Tag Archives: mer

Les anémones de mer passent à la télé !!

Les anémones de mer sur NoA !!

NoA c’est quoi ?

Inspirée des modèles FR3 Corse et Outremer, Noa se veut la première chaine en France 100% régionale. Diffusée sur les Box des fournisseurs internet mais aussi sur son site internet cette nouvelle chaine culturelle se veut le vecteur de la découverte des richesses de la nouvelle Aquitaine.

Dans ce cadre, NoA diffusera mercredi 26 septembre à partir de 20h00 un petit journal d’info sur les rencontres sous-marines d’Arcachon qui ont eu lieu sous l’égide de la FFESSM le 1 et 2 septembre dernier.

Le clip « Les anémones des mer ».

Mon clip sur les anémones de mer du bassin d’Arcachon qui a eu l’honneur de la première place du challenge vidéo amateur y sera en parti repris pour inciter les téléspectateurs à s’intéresser de plus près à la vie sous-marine si cruellement ignorée, en particulier au bassin d’Arcachon.

Pour ceux et celles qui ne pourraient pas voir cet épisode culturel, il devrait être rediffusé en podcast, je vous en dirai plus évidemment dès que j’aurais des informations plus précises.

Archimède, poussée, flotter ou couler.

La Poussée d’Archimède, pas aussi simple qu’on ne le croit.

La poussée d’Archimède a déjà fait l’objet d’un article dans le blog, un article que je vous invite à relire ou peut-être à découvrir si ce n’est déjà fait.

Mais si l’article existe déjà, pourquoi donc en refaire un autre ? Tout simplement parce que les raisons qui permettent à un nageur ou un plongeur de flotter ou de couler ne sont pas si faciles que ça à comprendre malgré ce qu’en disent la littérature ou les explications basiques les plus répandues.

Ah bon ?, y aurait-il plusieurs poussées d’Archimède ? Non, bien évidemment non, mais ce qui fait toute la différence (et qui n’est quasiment jamais noté ou mis en avant), c’est que le théorème d’Archimède ne fonctionne que dans un état de statique, c’est à dire quand aucune modification de position, de déplacement ou de volume n’intervient. Nous allons donc étudier ces différents paramètres.

Le poids apparent est la différence qui existe entre le poids P de l’objet et la force d’Archimède Fa. Si Fa est plus grand que P, l’objet flotte en surface.

Le théorème de base

Rappelons ce que dit notre fameux théorème. Tout corps plongé dans un fluide subit de la part de ce fluide une force verticale, dirigée vers le haut, équivalente au poids du liquide déplacé par le volume immergé..

Jusque là rien de bien sorcier. Mais ce qui coince c’est quand on commence à se poser quelques petites questions saugrenues. Par exemple, « comment se fait-il qu’on flotte mieux à l’horizontale qu’à la verticale ? » ou bien: « pourquoi certaines personnes n’arrivent pas à faire la planche ? ». Pour répondre simplement, il faut revenir à quelques bases de physique, voyons ça.

Densité et flottabilité

La densité.

Si on s’en tient à la simple définition d’un dictionnaire, la densité est le rapport de masse entre un volume de liquide ou de solide et le même volume d’eau à une température de 4°. Pour les gaz c’est un peu différent mais ici cela ne nous intéresse pas.

Prenons l’exemple d’un mètre cube d’acier, il possède une masse de 7850 kg, le même volume d’eau douce a une masse de 1000 kg, le rapport donne 7850/1000 = 7.85. On va dire que l’acier est 7.85 fois plus dense que l’eau douce.

Un corps humain à une densité de 1.025 en moyenne ce qui explique qu’étant plus dense que l’eau il coule. Pourtant les gens font la planche et ne coulent pas ? C’est vrai, que se passe-t-il donc ?

Pour flotter il faut faire baisser sa densité, le corps humain possède deux poumons qui se comportent comme des ballons gonflés d’air. L’air étant mille fois moins dense que l’eau, plus les poumons sont gonflés, plus le volume occupé s’agrandit et plus la densité apparente du corps diminue. Au bilan on flotte. C’est d’autant plus vrai que l’eau est dense car chargée en sel dilués comme c’est le cas en eau de mer.

Certaines personnes n’arrivent pourtant pas à faire la planche. Il faut donc chercher autre chose.

Le centre de gravité.

Pour qu’un corps soumis à l’action de deux forces soit en équilibre, il est impératif que les droites d’action de ces deux forces soient parfaitement alignées. Sinon il se produit un phénomène de rotation qui va mettre en place cet alignement. Le poids du corps humain produit une force verticale, dirigée vers le bas, accrochée au centre de gravité du corps quelque part du côté du nombril. La masse d’eau déplacée produit une force d’Archimède au centre de masse du liquide déplacé. Tant que le centre de gravité et le centre de masse ne seront pas alignés, le corps va pivoter dans l’eau, du moins tant que des mouvements des mains ou des pieds ne viennent l’en empêcher.

Chaque personne est un cas à part et même si en moyenne nous avons tous une densité corporelle de l’ordre de 1,025 l’équilibre dans l’eau dépend donc de la répartition des masses. Nous avons tous une forme plus ou moins différente de celles des autres. On peut très bien avoir par exemple des os plus épais et donc une masse plus lourde, notamment au niveau des jambes. Les jambes auront donc naturellement tendance à couler pour venir se mettre à la verticale sous le corps. La seule façon de contrecarrer ce mouvement est de raidir les muscles et de déplacer le volume d’air des poumons en gonflant leur partie basse qui est la plus volumineuse. On appelle ça avoir une respiration ventrale.

C’est bien beau mais si on se met à la verticale on coule très facilement, pourtant on est bien immergé non ? Hé oui, mais je n’ai pas tout dit, voyons ça.

Les variations de volumes.

Lorsque le corps est en position verticale, il se produit un phénomène assez simple à expliquer. L’eau qui entoure le corps exerce sur lui une multitude de petites forces perpendiculairement à la peau (pour simplifier). Ces forces de pression dépendent de la profondeur. Plus le corps est loin de la surface, plus la pression est importante et même si on ne peut s’en rendre compte, cette pression tend à faire diminuer le volume du corps humain. Le volume diminuant, la poussée d’Archimède diminue alors que la densité du corps augmente. C’est tellement vrai qu’en apnée, à 10 mètres de profondeur le volume des poumons est réduit de moitié. Cette pression s’exerce aussi sur les bulles d’air des combinaisons en néoprène qui perdent elles aussi du volume.

En position verticale, surtout si c’est tête en bas, la pression de l’eau va donc faire diminuer le volume global du corps et le faire couler de plus en plus facilement.

Pour rester en surface en position verticale la seule solution consiste à gonfler les poumons mais aussi à faire avec les mains ou les pieds quelques mouvements dont la pression sur l’eau crée une force qui s’ajoute à la poussée d’Archimède. C’est une technique assez facile à apprendre et le fait qu’une personne n’y arrive pas du premier coup ne veut pas dire qu’elle en est incapable, il suffit juste de trouver les mouvements qui vont bien.

Conclusion.

Retenons simplement que la poussée d’Archimède se définit dans le cas d’un corps non déformable et dans une position statique.

Les humains ont en moyenne une densité supérieure à celle de l’eau ce qui les empêche de flotter. Pour réussir à flotter en surface il faut apprendre à utiliser sa respiration ventrale et s’aider de petits mouvements des mains en particulier.

Voila, je voulais faire cette petite mise au point qui vient compléter mon précédent article. Y inclure toutes ces précisions l’aurait trop alourdi et mon but n’est pas de vous faire peur avec des textes trop volumineux ou trop compliqués.

Pour ne pas rater la suite

Pour ne pas rater la suite de mes prochains articles, le plus simple est de vous abonner, une simple adresse mail suffit.

N’hésitez pas à faire la publicité de mon blog, plus vous serez nombreux et nombreuses à le lire et plus vous lui donnerez de chances de durer quelques années de plus, alors je compte sur vous.

Dans le prochain article je vais vous présenter le troisième volet de ma série sur les perrés d’Arcachon. Cette partie abordera en particulier la faune qu’on peut y découvrir.

Je vous dis donc à très bientôt.

Le film: les news

Le film « En Quête des Nudibranches ».

En Quête des Nudibranches est sorti le 13 décembre dernier, le même jour que STAR WARS mais on s’en doutait un peu, il n’a pas encore connu la même notoriété. Bon, il faut bien commencer petit pour pouvoir grandir.

Le film se présente sous la forme d’un bel objet digipack de facture pro. Les ventes qui ont commencé dès la sortie du DVD se poursuivent tranquillement et nous permettent d’envisager très bientôt le financement de nos futurs projets.

Tous les avis qui nous reviennent sur la page « livre d’or » de notre site internet Facelines Productions, sont unanimes pour souligner la beauté des images, de la musique, la qualité et l’intérêt du travail accompli.

J’en profite pour suggérer à ceux qui ont acheté le DVD de prendre quelques instants pour laisser eux aussi leur sensations sur le film en cliquant ici « livre d’or ». D’ailleurs, tout le monde peut y aller pour voir les commentaires qui y sont déjà déposés.

Facelines Productions.

Facelines Productions, l’association qui nous a permis, Claude et moi, de produire « En Quête des Nudibranches » est, il faut le rappeler, sans buts lucratifs.

Notre seule ambition est de promouvoir la sauvegarde du milieu sous-marin du bassin d’Arcachon et par ce biais, la protection de la faune et de la flore qui nous émerveillent tant à chaque plongée.

Le salon de la plongée à Paris du 12 au 15 janvier dernier.

La joyeuse équipe bordelaise de Facelines Productions était présente au salon de la plongée de la mi-janvier. Le stand de 2.0CTOPUS nous y avait réservé un espace convivial pour y accueillir notre matériel vidéo et quelques DVD d’En Quête des Nudibranches à présenter au public. Un énorme merci à toute l’équipe de 2.0ctopus pour sa chaleureuse complicité. Ça fait chaud au cœur d’être si vite et si bien intégré.

On parle de Facelines et du film.

Les nudibranches commencent à faire parler d’eux à travers différentes publications. Le blog n’a pas vocation à faire ici une collection des reproductions des différentes publications qui ont parlé de Facelines Productions et de son film. Pour autant je vais tout de même montrer quelques photos parmi toutes celles que vous pourrez trouver sur la page Facebook de Facelines Productions.

Je ne vais pas faire la liste complète des articles ou des parutions dans lesquelles on parle du film, mais je pense évidemment à La Dépêche du Bassin, le Mag de Sud-Ouest, France Bleu Gironde, 2.0ctopus envers qui nous sommes particulièrement redevables, et d’autres magazines comme Plongez et bien d’autres encore.

Un petit coucou à Claude qui fait des pieds et des mains pour communiquer sur Facelines.

Nous remercions évidemment toutes les personnes qui dans les différentes éditions radios ou écrites ont contribué à faire connaitre notre travail. C’est vraiment utile et nécessaire pour qu’on parle enfin de se qui se passe sous l’eau. Le bassin d’Arcachon est comme beaucoup d’endroits sur la planète en réel danger. J’y ai vu depuis 23 ans une lente dégradation du milieu et la raréfaction (sinon la disparition) des poissons, des crustacés et même des nudibranches.

Restons vigilents pour être prêts à tirer la sonnette d’alarme si nécessaire. Et je pense que ça l’est notamment avec l’incroyable turbidité actuelle liée aux intempéries bien sûr mais aussi aux activités de dragages côté Arcachon et à la dune du Pyla.

L’hippocampe n’est plus

Mauvaise surprise à la statue de l’hippocampe.

La plongée à Hortense avait un incontournable surprenant: la statue en acier d’un hippocampe géant.

C’est avec un petit choc que j’ai découvert jeudi soir que la mer a eu raison de l’oeuvre d’art. La statue de près de 2 mètres est maintenant coupée en deux au niveau de la nageoire dorsale.

Sur les deux photos ci-dessus on devine la queue de la statue sur laquelle s’enroulent des algues et la zone de la rupture du métal à l’emplacement de la mi-hauteur de l’hippocampe .

La statue de l’hippocampe c’était quoi ?

La statue métallique de l’hyppocampe faisait partie des attractions préférées des plongeurs en visite au Cap Ferret avec les deux autres statues du dauphin et de la vénus.

Cette statue géante avait été immergée je pense par un club de plongée local mais je ne retrouve pas d’infos sur cette époque. Si d’ailleurs des personnes souhaitent apporter leurs connaissances sur cette origine, je les ajouterai volontier ici.

Taillée dans une pièce métallique la statue a subi au fil des ans l’inexorable oxydation de l’eau de mer. Posée sur le fond près des rochers de la digue dans la zone des 18 m elle subissait régulièrement les assauts des grandes marées et il n’était pas rare qu’on soit amenés à la redresser et à tenter de stabiliser son socle avec de grosses pierres.

Où trouver les restes de la statue ?

Pour trouver les restes de la statue de l’hippocampe il faut glisser le long des rochers après la mise à l’eau pour rejoindre en longeant le chenal une profondeur d’environ 18 m ( cela varie quelque peu avec le coefficient de marée). En restant à cette profondeur et en suivant les rocher ves le sud sur main droite on trouve d’abord la statue du dauphin. Celle ci est posée à plat sur le fond, la tête tournée vers l’ouest.

Pour trouver la statue de l’hippocampe il suffit depuis là de continuer vers le sud sur une vingtaine de mètres environ et toujours à la même profondeur.

Avec beaucoup moins de voilure, le socle maintiendra certainement la queue bien verticale, mais sa hauteur limitée devrait en rendre la trouvaille beaucoup plus difficile.

On ne pourra plus c’est dommage ramener de photos souvenirs comme on les aimait. Bon, il reste encore la statue du dauphin heureusement.

A voir aussi.

Avant de quitter le blog, prenez le temps d’aller jeter un oeil (pas trop fort tout de même) sur ma page JOURNAL DE PLONGEE, vous y trouverez quantités de photos récentes et quelques commentaires de première main.

Et si tout cela vous a plu, merci d’en parler autour de vous, la meilleure publicité pour le blog c’est celle que vous voudrez bien lui faire. Bonne plonge à tous et toutes.

Comment nettoyer ses accessoires de plongée pendant les vacances.

Un nouveau contributeur au blog.

J’avais proposé à la création de ce blog de laisser la possibilité à des intervenants extérieurs de proposer des articles d’information qui resteraient dans la logique pédagogique de ma ligne éditoriale.

Robert N. Spécialiste voyage chez Marco Vasco et Geoploria.com m’a aimablement proposé un article généraliste qui pourrait je pense intéresser quelques plongeurs, en particulier parmi les débutants.

L’article qui vous est présenté ci-dessous représente donc son point de vue personnel, ce qui n’engage aucunement la rédaction du blog. D’autre part, je souhaite juste préciser que le lien de voyage qui vous est présenté dans le texte ne représente pas une démarche commerciale du blog mais juste un lien d’information.

Comment nettoyer ses accessoires de plongée pendant les vacances.

Plongée
Durant les vacances en bord de mer, les accessoires de plongée sont très utilisés. Vous ne ratez aucune occasion d’explorer la beauté des fonds marins grâce à votre combinaison, masque, tuba ou le détendeur. C’est d’ailleurs pour cette raison que vous avez dépensé une énorme somme pour les acquérir. Ces éléments que vous avez obtenus par vos propres moyens méritent dans ce cas des soins minutieux pour qu’ils aient une longue durée de vie.

Ci-dessous quelques conseils pratiques pour réussir à nettoyer vos accessoires de plongée.

Nettoyage de la combinaison de plongée.

L’élément de base pour effectuer la plongée est la combinaison. Elle doit être portée à chaque activité pour se protéger du froid et de la faune ou flore irritante dans les fonds marins. Elle est source de confort et d’assurance durant les activités.

Le néoprène est un nid facile de différents microbes, et les germes qui se manifestent par l’association de notre transpiration avec la chaleur et l’humidité de la matière génèrent des odeurs méphitiques et nauséabondes. Cependant, il est déconseillé de la laver dans un sèche-linge, de la passer dans une machine à laver à haute température, ou surtout de la repasser. La laver avec de l’eau douce froide ou tiède ( dans une grande bassine, recto-verso et intérieur comme l’extérieur est plus idéale.

Il est fortement recommandé l’emploi des savons ou des détergents désinfectants, désodorisants et antimicrobiens.

Penser aussi à lubrifier votre zip éclaire à l’aide d’une brosse à dents et d’un lubrifiant approprié, tel le zipcare, et l’emploi d’une graisse de silicone (regardez les notices) suivant sa matière de fabrication ( plastique ou métal).

Nettoyage des gants ou chaussons.

Généralement fabriqués aussi avec du néoprène, comme la combinaison, l’eau douce froide ou tiède est fortement recommandée, comme l’emploi des détergents désinfectants d’ailleurs.
Le néoprène ne supporte pas les chaleurs, la lumière et les sources de chaleur, donc pour garder son élasticité, vaut mieux le sécher sur un cintre dans un endroit frais, et sec.

Entretien du masque, tuba et la palme.

Ces trois accessoires complémentaires sont faciles à nettoyer. Il suffit de les rincer abondamment avec de l’eau claire pour y arriver. Une fois le rinçage terminé, il est nécessaire de les sécher. Leur maintenance réside également dans la façon dont vous allez les ranger. Par exemple avec le masque, il doit être bien placé dans son étui pour éviter les traces de rayures. Assurez-vous de laisser une petite ouverture pour faire entrer un peu d’air.

Maintenance du détendeur.

Le détendeur joue un rôle primordial durant la plongée sous-marine. Il est l’outil principal permettant au plongeur de respirer l’air dans la bouteille. Il régularise la pression de l’air de la bouteille selon la pression développée par le plongeur. De ce fait, il est important de penser à un bon entretien régulier. Assurez-vous avant toute autre action que le bouchon de protection soit bien placé. L’étape de rinçage doit s’effectuer avec beaucoup de délicatesse. Lavez-le doucement avec de l’eau tiède tout en évitant d’appuyer sur le surpresseur du 2e étage. Pour le séchage, il suffit de le suspendre dans un coin.

Pensez aussi que l’embout est transmetteur direct de plusieurs maladies dues à des bactéries, des virus, etc…(staphylocoque, tuberculose, hépatites, amibes,…), surout pour les personnes sensibles dont l’immunité est faible. Consulter un spécialiste s’avère adéquat pour l’entretien du matériel, et surtout de lire les notices avant l’emploi. Fabriqués à base de caoutchouc et de l’aluminium, les produits désinfectants à PH neutre sont idéaux pour son entretien.

Entretien des bouteilles de plongée.

Une bouteille de plongée doit correspondre à la norme internationale, et devrait être entretenir avec beaucoup de précautions, et visité régulièrement (au moins tous les ans). La corrosion peut affecter les bouteilles de plongée, même s’ils sont fabriqués surtout avec de l’acier inoxydable et très complexe. Même très résistant, l’aspect extérieur d’une bouteille peut être le signe pour détecter les moindres phénomènes qui l’attaquent.

La peindre suivant les normes de peintures indiquées sur sa notice convient à l’entretien de sa corrosion ou de son oxydation. En cas de doute, l’appel d’un TIV ( technicien en inspection visuelle) reste la solution la plus efficace.

Dans tous les cas, laissez toujours une pression de 20 bars à l’intérieur du bloc, et en cas de stockage du matériel; le laisser en position verticale.

Robert N.

Ajout d’une galerie photo chez les crustacés: la petite cigale de mer




La petite cigale de mer du bassin d’Arcachon

petite cigale de mer du bassin d'Arcachon

Vous trouverez 1 nouvelle galerie photos chez les crustacés, il s’agit d’une collection de plusieurs photos de diverses petites cigales photographiées sur les rochers d’Hortense.

Vous trouverez également un texte en VIE MARINE sur ce petit animal assez surprenant.

Bon visionnage et bonne lecture.


Ajout de photos dans la galerie des limaces de mer chez les mollusques


Les nudibranches et autres limaces de mers

nudibranche et autres limaces de mer

Vous trouverez une nouvelle série de très belles photos chez les nudibranches et limaces de mer, il s’agit d’une collection de plusieurs photos de divers petits animaux rares assez difficiles à photographier où même à observer soit au Cap Ferret ou encore plus difficilement devant la ville d’Arcachon.

Très bientôt d’autres poissons ou d’autres crustacés très intéressants.

Bon visionnage.