blog.

Mes dernières plongées.

Vous n’avez pas encore eu le loisir de mettre la tête sous l’eau ? Pas de soucis, je plonge toute l’année alors suivez mes petits résumés de chaque sortie dans mon journal de plongées. Vous y trouverez plein de photos d’actualité et des infos sur l’état de la mer ou encore sa température.

Cliquez ici pour aller sur le journal.

Turbidité en amélioration.

Turbidité en amélioration

Dimanche soir j’avais l’occasion d’aller sur le bassin en souhaitant une amélioration de la turbidité. Et les élections alors ?? Ben a vrai dire j’avais plus envie d’aller voir les poissons que de me taper 3 heures de débats stériles pour savoir qui pense quoi de qui et quand et pourquoi et gnagnagna…. J’ai déjà mon choix et ça me suffit grandement car je ne fais aucune confiance à l’appareil journalistique.

Bref bonne pioche puisque l’eau montrait bien plus de clarté que de turbidité. Franchement, Hortense avec 3 mètres de visibilité ça vaut vraiment le coup !

Vous avez plusieurs photos de la soirée dans ma page JOURNAL, je vous invite donc à les découvrir après avoir visionné le petit clip que je vous propose juste plus bas.

Il s’agit d’un petit clip de montage de quelques prises de vue sur des anémones et des dahlias de mer dans la zone des 18 m au Cap Ferret au bassin d’Arcachon.

J’espère que vous aurez trouvé le clip intéressant. J’avais juste envie de vous montrer que tout mérite qu’on passe quelques secondes immobile à observer ce qui d’habitude n’est que survolé.

Bon weekend à tout le monde et bonne plonge si vous mettez la tête sous l’eau malgré les gros coefs.

Reprise de mes activités sur le blog

Le retour.

Depuis la fin février je me suis montré très discret sur le blog. Ce n’est pas que je n’ai rien à y montrer mais juste que deux éléments sont venus perturber un peu le quotidien.

Tout d’abord, comme je viens de le décrire dans mon dernier article sur le manque de visibilité au bassin d’Arcachon, la turbidité depuis presque 1 mois et demi et si mauvaise qu’il ne sert presque à rien de faire le déplacement.

Ensuite, j’ai eu la chance du 13 au 23 mars de passer quelques jours en martinique. Evidemment vous comprendrez facilement que je n’avais pas le coeur à me remettre à l’eau tout de suite après avoir profiter de la limpidité de l’eau et d’une température de la surface jusqu’au fond de 27°.

Mon voyage en Martinique.

Vous devez vous douter que j’ai fait le plein de belles photos. Je vais profiter du weekend pascal pour vous concocter un petit résumé dans la page « Voyages« . Je vous invite donc à être attentif à ce que je vais publier les prochains jours.

Comme vous pouvez le voir il y aura de très belles photos que je vous invite à découvrir pour certaines en haute résolution sur ma page facebook. Utiliser le lien qui vous propose de vous y amener et n’hésitez pas à laisser un petit commentaire, ça me fera vraiment beaucoup plaisir.

Reprise des plongées au bassin.

Les Antilles c’est bien mais bon, c’est pas encore demain la veille qu’on aura la même chose au bassin, surtout avec les dragages des ports qui génèrent une eau très fortement chargée en boues et en particules.

Bref, dès hier soir j’ai pu enfiler à nouveau une combi épaisse pour tenter une plongée de nuit sur les péreys d’Arcachon. N’hésitez pas à visiter ma page « Journal » pour découvrir quelques photos parfois surprenantes.

Plongée de nuit découverte à besoin de vous pour se faire connaître, vous avez toute ma gratitude de participer à sa diffusion en parlant du blog autour de vous. Merci d’avance pour votre aide.

Je vous souhaite bien évidemment de bonnes lectures dans mes pages et également un excellent weekend Pascal, à bientôt.

Adieu la visi. turbidité et plongées galères

Turbidité, mais quand cela cessera-t-il enfin ?

On aurait pu croire en fin d’année 2016 que la plongée sur nos sites favoris du bassin d’Arcachon allaient redevenir une source de vrais plaisirs pour les yeux. Malheureusement depuis le mois de janvier il faut bien se rendre à l’évidence, il va falloir s’habituer à plonger dans un bain de boue.

Mais pourquoi donc ?

Ils se trouve que plusieurs communes du basin se sont associées pour fonder une structure qui leur permet de dégager l’envasement des ports et des chenaux d’accès.

C’est le SIBA. Créé en 1964, le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon intervient au service des communes d’Arcachon, la Teste de Buch, Gujan-Mestras et le Teich et les 6 communes du nord Bassin : Biganos, Audenge, Lanton, Andernos-les-Bains, Arès et Lège-Cap Ferret.

En fait de boues on devraient plutôt parler de vases car il s’agit d’un dépôt naturel qui s’accélère simplement en particulier avec l’activité humaine croissante tout autour du bassin.

D’où vient toute cette vase ?

Plusieurs facteurs ont contribué ou contribuent aujourd’hui à l’envasement de tout le fond du bassin mais aussi des berges plus proches de l’océan.

La première source de sédiments est l’apport naturel des écoulements d’eau dont La Leyre est le principal contributeur. L’urbanisation locale est venue transformer le littoral et l’effet tampon des zones végétales s’est vu fortement diminué d’où un accroissement des déversements de matières organiques dans la lagune.

Mais ce n’est pas tout, l’activité économique a joué un rôle non négligeable, on a bien sûr accusé l’ostréiculture, peut-être avec raison, mais c’est surtout avec le développement du nautisme et l’usage de produits d’entretient à base d’étain fortement toxique que le phénomène s’est accéléré. Bien évidemment, l’augmentation des nitrates produits par l’agriculture et les rejets provoqués par la présence humaine ont permis le développement de boues fines et lourdes dans lesquelles se concentrent en particulier des métaux lourds et des composants chimiques toxiques pour la faune et la flore sous-marine.

Où en est-on ?

Malgré les efforts du SIBA et l’amélioration des filtrages de rejets d’origines humaines, on ne peut que constater l’accélération du phénomène. C’est des millions de m3 de vases qu’il faudrait traiter, on est loin des quelques 60 000 m3 enlevés chaque année ou presque des ports et des chenaux.

Les dragages.


La principale parade consiste malheureusement à prélever les sédiments qui obstruent les ports en particulier. Ce faisant cette activité soulève une grande quantité de vase qui vient opacifier l’eau du bassin tout en rediluant tous les effluents toxiques qui s’étaient stabilisés dans les boues. La conséquence immédiate est bien sûr une hécatombe dans le milieu sous-marin avec la perte irrécupérable des herbiers de zostères, l’intoxication des organismes filtreurs et de leurs prédateurs. La lumière solaire ne pénètre plus assez profond dans l’eau d’où une augmentation de la prolifération bactérienne avec à la clé la fragilisation du milieu animal et au pire sa disparition.

Le point depuis le début de l’année.

Les dragages du port de Fontainevieille à Taussat qui avaient commencé début janvier sont terminés, oufff. Toujours au fond du bassin, c’est 8500 m3 de vases qui ont été dégagées du port du Teich.

Et maintenant ?

Et bien rien n’est fini, quand c’est pas les vases qu’on déplace, c’est le sable. Tout le printemps 2016 avait été pollué par le réensablement de la plage du Moulleau à Arcachon, c’est cette année au tour de la plage de La Vigne. Résultat des courses, une visibilité qui vient de chuter d’a peine plus d’un mètre à moins de vingt centimètres.

C’est aussi au tour du port d’Audenge et de son chenal d’accès d’être dévasé. Je crois avoir compris que ce sera aussi le cas avant le mois de mai du port de Gujan-Mestras.

Bref, amis plongeurs et plongeuses, vous n’êtes pas sortis d’affaires !!

Joyeux Noël

Meilleux voeux pour une belle fête de Noël.

Pas besoin de beaucoup de mots pour se souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année.

Pour passer une petit moment agréable, je vous propose un petit diaporama que je viens de concocter à partir des photos que je poste ces dernières semaines soit sur mon mur Facebook, soit ici dans mon journal de plongées, que je vous invite d’ailleurs à découvrir au plus tôt si ce n’est pas encore fait.

Bon Noël à tout le monde.

L’Anémone Solitaire

Cela fait quelques temps déjà que je ne me suis pas préoccupé de compléter ma page VIE MARINE. Je comble aujourd’hui ce retard avec un petit sujet sur L’anémone solitaire, dans la catégorie anémones évidemment.

J’espère que ce petit texte très pragmatique vous donnera envie d’aller découvrir cet animal marin étonnant et très spectaculaire.

L’anémone solitaire.

Anémone solitaire La Vigne 10 avril

Beaucoup moins grande que les cérianthes, l’anémone solitaire n’en reste pas moins l’anémone la plus imposante qu’on puisse rencontrer au bassin d’Arcachon. Bien que peu fréquente, on la croise un peu partout dans la zone des 3 à 8 m, que ce soit placée près du sable entre deux rochers du Cap Ferret, ancrée sur des coquilles d’huitres mortes au Port de La Vigne ou encore sur un support solide dans les bancs de sable devant la ville d’Arcachon.

L’anémone solitaire est aussi appelée anémone parasite, anémone du pagure ou bien encore anémone du bernard l’hermite. En effet, elle est connue pour vivre en symbiose avec ces petits crustacés. Lorsque c’est le cas, l’anémone fixe son large pied sur la coquille qu’occupe le crustacé dont elle assure en partie la sécurité en ….

Cliquez ici pour poursuivre la lecture de cet article en entier.

Si vous ne voulez rien rater des prochains articles à sortir sur ce blog, une seule solution: abonnez-vous !! Vous n’avez juste que l’adresse mail à renseigner sur laquelle vous souhaiterez recevoir gratuitement les informations de mise à jour du blog.

Mes dernières plongées.

Vous n’avez pas encore eu le loisir de mettre la tête sous l’eau ? Pas de soucis, je plonge toute l’année alors suivez mes petits résumés de chaque sortie dans mon journal de plongées. Vous y trouverez plein de photos d’actualité et des infos sur l’état de la mer ou encore sa température.

Cliquez ici pour aller sur le journal.

Le Bar

Ca faisait un bon moment que je n’avais plus ajouté d’articles sur ma page VIE MARINE, voila qui est corrigé avec le nouveau texte que je vous propose sur le Bar au Bassin d’Arcachon. Dans la continuité des précédentes descriptions de la faune du bassin, cet ajout est particulièrement destiné aux débutants. Mais trêve de commentaires, je vous laisse découvrir cette nouveauté en vous souhaitant une bonne lecture.

Le Bar, le Loup.

Le bar est un poisson très recherché au bassin d’Arcachon. Les pêcheurs adorent tout autant sa capacité à se « défendre » que la qualité de sa chair. D’ailleurs les restaurants locaux ne s’y trompent pas et proposent divers plats très gouteux de ce poisson. On le retrouve aussi sur les cartes sous le nom de « Loup », une appellation qui viendrait de sa voracité.

Ce surnom de « loup » est bien malencontreux car un autre poisson porte le même nom. Il s’agit d’une espèce très différente qui ressemble plus à un énorme gobie qu’à la silhouette élégante du bar.

bar-sable-2 bar-6

Le bar est un poisson carnivore à l’allure fusiforme. Le corps est relativement massif sur l’avant où une large tête possède une bouche puissante et de grande dimension. La robe du bar que l’on rencontre au bassin d’Arcachon est en général de couleur argentée et claire. Mais parfois le dos parait plus sombre. Le dessus de la tête lui aussi est relativement foncé tout comme une tâche assez large qui orne les opercules des branchies au dessus des nageoires pectorales. La nageoire caudale est…….

Cliquez sur ce lien pour voir la suite de cet article en page VIE MARINE.

STOPPP !!!! Ne quittez pas ces pages sans avoir visité mon journal de plongées en cliquant sur ce lien.

Voir des nudibranches à Arcachon

_______________________________________________________________________________________________________________

Chercher les nudibranches.

Polycera de dos  P2N Flabeline arveloi

Un peu d’alchimie cérébrale.

Tiens tiens avant de parler des nudibranches, pour une fois si on parlait plongée avec un petit jeu de mots d’alchimie ? Voyons voir ça, humm humm, vous rentrez de la plongée on vous dit: alors ? comment t’as trouvé l’eau ? C’est donc en toute logique que la personne croit que vous la cherchiez. Mais chercher, vous serez d’accord, c’est jeter un oeil , et si on ne voit rien c’est que la chose est bien cachée. Il suffit de regarder, c’est à dire poser le regard au bon endroit pour…. trouver….donc pourquoi pas l’eau effectivement !! Oulà, je dois plus aller bien moi, revenons plutôt à la plongée où le regard cette fois-ci a toute son importance.

Généralités.

Parmi les généralités et les réflexions de quelques plongeurs que j’ai pu entendre par le passé, quelques-unes étaient du style: « Boff, le bassin, c’est toujours pareil, on y voit rien, y a pas grand chose ». Et en effet, à première vue les sites les plus fréquentés par les plongeurs locaux ne présentent pas une richesse fantastique, mais à première vue seulement. Tout le monde a déjà vu évidemment des anémones bijoux, des éponges, des algues grisâtres qui recouvrent les rochers, des ferrailles un peu partout, parfois dangereuses d’ailleurs….Bref pas de quoi s’éclater, hé bien pas du tout, il suffit de mieux regarder pour pouvoir s’émerveiller des toutes petites choses.

Dans un article précédent, je faisais un petit comparatif sans prétention entre « voir » et « observer » car il y a beaucoup à dire sur ces deux actions et ce que chacune peut nous apporter. « Qui veut voir doit d’abord regarder« , ça paraît bête comme chou mais pourtant ce n’est pas dénué de bon sens.

Bon, allez-vous dire, et alors ? Et ben alors voilà: regarder, c’est poser son regard, mais ça sous-entend que l’environnement le permette, ce qui se traduit au bassin par avoir une eau claire, chose rare. Il faut reconnaître qu’avec 50 cm en hiver par exemple, on se demande quelle mouche nous pique d’aller plonger. Ensuite, est-ce une plongée de jour ou une plongée de nuit ? Il y a une grande différence: le jour la lumière du soleil pénètre plus ou moins profondément selon l’état du ciel, l’heure ou l’époque de l’année. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, on voit beaucoup moins bien la journée qu’en pleine nuit si l’on dispose de l’éclairage qui va bien. La nuit, seules les lumières artificielles peuvent révéler la richesse sous-marine. On aura besoin en général de beaucoup de lumière artificielle et comme je l’ai déjà expliqué, la turbidité de l’eau absorbe très vite une grande quantité de lumière. Il faudra donc veiller à ne pas négliger le choix d’une lampe, d’une torche ou d’un phare. Je reviendrai sans doute bientôt sur ce sujet car on entend dire un peu tout et n’importe quoi à propos de la puissance lumineuse.

D’autre part, on le sait peu, 80% des espèces animales sont nocturnes, que ce soit sur terre ou sous l’eau. Plonger la nuit c’est par conséquent se garantir du plaisir de certaines découvertes. Bon, à une condition tout de même, c’est de savoir prendre le temps de vraiment regarder. Beaucoup de ce qui est caché est par nature tout petit et il faut se rendre à l’évidence, en plongée, chercher ce qui est petit, ce n’est pas facile. En tous cas, cela exclut de passer en coup de vent à 3 mètres au-dessus des rochers en se prenant pour un avion à réaction.

limacia clavigera  P2N Flabeline fond noir faceb

Parmi tout ce merveilleux petit monde à découvrir, il y a les limaces de mer dont les nudibranches font partie.

Comment voir des nudibranches au bassin d’Arcachon ?

Pour voir des nudibranches au bassin d’Arcachon il faut déjà comprendre ce qu’ils sont et quel est leur mode de vie. Ces petits animaux sont des limaces, en fait de petits mollusques sans coquille. Petits n’est pas un qualificatif exagéré, en effet certains ne mesurent pas plus que 3 à 4 mm. Nudibranches signifie textuellement « les branchies à nu ». Cela se traduit physiquement d’une façon assez surprenante par l’existance à l’arrière du dos de l’animal d’un panache coloré et rétractile, c’est en fait l’appareil respiratoire extériorisé du mollusque.

chromodoris Hortense le 27 12 2015 nudibranche croustillant hortense 6 decembre 2015

Le corps des nudibranches peut être lisse ou recouvert de nombreux tentacules plus ou moins gros selon l’espèce, il possède en général des couleurs tout simplement magnifiques. Un mimétisme parfait avec l’environnement rend souvent la détection des plus petits particulièrement délicate. La tête ressemble un peu à celle de nos escargots. Sur le devant de tête se trouve une paire de 2 tentacules assez grands et très mobiles qui servent à tatonner. Un peu plus loin, une deuxième paire rétractable appelée les rhinophores pointe vers le ciel. A ce niveau on peut distinguer, parfois avec difficulté, l’ébauche plus ou moins évidente de deux minuscules yeux sombres.

coryphelle 3 P2N Faceline P2N

Les nudibranches ont parfois des régimes alimentaires très sélectifs qui imposent à l’animal de vivre directement au contact de sa subsistance. Avec l’habitude on finit par reconnaitre ses aliments ce qui permet de cibler les recherches sur une zone peu étendue. Il peut s’agir d’éponges, de tuniciers, de bryozoaires ou encore d’hydraires, voire parfois des pontes de poissons. Certaines limaces consomment même des anémones, en stockant leur venin elles se rendent très peu goûteuses pour les prédateurs. Certaines nourritures sont saisonnières comme les hydraires tubulaires par exemple qui disparaissent totalement des rochers dès que la température de l’eau dépasse 14 à 15°. Les très nombreuses flabelines qui s’en régalent et y pondent leurs oeufs au début du printemps disparaissent en même temps, c’est bien dommage. On le voit, pour trouver des nudibranches ils faut avant tout savoir décrypter l’environnement et prendre son temps.

D’autres considérations sont également très importantes. Les nudibranches sont très fragiles et très légers. par conséquent les courants violents des marées du bassin peuvent facilement les emporter. C’est pour cela qu’il vaudra mieux les chercher soit sur les flancs de rochers à l’abris du courant ou bien à l’entrée de quelques cavités dont les limaces de mer aiment coloniser les plafonds. On va donc trouver certaines espèces à des endroits très particuliers que seuls le temps et la pratique permettent de reconnaître du premier coup d’oeil. Heureusement, ces petits animaux sont des fous de la reproduction et batifollent en grand nombre laissant sur les rochers ou accrochés aux tiges des hydraires des paquets d’oeufs eux aussi particulièrement intéressants.

Reconnaître les nudibranches est une affaire de spécialistes, il n’y a pas de honte à se tromper de temps en temps. Il en existe une quantité d’espèces assez phénoménale dont au moins une bonne vingtaine, ou même plus, peuplent le bassin d’Arcachon.

Où les voir ?

Je ne prétends pas être un grand spécialiste en biologie marine ni même pratiquer la plongée partout au bassin. N’étant pas en club, je me limite aux plongées accessibles depuis le bord. J’ai donc décrit ces lieux dans un précédent article.

Le site principal reste, et de loin, le plus populeux et le plus beau. Il s’agit du spot de plongée d’Hortense presque au bout de la presqu’ile du Cap Ferret. Là les nudibranches colonisent de nombreux enrochements mais il faut malgré tout avoir un oeil averti pour les y discerner tant ils sont minuscules. Un autre spot reconnu plus pour ses hippocampes que pour ses nudibranches, c’est le site au sud du Port de La Vigne. Ici c’est dans les structures riches en éponges qu’il faudra chercher. On y trouve assez facilement de magnifiques cantabriques. De l’autre côté du bassin d’Arcachon, c’est presque impossible d’en trouver tant les fonds sableux sont omniprésents.

Les nudis les plus fréquents.

Parmi les espèces facilement observables on trouvera pas mal de flabelines, de coryphelles, de berthelles, de doris de krohn, de doris aérolés, de doris oranges, de doris citrons, de doris tricolores, de polycéras, de cantabriques et bien d’autres encores. Je vous conseille de visiter la page web http://fran.cornu.free.fr/liste/liste.php?sous_groupe=7, pour voir tout ce petit monde en photo.

nudibranches Hortense le 22 12 2015 Nudibranche 3  P2N

Pour vous faire plaisir essayez donc d’en découvrir quelques-uns vous-même, c’est vraiment génial.

Prudence.

Prudence lorsque vous vous arrêterez pour exercer vos talents de limiers, les nudibranches sont extrêment fragiles, surveillez votre palmage pour ne pas les blesser ou ravager leur lieu de pontes. Alors je n’ai plus qu’à vous souhaiter de belles découvertes.

La sépiole

La sépiole.

La sépiole est un petit mollusque, un céphalopode plus exactement qui ressemble à une minuscule seiche bien qu’en fait elle ne fasse pas partie de cette catégorie.

Petite sépiole 3 juillet 2016 p2n sépiole 1 3 juillet 2016 p2n

Le corps de la sépiole mesure à peine 5 cm, il est sensiblement cylindrique. La tête supporte 8 bras équipés de ventouses. Ah ben mince !, 8 ça fait pas 10 et déca c’est bien 10, aurais-je loupé quelques choses ? Loupé non, mais pas vu oui. Effectivement les deux derniers bras sont enroulés sous les premiers lorsque le sépiole nage, ces deux là sont préhensibles, ils servent à la chasse pour attraper les …….

Cliquez sur ce lien pour découvrir l’article en entier en page VIE MARINE..

STOPPP !!!! Ne quittez pas ces pages sans avoir visité mon journal de plongées en cliquant sur ce lien.

1 2 3 4