Tag Archives: nudibranche

La coryphelle, joyau du bassin d’Arcachon

La Coryphelle, joyau du bassin d’Arcachon.

Flaveline Hortense le 18 12 2015 Flabelines en groupe p2n

La coryphelle mauve est maintenant appelée flabellina pedata. C’est un nudibranche de taille assez grande, entre 20 et 30 mm adulte, pour être facilement repéré sur les rochers du Cap Ferret où cette flabelline abonde.

La coryphelle fait partie de la grande famille des éolidiens, c’est à dire d’une catégorie de nudibranches qui contrairement aux doridiens ne possèdent pas de branchies à l’arrière du corps.

En fait c’est les nombreux tentacules appelés cérates qu’elle porte sur le dos qui lui servent d’organes de la respiration par un processus d’échange direct à travers la peau.

Ces tentacules, plus exactement des papilles dorsales, sont longs, de couleur rouge orangée tirant sur le mauve. Leur extrémité blanche contient une poche où se trouve stocké un produit urticant qui lui sert de défense contre les prédateurs éventuels.

Ce produit est issu de la consommation d’hydraires dont la flabelline mauve fait une grande consommation et sur lesquels on va facilement la trouver en train de brouter ou de déposer ses oeufs.

A l’avant du corps la coryphelle possède deux longs tentacules mauves aux extrémités blanches qui lui servent de guides tactiles. En effet, comme la plupart des éolidiens le sytème occulaire de l’animal est tres peu développé et ne peut probablement lui servir qu’à différencier le jour de la nuit.

Deux autres tentacules se dressent sur la tête, ce sont les rhinophores, deux organes lisses qui ont une fonction essentiellement olfactive pour trouver soit la nourriture, soit un partenaire.

Un ami me rappelait qu’on peut confondre la coryphelle avec une autre flabelline qui lui ressemble beaucoup, La flabelline affinis, appelée aussi flabelline mauve. Celle-ci n’a pas les rhinophores lisses mais annelés. Les cérates sont beaucoup plus roses qu’orange et leur extrémité pourpre plutôt que blanche. Personnellement je n’en ai jamais filmé au Cap Ferret bien qu’il semble que ce nudibranche de même dimension que la coryphelle soit présent.

Coryphelles 4 P2N Flabeline fond noir faceb

La coryphelle est hermaphrodite, à la fois mâle et femelle. Après fécondation, chaque individu du couple va pondre rapidement ses propres oeufs.

Comme beaucoup de nudibranches, la coryphelle a une durée de vie relativement courte d’environ 8 à 12 mois. C’est pourquoi à la fin de l’automne elle a presque disparu.

La reproduction commence tôt dans l’année à faible profondeur entre 5 et 10 m. En fin d’année, dés le début décembre il faudra descendre dans la zone des 18 à 20 m pour trouver les alevins qui mesurent alors entre 3 et 5 mm.

C’est lorsque les hydraires tubulaires recouvrent le substrat rocheux sur de grandes surfaces qu’on les observe les plus nombreuses. A ce moment là, elles semblent ne plus avoir qu’une seule envie, c’est de se reproduire. On va pouvoir alors très facilement les observer en train de déposer leurs oeufs de couleur blanche ou à peine rosée sur des branches d’hydraires. La ponte ressemble à un long filamment enroulé autour d’une branche verticale d’un hydraire dont les juvéniles pourront sans doute se nourrir à la naissance.

La coryphelle est un petit nudibranche très agréable à prendre en photo ou en film bien que La plupart du temps ce soit assez difficile car les courants du flux et du reflux les bousculent fortement.

Foisonnement de vie au bassin d’Arcachon.

Reproduction et éclosion de vie au bassin d’Arcachon.

Le printemps est la période fabuleuse où le bassin d’Arcachon se découvre dans un foisonnement de vie fantastique.

Non seulement l’eau se réchauffe (elle est en moyenne à 16° en ce moment), mais elle devient de moins en moins turbide du fait de l’arrêt des activités de draguage. Il était temps, si celles-ci avaient continué, on aurait pu ranger les palmes et les masques.

Flabeline fond noir faceb Tribue de polycera P2N

Les nudibranches se comptent actuellement par centaines. Ils sont très petits, de 5 à 15 mm en moyenne. Mais ils sont aussi extrêmement fragiles. Mieux vaut prendre d’infinies précautions pour les approcher et les observer. Les néophytes devront donc faire attention aux coups de palmes malencontreux qui pourraient en tuer un grand nombre ou détruire les dépots d’oeufs laissés accrochés aux fragiles branches des hydraires.

Attention DANGER !!

Attention danger !! Les nombreux ajouts de matériaux de construction destinés à stabiliser la digue du Cap Ferret ont créé des a-pics particulièrement imposants et inquiétants. Certains blocs ou certaines ferrailles sont mal stabilisés et pourraient facilement glisser et blesser quelqu’un en dessous. Je recommande une grande prudence car avec de la visibilité de ces derniers jours il était facile de se rendre compte que le risque n’est pas à exclure d’un éventuel éboulement. Prudence donc !

Si vous ne plongez pas encore.

Si vous ne plongez pas encore, je sais, l’eau est froide… Bref si vous avez d’excellentes raisons bien sûr de ne pas aller sous l’eau, n’oubliez pas de faire un saut sur ma page « Journal de plongées » J’y mets en ce moment de très jolies photos, ne loupez pas ça !!

Si ces pages vous ont plues, pensez à en faire la promotion autour de vous, rien ne me fera plus plaisir que de savoir que mon travail vous est utile. Alors profitez-en par la même poccasion pour me laisser quelques mots d’encouragements. A bientôt.

Un nouveau nudibranche au Bassin

Un petit nouveau dans la liste déjà longue des nudibranches observés au Bassin d’Arcachon.

C’est heureux, il y a des jours où on a plus de chance que d’autres. Dimanche 17 avril dernier j’ai eu la joie de pouvoir filmer et prendre en photo un tout petit nudibranche que ni moi ni mon copain plongeur n’avions encore observé en plongée de nuit. Et là je mesure ma chance, parce que comme on dit, le copain, il a une vue d’aigle pour les dénicher les petits nouveaux !!

Bref, voilà le « monstre », une petite bestiole de quelques mm à peine, parfaitement coloré pour passer incognito parmis les jeunes moules.

Marguerite et nudibranche Loupe 1 Nudibranche avril 2016 1

Pour pouvoir vous montrer la petite découverte, j’ai fortement grossi les photos d’origines. La qualité s’en ressent forcément un peu mais on distingue très bien le petit nudibranche, peut-être une flabeline mais là je ne suis pas sûr du tout, promis, je me renseigne et je rajouterai une petite ligne de commentaire lorsque j’aurai une certitude sur le nom de la bébête.

En attendant, vous pouvez aller sur mon journal de plongée, je viens de rédiger mon dernier compte rendu de la plongée du 17. Il y a plein de photos intéressantes. Profitez-en !!

Encore un nouveau nudibranche vu au Bassin D’Arcachon

Et un nudibranche de plus, un !!.

Les choses évoluent très vite au Bassin d’Arcachon. Il y a quelques jours seulement je vous présentais un petit nudibranche parmi les plus minuscules et surtout, inédit sur le bassin.

Cette fois, c’est mon binôme qui fait le buzz en observant lui aussi un autre habitant du bassin qui n’a jamais été observé à notre connaissance dans le bassin.

C’est avec plaisir que je partage avec vous et avec son autorisation cette photo impressionnante ,probablement une flabellina affinis .

new nudi de Fred

Comme vous pouvez le constater, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il soit passé inaperçu jusqu’à aujourd’hui car il dispose d’un camouflage particulièrement efficace qui le rend quasiment invisible dans son environnement. Félicitations à Frédéric LAMOTHE pour sa découverte, et vivement les prochaines.

A bientôt également pour d’autres articles..

 

Osez la photo noir et blanc.

La retouche photo en noir et blanc.

Le noir et blanc c’est facile.

clavelines semptembre 2015 n et bl Gros plan de Clavelines a Hortense n et bl
La photo noir et blanc est possible directement lors de la prise de vue. Beaucoup de boitiers numériques proposent cette option. Elle n’est pas plus difficile à maitriser que la prise de vue classique, cependant, une fois la photo prise, pas moyen d’y remettre de la couleur.
serpule n et bl marguerite blanchen et bl
Heureusement, les logiciels de retouche d’images permettent d’obtenir rapidement et sans besoin d’expertise des photos en noir et blanc directement issues de photos couleurs classiques.
araignée n et bljpg Oursin n et bl
Les photos que je présente ici sont toutes des photos que je vous ai déjà présentées dans le journal. Ils ne faut pas chercher à les comparer bien évidemment. Personnellement, je trouve que les ambiances colorées retranscrivent moins bien les sensations de solitude que dégagent le noir et blanc.
Hippocampe moucheté n et bl Blennie n et bl
L’intérêt du noir et blanc est certainement de pouvoir mettre en valeur certains portraits de poissons ou d’hippocampes par exemple. Cette méthode permet de souligner plusieurs traits caractéristiques de ces animaux marins.
Tete de sole septembre n et bl rougets La Vigne s n et bl
On aime ou on aime pas, c’est selon les goûts. Le noir et blanc évoque c’est certain une atmosphère très curieuse mélant à la fois mélancolie et puissance.
catabrique Hoprtense n et bl bijoux 2 n et bl
La photo noir et blanc ne présentent pour moi un intérêt graphique que pour mettre en valeur des premiers plans qui se détachent sur le fond. Une photo d’ambiance sous-marine aura tendance à être écrasée et sans relief. Ce serait dommage de se priver d’un beau nudibranche ou d’une belle anémone bijou.

Des photos, toujours des photos.

Mon blog va fêter le 8 novembre son premier anniversaire. Pour démarrer sa deuxième année je vais vous présenter de nouveaux articles sur la technique photo. Je rentrerai cette fois beaucoup plus dans le détail car c’est une demande qui m’a été plusieurs fois formulée ici. Nous verrons par exemple dans le détail comment travailler avec la sensibilité du capteur de l’appareil photo en plongée et comment les priorités à la vitesse ou à l’ouverture devront être utilisées pour répondre à des besoins spécifiques de vitesse ou de profondeur de champ.

Abonnez-vous !

Vous abonner à ce blog sera la meilleure façon de rester immédiatement informés des prochaines nouveautés à venir. Vous devriez y trouver plein d’astuces et de conseils qu’il ne faudra absolument pas louper. Cela ne vous prendra que quelques instants et vous serez alors les premiers à lire mes articles. A très bientôt donc, avec le plaisir, j’espère, de vous compter parmi les futurs abonnés du blog. J’en profite pour saluer avec amitié tous les lecteurs qui ont déjà franchi le pas.