Tag Archives: nuit

Le lieu jaune au bassin

Le Lieu jaune.

Une bête de course

Le lieu jaune est un poisson effilé et nerveux. C’est une véritable bombe, une bête de course capable d’accélérations fulgurantes.

Au bassin d’Arcachon je n’ai jamais rencontré que des juvéniles de 10 à 15 cm, donc probablement des jeunes de l’année pour ce poisson à croissance rapide. Le lieu jaune aime les zones rocheuses du Cap Ferret, les herbiers de La Vigne, mais aussi les bancs de sable devant la ville d’Arcachon.

La nuit, ce poisson se rencontre souvent solitaire en train de se reposer entre les rochers. Malgré tout il ne dort pas mais bouge tranquillement par saccades, profitant au hasard du courant, d’une proie planctonique. Pourtant c’est le plus souvent en bancs de quelques dizaines d’individus, parfois quelques centaines, qu’on va le croiser. C’est alors une danse incroyable et anarchique dans laquelle les jeunes poissons s’approchent rapidement des lampes puis repartent à une vitesse folle en tous sens.

Cliquez ici pour lire l’article en entier en page VIE MARINE.

La Dromie

La Dromie, un crustacé original

La Dromie est un crustacé que l’on rencontre fréquemment la nuit au Bassin d’Arcachon, en général à faible profondeur, sur les sites d’Hortense ou de La Vigne.

Ce crabe rondelet a la particularité de se camoufler autant qu’il peut en se recouvrant le dos d’une grosse éponge et même parfois d’un morceau de plastique. Le camouflage est maintenu en place par les deux dernières pattes mais il faut être très attentif pour s’en apercevoir.

Caractéristiques.

Le corps de la Dromie est plutôt trapu, ovalisé, de couleur sable foncé à presque orangée. Corps et pattes Cliquez ici pour lire l’article en entier en page VIE MARINE.

Boussole ou compas sous l’eau.

Boussole ou compas, quel matériel utiliser sous l’eau ?

J’ai déjà eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises dans les pages de ce blog, être capable de bien s’orienter sous l’eau peut être vital, surtout au bassin d’Arcachon où la visibilité est connue pour être très limitée tout au long de l’année et où les courants peuvent être tourmentés et très puissants.

Une boussole c’est quoi ?

Selon la définition retenue par l’encyclopédie en ligne Wikipedia, « une boussole est un instrument de navigation constitué d’une aiguille magnétisée qui s’aligne sur le champ magnétique de la Terre. Elle indique ainsi le Nord et le Sud magnétiques. A retenir tant qu’on y est, que le pôle géographique est fixe sur l’axe de rotation de la Terre alors que le pôle nord magnétique se déplace dans le temps d’une façon désordonnée, ce qui nécessite des calculs de compensation si on doit se déplacer sur de grandes distances.

Pour s’orienter on va mesurer les angles en degrés. Un tour complet du cadran d’une boussole fera 360°. Les 4 points cardinaux seront parcourus dans le sens des aiguilles d’une montre. L’Est sera donc à 90°, et on parlera d’un cap au 90. Le Sud sera si vous avez tout bien suivi au 180, le sud-est au 135….. Bien ,j’espère que personne n’est encore perdu sans boussole !!

On pourra donc dire qu’une boussole est une aiguille mobile s’orientant dans une rose des vents fixe. Et c’est là que ça se complique un peu puisque malheureusement quand on porte la boussole à la main, au poignet ou ailleurs, elle est tout sauf immobile. Restons donc pragmatiques.

Un compas c’est quoi alors ?

Si on en reste à la dernière définition d’une boussole, à contrario, un compas serait donc une rose des vents mobile s’orientant dans un cadre fixe. L’usage veut qu’on utilise le nom de boussole pour les instruments de navigation terrestre à aiguille aimantée. En plongée on parlera de compas, l’aiguille est remplacée par un disque pivotant. Bon j’en connais qui commencent à se dirent: « On est pas sorti de l’auberge !!! ». Rassurez-vous, voyons tout de suite comment s’y retrouver en pratique.

Relever un cap à suivre.


Sur les deux cadrans de compas ci-dessus, on distingue les traits noir ou rouge qui servent à relever ou a prendre un cap.

Sur un compas de plongée classique, le cadran est traversé de part en part par un trait fin de couleur noire ou rouge, peut importe. Lorsqu’on veut connaitre l’orientation d’un objet que l’on observe face à soi (pour peu qu’il y ait une très bonne visibilité), il suffit d’aligner ce trait dans la direction de l’objet observé, on dit que l’on fait un relèvement de cap. Vous remarquerez alors que la rose des vents a pivoté dans son bain d’huile stabilisatrice et s’est arrêtée en indiquant la direction du nord magnétique. Il suffit alors de tourner le cadran pour aligner le repère 0 degré en face de la flèche indiquant le nord (la lettre N majuscule). La lecture sur le cadran de l’angle en vis à vis du trait noir ou rouge du côté de l’objet observé donne son cap.

Suivre un cap.

La plupart du temps en plongée la visibilité est très réduite, du coup pour trouver un objet si on connait son cap, il suffit de régler son compas à partir de ce paramètre, voyons comment procéder.

Supposons que nous cherchions à aller voir le Côtre Bleu au cap 330 en partant de la mise à l’eau de la ruelle St François à Arcachon.Tout d’abord il va falloir faire tourner le cadran mobile du compas de façon à aligner le repère 330° (ou 33 selon le modèle) sur le trait rouge ou noir. Le cap 330° est un cap presque au nord. Attention !! il faut aligner l’angle sur le trait dans le sens où on va se déplacer.

Il ne reste plus qu’à tenir le compas devant soi et qu’à pivoter sur soi-même. Au fur et à mesure de notre rotation, la rose des vents pivote elle aussi. Il nous reste finalement à aligner la flèche noire qui indique le nord de la rose des vents avec la graduation 0° du cadre. Il suffit maintenant de palmer en prenant garde de maintenir le nord de la rose des vents bien aligné avec le 0° du cadran et normalement tout doit bien se passer.

Pourquoi ça ne marche pas ?

Si la distance à franchir est grande, disons quelques dizaines de mètres, il y a de fortes chances qu’on ne trouve pas la cible malgré toute l’attention portée à rester bien aligné. Que s’est-il donc passé ?, Pourquoi est-ce que ça ne marche pas notre réglage de cap.

Le courant de marée.

Il est fort probable que le courant de marée nous ait déportés au fur et à mesure de notre trajet. Si nous étions sur une marée montante, en fait nous sommes arrivés trop à l’Est, il aurait fallut compenser la force du courant en déviant notre cap légèrement sur la gauche. Sur marée descendante il aurait fallut compenser à droite. Une opération particulièrement difficile puisque la distance à franchir est d’environ 100 m. L’erreur en bout de course peut vite atteindre une dizaine de mètres, du coup on passera à côté de l’épave sans la voir.

La position du compas

J’ai rarement vu les plongeurs au bassin d’Arcachon s’appliquer à ne jamais perdre de vue leur compas. Faire cela et veiller en même temps à ne perdre personne de la palanquée sur une distance aussi grande, c’est mission impossible. D’autant que l’on trouve différentes façons de porter le compas. Certains le porte au poignet, d’autres attaché par un lien rétractable à un anneau de la stab, d’autres enfin intègrent le compas dans une platine qui donne également la pression d’air et éventuellement la profondeur atteinte. Bref, autant de situations qui ne permettent pas d’avoir à tout instant le cap sous les yeux. Mais alors comment faire ?

Personnellement j’ai depuis longtemps adopté une technique plus efficace de mon point de vue. Je monte mon compas sur la platine de mon appareillage photo, ce qui me permet de toujours le surveiller en l’ayant en permanence face à moi dans une position la moins gênante possible. La platine est en aluminium et la visserie en inox A4, l’ensemble est amagnétique et ne produit aucun décalage mesurable avec la direction du Nord.

Et en plongée de nuit alors ?

En plongée de nuit c’est simple, j’ai équipé mon gilet stabilisateur d’une petite lampe LED que je porte en épaulière. En fait j’en ai même une sur chaque épaule, histoire de sécuriser la plongée. Mon compas tout comme mon appareillage photo se trouve éclairé en permanence, c’est donc extrêmement facile pour suivre un cap dans l’obscurité et atteindre une cible sans trop prendre de risque de s’égarer.

Conclusion.

Plonger la nuit sans boussole au bassin d’Arcachon serait suicidaire. Je déconseille vivement aux plongeurs de se risquer à cette grosse erreur tactique. Le compas tout comme le couteau est un outil de sécurité incontournable.

Pour ceux qui ne savent pas encore prendre un cap, entrainez-vous, c’est facile et ça peut vous sauver la mise, ce serait franchement idiot de s’en priver.

Si cet article vous a plu.

Si cet article vous a plu, un petit commentaire sympa ne vous prendra pas longtemps et me fera vraiment plaisir, n’hésitez pas.

N’hésitez pas non plus à vous abonner, seule une adresse mail est nécessaire.

Vous pourriez aussi parler de ce blog et le faire connaitre, ce sera ma meilleure récompense.

Bonnes bulles tout le monde et à bientôt pour d’autres sujets passionnants sur le bassin.

Et si on parlait mégapixels ?

Je me rends compte en refaisant un petit tour sur mes précédents posts qu’il y a longtemps que je n’ai plus parlé technique photo.

Encore une fois, loin de moi l’idée de vous faire croire que j’en suis un grand spécialiste, pas du tout, mais vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre sur Facebook et beaucoup me posent des questions assez pertinentes tant sur la photo que sur la vidéo. Avant de revenir bientôt et une dernière fois sur les perrés d’Arcachon, je vais essayer de lever un voile sur un des éléments parfois mal compris en matière de numériques.


Le SONY RX100, un excellent compromis entre capteur et résolution en faible lumière.

C’est quoi un mégapixels ?

Mégapixels vous avez dit ? hummm, voyons d’abord ce qu’est un pixel. Le pixel est l’unité de base permettant de mesurer la définition d’une image numérique matricielle. C’est en fait une contraction du vocable anglais signifiant « élément d’image ». Méga est le coefficient multiplicateur et signifie million. 10 mégapixels veut donc dire 10 millions de pixels. Les pixels permettent de quantifier la définition de l’image.

Définition d’une image.

Pour se représenter facilement ce qu’est la définition d’une image on va imaginer une image en forme de rectangle. on trace sur ce rectangle une grande quantité des colonnes et de lignes. Chaque case obtenue va représenter un pixel. Si on multiplie le nombre de colonnes par le nombre de lignes on obtiendra le nombre de pixels total de l’image, c’est sa définition.

Cool, facile, mais petite question: c’est quoi alors la différence entre définition et résolution ? Bien vu !!, voilà qui demande plus de précision.

Résolution d’une image.

Avant tout, il faut se rappeler que beaucoup de termes de technologie s’expriment dans la langue de Shakespeare. La résolution se définit donc en DPI (dot per inch), c’est à dire en nombre de colonnes et de lignes contenues dans une image de surface d’un pouce carré, un pouce mesurant 2,54 mm. Par exemple 360 DPI, signifie qu’on a une image qui contient 360 colonnes et 360 lignes par pouce carré. En pratique cela signifie que plus on voudra avoir une image grande et de qualité, plus il faudra avoir de pixels pour remplir l’espace de chaque case.

Bien bien, donc si tout le monde a suivi jusque là, on pourrait penser que plus un appareil photo à de pixels, mieux c’est. Et bien pas vraiment, voyons pourquoi.

La pièce maîtresse, le capteur.

Plus que le nombre de pixels, c’est avant tout la dimension du capteur qui fait la différence. Ok, mais c’est quoi le capteur ?

Le capteur est l’élément de base de l’appareil photo ou de la caméra numérique, c’est l’équivalent de l’antique pellicule. Plus il est grand et plus il est capable de traiter correctement les rayonnements lumineux qui viennent le frapper lors de la prise de vue.

La technologie évolue très vite dans ce domaine de l’électronique. Beaucoup d’appareils actuels utilisent des capteurs de types CMOS mais d’autres technologies sont aussi présentes sur le marché. Ces capteurs sont constitués de photodiodes ultrarapides et de faible coût de fabrication. Rentrer plus en détail ici nécessiterait un article complet rien que pour les capteurs, je ne m’étendrai pas sur ce sujet.

Plus le capteur est grand, plus on se situe dans du matériel haut de gamme, comme avec la catégorie des reflex à base de haute technologie APS-H développée par CANON par exemple. Dans un domaine toujours de précision mais à l’usage d’un public non professionnel, c’est le capteur 1″ (lire 1 pouce) qui fait parler de lui. S’il est quasiment deux fois plus petit que le capteur APS-H, ce capteur équipe maintenant pas mal de compacts et d’hybrides dit experts, comme mon RX100 par exemple.


Sous l’eau, et c’est encore plus vrai la nuit, c’est votre source de lumière qui fera la réussite de votre film ou de vos photos.

Capteurs et mégapixels.

J’espère que vous l’aurez compris, plus le nombre de pixels est grand sur la surface d’un capteur, meilleure est sa définition. Pour autant cela ne veut pas dire que l’appareil sera très performant, en effet sur un capteur de petite dimension mais avec beaucoup de mégapixels, chaque photosite (élément sensible des photodiodes) reçoit peu de lumière du fait de sa petite taille. Cela génère ce qu’on appelle du bruit qui fait baisser la qualité de l’image, surtout dans le cas de faibles luminosités. On dit que le capteur a alors une faible dynamique, ce que l’électronique devra essayer de compenser avec plus ou moins de bonheur. Par contre on pourra tirer un grand tirage papier sans trop de soucis.

Pour avoir une belle image, surtout en faible luminosité il vaudra mieux avoir des photosites bien éclairés. Ce qui sous-entend un nombre de mégapixels raisonnable par rapport à la dimension du capteur.

Mégapixels et plongée de nuit.

Le plongeur photographe et le plongeur cinéaste doivent se poser la question du choix de l’appareil numérique.

En gros pour simplifier, vous savez maintenant je pense que l’eau absorbe énormément la lumière. Cette contrainte entraine une choix particulièrement délicat. En effet, pour faire du film il faut beaucoup de lumière, il faudra donc avoir un capteur le plus grand possible, même sans énormément de mégapixels, à partir de 8 c’est déjà pas mal. Malheureusement, pour faire de la photo, le capteur manquera de lumière, l’image sera donc de moins bonne qualité, moins précise et moins dynamique que ce que le photographe ferait dans les mêmes conditions.

Le photographe dispose d’un énorme avantage, il sait (en tout cas il devrait savoir) gérer la lumière très puissante de ses flashs. Pas de problème d’exposition, et donc pas de bruit sur la photo. Le capteur peut donc envoyer un signal analogique de grande qualité. Un nombre élevé de mégapixels est alors plus que souhaitable.

Bref, voilà pourquoi mon RX100 mark 4 utilisé avec des lampes ne donnera jamais la qualité photographique que ce qu’il pourrait donner avec des flashs. Ce n’est pas tant une histoire de capteur et de pixels, mais beaucoup plus celle de la qualité et de la quantité de la lumière au moment de la prise de vue.

Voila voila, j’espère que cet article vous aura permis d’y voir un peu plus clair.

Si cet article vous a plu.

Si cet article vous a plu, il y en a sûrement d’autres qui vous plairont aussi, alors n’hésitez pas à revenir souvent sur le blog pour y fouiller à la recherche des perles rares de la technique ou de la bio en plongée.

N’hésitez pas aussi à faire connaitre le blog autour de vous, parlez en et conseillez le à vos amis, ce sera ma plus belle récompense pour le travail que j’accorde à faire vivre ses pages. Et croyez moi, du travail il y en a. A très vite pour parler encore longtemps de nos passions sous l’eau, je compte sur vous, et si vous ne l’avez déjà fait, profitez-en pour vous abonner, c’est gratuit.

Les perrés d’Arcachon, partie 4.

Les habitants des perrés

Je reprends enfin la suite de mes précédents articles sur les perrés devant la ville d’Arcachon. Si ce n’est déjà fait, je vous invite à les découvrir en cliquant sur les liens suivants : Partie 1, partie 2, partie 3.

Avant d’aller plus loin, je rappelle que je ne suis ni spécialiste de biologie, ni historien, ni adhérent à une quelconque école de pensée. Je suis seulement un plongeur comme tout le monde qui a simplement envie de partager une vision objective sur les milieux marins du bassin grâce à une expérience très souvent renouvelée de la plongée nocturne.

Les perrés, une oasis de vie spécialisée.

La ruelle St François permet de se glisser entre les immeubles pour accéder à la plage de la jetée de la Chapelle. La mise à l’eau y est relativement facile, bien que le sol puisse parfois se révéler assez glissant. En prenant un cap plein nord depuis cet endroit on descend progressivement vers un enrochement recouvert d’une multitude de tubes d’hermelles, un ver marin vivant dans un tube qu’il construit en agglomérant des grains de sable.

La face ouest du perré est très exposée au courant de la marée montante qui véhicule d’énormes quantités de sable à tel point qu’en ce moment une bonne partie de l’empierrement est ensevelie. Le côté Est est lui assez protégé. Le perré offre du coup tout un tas de cachettes occupées par de nombreux crustacés comme les crevettes, les crabes verts et d’autres espèces minuscules qui me sont encore inconnues. Assez peu de poissons à cet endroit mis à part quelques bars et de jeunes congres en chasse. Très rarement on peut y croiser une motelle. Les poulpes y trouvent souvent quelques refuges intéressants et un terrain de chasse très fourni en étrilles et autres crabes.

Un perré c’est grand.

On l’a vu précédemment, les perrés sont d’anciens enrochements qui préservaient les embarcations échouées volontairement sur la plage de sable des courants de la marée. Celui qui nous intéresse ici s’éloigne de la plage en s’enfonçant progressivement vers le nord. Le sommet demeure sur une bonne distance entre 9 et 13 m. On peut donc y faire une plongée assez tranquille sur petit coefficient, au-delà du coefficient de 70, il vaut mieux ne pas s’aventurer trop vers le nord car la zone peut être soumise à des courants très forts. Petit rappel au cas où, hors de question d’aller dans cette excursion sans savoir manipuler correctement une boussole, la visibilité peut changer très rapidement. Si tout se passe bien, aux environs de 70 à 80 mètres on arrive sur une bifurcation, une partie de l’enrochement s’éloigne plein Est vers la jetée Thiers et une autre vers le nord ouest. Une zone que je n’ai pas encore explorée, celle allant vers l’Est étant plus sécurisante à mon goût.

Cette balade peut conduire à s’éloigner sur une longue distance, mieux vaut rester prudent, il y a plus de vie dans la première partie, en tous cas bien assez pour en garder un excellent souvenir.

Et on voit quoi d’autre sur ce perré ?

En dehors des crustacés on peut trouver quelques espèces de nudibranches, le plus commun est sans réserve la Doris citron. Mais on peut trouver aussi des Doris rouges, des cantabriques et même des limaces à bigoudis. Dans un autre registre les hermelles se trouvent décorées à la saison d’une belle quantité de marguerites jaunes et d’anémones vertes.

Bien évidemment, en cherchant un peu on peut trouver plein d’autres animaux marins comme les galathées, les ophiures, les vers marins tels que les sabelles et autres, les ascidies et les éponges, tout un tas de mollusques dont la fameuse Lime. Bref, autant de bonnes raisons de se persuader qu’au bassin il n’y a pas qu’Hortense ou le port de La Vigne.

Et dans les prochains articles on parlera de quoi ?

Dans le prochain article je parlerai des poissons plats et des raies qui sont une des attraction de l’endroit. Dans le suivant, qui sera probablement le dernier de cette longue série, je parlerai des épaves qui y sont accessibles directement en plongeant depuis le bord.

Je vous souhaite donc de bonnes lectures dans le blog et d’excellentes plongées si vous pouvez mettre la tête sous l’eau prochainement.

Les crénilabres

Avant de continuer ma série d’articles sur les pérés d’Arcachon, je voulais ajouter à ma page VIE MARINE un article sur les crénilabres, un poisson de petite taille parfois assez méconnu.

Les crénilabres.

Comme le nom l’indique clairement, les crénilabres appartiennent à la famille des labridés. Il en existe au bassin d’Arcachon malgré que ce soit un poisson plus facile à observer en méditerranée. J’avais déjà parlé de ces poissons dans ma présentation d’un autre labridé beaucoup plus imposant, la Vieille. Pour autant je pense que faire un petit chapitre uniquement sur le crénilabre ne sera pas un surplus.

Description.

Le crénilabre est un poisson de petite taille……..

Cliquez ici pour poursuivre la lecture de cet article en entier.

Des news en pages VIE MARINE et INVENTAIRE

Des news en pages « VIE MARINE » et « INVENTAIRE »

Même si je ne m’ennuie pas du tout en ce moment, j’ai trouvé le temps de faire quelques ajouts qui devraient satisfaire la curiosité de quelques plongeurs et plongeuses. Si c’est le cas tant mieux c’est fait pour ça et sans grande prétention, juste avec le plaisir de partager mes observations subaquatiques.

Ajout d’un article sur la Barbue.

Vous pourrez trouver en page « VIE MARINE » un article sur un poisson assez méconnu, la Barbue.

La Barbue.

La Barbue, généralités.

La barbue est un poisson que je croise assez souvent, ce qui reste relatif, sur les fonds sableux de St Yves, devant la ville d’Arcachon.

En général la taille est assez réduite, de l’ordre d’une vingtaine à une trentaine de centimètres au maximum dans la zone des 15 m. Plus près de la surface dans la zone des 3 m ce sont de très jeunes en général plus petits, disons une dizaine de cm. Assez difficiles à repérer dans le sable, on a également du mal à les différencier des turbots auxquels il ressemblent beaucoup. Les soles possèdent un corps plus allongé qui les distingue plus facilement de la Barbue.

Pour voir l’article en entier, cliquer sur ce lien La Barbue

La Page INVENTAIRE

En page INVENTAIRE tout au bout à droite du menu en haut de page vous pourrez voir quelques belles photos des opisthobranches du bassin d’Arcachon. La liste n’est pas terminée, j’ai encore du travail mais déjà, je pense qu’il va y avoir pas mal de surprises

Un film, puis deux…

Ca y est, découvrez enfin la bande annonce tant attendue.

Facelines Productions.

Le 29 avril dernier paraissait au Journal Officiel la publication de l’association FACELINES PRODUCTIONS.

FACELINES PRODUCTIONS c’est quoi ? Hé bien c’est une association que j’ai créée avec Claude CLIN un ami plongeur dans le but de pouvoir diffuser le film issu du projet que j’avais décrit ici depuis pas mal de temps déjà.

Un projet, un film.

Il en aura fallu du temps et des efforts innombrables pour mener à bout ce projet un peu fou de produire un film documentaire de qualité professionnelle sur les nudibranches du bassin d’Arcachon.

Un film ? mais non, Deux ! devrais-je dire pour être exact !

Le premier film sortira juste avant Noël. C’est un moyen métrage de 30 minutes destiné à faire découvrir au plus grand nombre, adultes comme enfants, les merveilles fabuleuses des formes et des couleurs des nudibranches du Bassin d’Arcachon. L’occasion de faire connaître à travers un argumentaire de vulgarisation scientifique très abordable et très instructif un monde longtemps oublié des plongeurs parce que trop minuscule pour être facilement observé et étudié.

La bande annonce.

J’espère de tout cœur que cette bande annonce vous donnera l’envie de voir cette œuvre faite avec passion avec une bande musicale superbe crée par Claude CLIN, lui-même artiste professionnel.

Le deuxième film.

Le deuxième film qui devrait sortir au printemps 2018 sera une extension du premier opus de 52 mn mais avec une connotation beaucoup plus scientifique. Un ouvrage destiné au grand public bien sûr du fait des superbes images tournées en totalité en milieu naturel et sans aucune manipulation humaine. Ce deuxième DVD sera aussi l’occasion pour beaucoup d’amateurs de biologie marine de découvrir un monde fascinant à travers des séquences vidéos totalement inédites et en haute résolution. L’assurance d’un spectacle digne des meilleurs reportages dans le genre.

Remerciements

Je dois remercier ici toutes les personnes qui m’ont soutenu et aidé pendant les 4 années de tournage, pour l’essentiel en plongée de nuit, et sans qui ce projet ambitieux n’aurait jamais vu le jour.

Je ne vais pas en faire tout de suite la liste, elle est déjà longue, mais ça viendra, c’est promis.

Alors, encore un peu de patience, vous ne le regretterez pas.

Eviter les particules en photos sous-marines de nuit

Gérer son éclairage en plongée de nuit.

Préambule: ne pratiquant quasiment que le film de nuit en éclairage LEDs, je ne parlerai ici que de ce mode d’éclairage et pas du tout de l’usage des flashs, un domaine qui est déjà traité ailleurs de très bonne façon.

Beaucoup des photos que je publie ici sur le blog ou encore sur ma page Facebook peuvent surprendre les habitués de la plongée au bassin d’Arcachon. En effet, la plupart donnent l’impression de conditions idéales pour de la photo avec semble-t-il une eau très limpide. Pourtant tout au long de l’année la visibilité oscille de 30 cm seulement à 7 ou 8 mètres maximum, avec une moyenne d’1,5 mètres. Alors comment puis-je arriver à produire des clichés aussi peu encombrés de particules ?

Les particules

Il est évident que je n’ai pas de baguette magique pour faire disparaître les particules véhiculées par le courant des marées ( d’ailleurs, si j’en avais une, je l’utiliserais pour bien autres choses…). Au fait, elles sortent d’où toutes ces particules ?

L’origine des particules marines.

Plusieurs origines sont possibles pour expliquer la présence des particules marines.

Tout d’abord il y a la présence naturelle du plancton. Celui-ci est particulièrement important lors de la période hivernale au cours de laquelle la température oscille entre 7 et 11°C.

La période hivernale est traditionnellement celle où certaines villes côtières du bassin louent les services du Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (le SIBA) pour dévaser les ports et leurs chenaux d’accès ou bien pour réensabler certaines plages. Ces opérations soulèvent évidemment d’énormes quantités de vases ou de boues sédimentaires qui se diffusent très rapidement dans les eaux et qui sont véhiculées aux grès des marées un peu partout dans le bassin.

A certaines périodes de l’année les conditions météos peuvent favoriser également l’apparition de flocons de boues. Ce phénomène biologique apparait lors de conditions particulières ou le mélange des eaux douces et salines donne naissance à certains développements bactériens produisant des assemblages cellulaires vivants ou morts d’environ 250 microns de diamètre mais qui s’agglomèrent pour former d’innombrables flocons opaques de l’ordre du millimètre. La grande quantité de ces flocons donnent l’impression d’un nuage de neige virevoltant dans tous les sens.

Les fortes marées enfin, parfois associées aux tempêtes, brassent considérablement les rivages et soulèvent quantités de particules qui viennent opacifier les eaux.

Gérer sa lumière pour éviter les flux de particules.

Dans certaines circonstances, même avec la meilleure volonté, il est impossible d’empêcher l’apparition des particules sur une photo. La visibilité est si réduite que les images en sont inexploitables.

Mais alors, comment faire ?

Tout d’abord, il faut bien se rendre à l’évidence, il sera impossible avec une eau chargée de faire des photos d’ambiance. La seule façon pour espérer faire de belles photos sera de se lancer dans la macrophotographie.

En effet, pour faire de la macro il est nécéssaire d’approcher l’objectif du caisson étanche au plus près de la cible. La faible distance réduit considérablement le nombre de particules. Pour autant ce n’est pas suffisant.

En photo de nuit, une lapalissade implacable serait de dire que pour ne pas voir les particules sur une photo prise en eau chargée, le mieux serait de ne pas les éclairer. Et bien c’est exactement ce qu’on va essayer de faire justement.

Plus on est près de la cible et plus il est difficile de l’éclairer frontalement, ça tombe bien, c’est justement ce qu’il ne faut pas faire. La seule solution est alors de positionner l’éclairage latéralement avec un angle presque perpendiculaire à l’axe de la prise de vue et de chaque côté de la cible.

Autre avantage de cette technique, elle fait ressortir très bien le relief de l’image. Cet effet est encore plus accentué si on positionne l’appareil photo au même niveau que la cible, voire même légèrement en dessous si c’est possible.

Ok pour les particules, mais que fait-on pour éliminer les zones d’ombres ?

L’astuce consiste à utiliser une lampe d’appoint de plus faible puissance ou de puissance équivalente et de la positionner à la perpendiculaire au dessus de la cible, presque à contre-jour. Cette lumière va effacer les zones nombres créées par les lampes latérales. On peut même disposer si on est riche deux lampes positionnées à environ 75°C de par et d’autre de la cible, toujours sur un plan vertical perpendiculaire à l’axe optique de l’appareil photo. La lumière est alors homogène et cela donne de la puissance à l’image.

Et ça suffit ?

Et bien non malheureusement, si l’eau est chargée, que voulez-vous elle est chargée un point c’est tout !! Donc vous n’éviterez pas les particules sur la photo. Par contre, bonne nouvelle, elles seront en très petites quantités normalement.

Du coup, il suffira de faire un petit traitement d’image sur ordinateur pour effacer les points ou les traits de lumières disgracieux. Assombrir un tout petit peu l’image permet normalement de vaincre les zones résistantes.

Le problème de la technique macro.

En technique macro, La profondeur de champ est malheureusement réduite. C’est pourtant plutôt intéressant car les particules seront floutées, et donc moins gênantes. Par contre, du fait de la fermeture du diaphragme, peu de lumière pénètrera dans l’appareil photo et les clichés vont avoir tendance à être sous-exposés, à moins de travailler en tout automatique, mais nous avons vu dans un article précédent que ce n’est pas une bonne solution.

Pour redonner de la vivacité à la photo, il suffira de jouer avec la sensibilité ISO de l’appareil. En augmentant la sensibilité on obtient des vitesses d’obturation plus rapides. Plus la vitesse d’obturation est grande, et moins les particules véhiculées par le courant donneront des traits de lumières désagréables qui viennent gâcher la photo.

Evidemment, la maîtrise de tous ces paramètres n’est pas facile, c’est l’expérience seule qui vous montrera les bons choix. Alors n’hésitez pas à faire plusieurs photos d’un même sujet en variant la position ou le nombre des lampes, en réglant les ISO ou le diaphragme, c’est le meilleur gage d’avoir dans le tas, au moins un cliché qui vaudra la peine d’être gardé.

Le Flet, un poisson plat.

Le Flet.

Le flet est un poisson plat de la famille des Pleuronectidae comme d’autres poissons plats tels que la sole, la limande ou encore la plie (appelée également carrelet). Il fréquente surtout le bassin d’Arcachon de début mars à la fin septembre, tout au moins à ce que j’en ai observé. Comme tous les poissons plats, le flet possède les deux yeux du même côté de la tête c’est à dire sur son flanc droit. Pour autant ce n’est pas forcément obligatoire car certains individus ont les yeux sur le flanc gauche. Le flanc opposé au yeux fait office de ventre, il est de couleur claire. Signe certain de reconnaissance, Le flet est le seul poisson plat à présenter une rangée de tubercules épineux dirigés vers l’arrière à la base de la nageoire dorsale

Le flet fréquente les étendues sableuses ou les zones vaseuses…….

Cliquez ici pour poursuivre la lecture de cet article en entier.

Si vous ne voulez rien rater des prochains articles à sortir sur ce blog, une seule solution, gratuite en plus: abonnez-vous !! Vous n’avez juste que l’adresse mail à renseigner sur laquelle vous souhaiterez recevoir gratuitement les informations de mise à jour du blog.

Mes dernières plongées.

Vous n’avez pas encore eu le loisir de mettre la tête sous l’eau ? Pas de soucis, je plonge toute l’année alors suivez mes petits résumés de chaque sortie dans mon journal de plongées. Vous y trouverez plein de photos d’actualité et des infos sur l’état de la mer ou encore sa température.

Cliquez ici pour aller sur le journal.

1 2 3 5